Colleville : un cimetière normand au cœur du D-Day

0
298

Halte incontournable du tourisme normand et du souvenir du Débarquement de 1944, le cimetière militaire américain de Colleville-sur-Mer (Calvados) surplombe la plage d’Omaha « la sanglante ». 9.387 soldats y sont inhumés face à la Manche, principalement tombés lors des combats de la Libération.

Omaha-300x206 Colleville : un cimetière normand au cœur du D-DayCroix blanches en marbre exactement alignées mises à part, orientées vers le pays natal, réparties en dix carrés, ce pourrait n’être qu’un vaste parc paysager. Du gazon tondu à ras, les bordures fleuries impeccables : tout y respire le recueillement. Ici, on y parle anglais, jusqu’aux panneaux indicateurs. Géré par Washington, ce petit bout d’Amérique a été concédé à perpétuité par la France.

Le lieu n’a été inauguré qu’en 1956.  Au lendemain de l’opération Overlord (6 juin 1944), des fosses communes provisoires ont été creusées en plusieurs villages de la côte normande (Sainte-Mère l’Eglise, Saint-Laurent-sur-Mer notamment) pour y accueillir les corps des soldats (américains, anglais, allemands…) tués sur les plages et dans le bocage normand. 31.744 corps américains ont ainsi été inhumés en 1944 et 1945 sur place. Les effets personnels, eux, ont été d’abord centralisés dans une laiterie d’Isigny, puis à Cherbourg

 A partir de 1947, les familles ont eu le choix : rapatrier leur défunt ou lui donner une sépulture définitive dans le pays qu’il était venu libérer. Près de 60% des soldats sont repartis outre-Atlantique jusqu’en 1951. Sur place, les tombes ont été alors regroupées à Colleville dès 1948. Les cimetières provisoires ont été progressivement fermés, et les restes exhumés puis réinhumés dans un ordre aléatoire, dans des cercueils en fonte d’aluminium. Parmi eux : le général Theodore Roosevelt (fils du premier président Roosevelt) ou encore deux des frères Niland (qui ont inspiré l’histoire du film « Il faut sauver le soldat Ryan« ).

Le cimetière est bordé d’un mémorial offrant des cartes pour y revivre les combats et un jardin des disparus : 1557 noms de soldats dont on n’a pas retrouvé les restes, inscrits sur un mur arqué. Avant d’entrer sur place, on transite par le « Visitor centrer », lieu d’expositions permettant de s’imprégner des événements.

Sur Omaha, belle plage plate de sable fin de huit kilomètres, l’un des cinq secteurs de l’assaut normand alors truffé d’obstacles métalliques et de défenses allemandes, le débarquement tourna au carnage à l’aube du D-Day. Au point qu’il a été envisagé de tout réembarquer. Avec moins de huit secondes d’espérance de vie, les huit premières divisions y ont été décimées.  3.000 tués, blessés, disparus en tout. Aujourd’hui encore, la côte est marquée d’anciens trous d’obus, de bunkers en ruines, d’arbres truffés d’éclats et de bâtiments détruits qu’il a fallu reconstruire.

 

Cimetière américain, Colleville-sur-Mer, entrée libre. Ouvert tous les jours de 9h à 18h l’été. Tél. : 02.31.51.62.00.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.