Comment honorer le souvenir du défunt pendant les fêtes?

0
1118
défunt Noël
Les fêtes avec le souvenir du défunt

L’éternel marathon des fêtes de Noël a débuté. Sapin – Cadeaux – Repas. Un triptyque emplit de gaieté. Une petite musique résonne dans votre tête, l’hiver commence sous les meilleurs auspices.

Oui. Mais par pour tous.

« Survivre », « passer au travers ». C’est souvent ce qu’expriment les personnes endeuillées à l’approche des fêtes.
Noël ici, mais ça pourrait être n’importe quelle fête, vous n’avez pas, vous n’avez plus, le cœur à ça.

Si pour tous elles représentent la joie de se réunir et d’être ensemble, pour vous c’est surtout la douleur de l’absence et le vide abyssal qui apparaissent. Vous ne trouvez plus votre place dans le tourbillon pailleté et heureux de cette fin d’année.
Les fêtes portent bien mal leur nom.

On est alors tenté de ne pas se réunir, ou au contraire de reproduire à l’identique les rituels comme avant le décès de l’être aimé.

A contre courant

Les fêtes représentent la linéarité, la pérennité, la continuité. Or quelque chose dans votre vie s’est brisé, un gouffre vous sépare désormais du reste du monde.
Pour passer au mieux ces fêtes, il convient de ne pas ignorer sa douleur. Anesthésier son chagrin entre deux rangées d’huitre ne vous fera pas aller mieux.

Réunissez-vous en famille, mais surtout demandez-vous ce qui va vous permettre d’aller mieux.

La chaise reste vide, un cadeau manque au pied du sapin, et pourtant un sourire commence à s’esquisser sur vos lèvres de voir tous vos proches qui se sont réunis au même endroit.
Ne culpabilisez pas, donnez et offrez de l’amour à mesure de ce que vous pouvez.

Lire aussi :  Lyon, OGF et la FRAPNA signent une convention biodiversité sur les cimetières

Des rituels à réinventer

Ne pas fêter noël pendant deux ou trois ans ou au contraire changer l’endroit de la réception, chacun doit trouver une nouvelle manière de célébrer ces moments.

Parlez en à votre entourage, ne laissez pas le malaise du silence envahir votre table. Faites une mise au point.

Fêtes et solitude

Parfois le décès de l’être cher nous conduit non seulement dans le chagrin mais aussi dans une solitude nouvelle, c’est souvent le cas lors du décès du conjoint. Pas de famille ou peu, ça ne sont pas les fêtes qui vous agressent mais la solitude. Dans la mesure du possible ne restez-pas seul, des amis, des associations peuvent palier à ce vide. Dans le cas contraire essayez de trouver des petits éléments qui vous aideront à passer ces moments. Retrouvez-vous, prenez soin de vous, réapprenez à vous aimer.

Quelques minutes de silence pour communier, un toast porté, des photos regardées, une franche rigolade en l’honneur du défunt,

Et si les fêtes signifiaient désormais, honorer le souvenir du défunt?

Par Sarah Paquentin

La petite gomme est une maison d’édition qui accompagne l’enfant dans des périodes complexes de sa vie, comme le décès d’un proche ou le divorce de ses parents.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.