Condoléances : c’est bon comme un coup de fil

0
314

« Jérôme, bonjour c’est Daniel ; avec Marie, on vient d’apprendre le décès de Valérie… On pense très fort à toi et on est de tout cœur avec toi. On t’embrasse très fort, bisous. » Un message de condoléances laissé exprès sur un répondeur téléphonique, « en toute discrétion et sans déranger » : c’est la promesse du service internet « 3665 ».

Laissez un message vocal sur le répondeur de votre correspondant sans faire sonner son téléphone portable », propose cette application. Un service un peu particulier tout de même. Car, même si chacun fait comme il le conçoit, quoi de plus personnel, de plus directement sensible que des condoléances. Faut-il dépersonnaliser l’exercice ? Le déléguer à une machine ? Le bien ressenti par le proche du défunt à ce discours indirect est-il aussi bon ? Quitte à prendre deux minutes de son temps pour réconforter un ami, une relation, autant l’avoir en ligne.

Ce service promet un accès sans abonnement, sans numéro qui s’affiche. Caché, quoi. Le petit opérateur téléphonique qui en fait la promotion mise apparemment, pour convaincre des clients, sur le négatif. Pas envie d’annoncer une mauvaise nouvelle en direct, de rompre ainsi, de parler à un interlocuteur pénible ou bavard invétéré qu’il faut pourtant contacter La négation de la communication. Est-ce si difficile d’être courageux ? Perdrions-nous le goût des relations humaines ?

Des condoléances sur boîte vocale : peut-être pas la meilleure idée qui soit. D’autant que pour passer par ce « 3665 », il en coûte 1,79 euro la première minute (0,34 la suivante), hors frais d’opérateur. Hors forfait, quoi. Forfait, surcoût… Passer un tel appel de condoléances, c’est donc aussi payer deux fois l’usage de son téléphone.

Lire aussi :  Lyon, OGF et la FRAPNA signent une convention biodiversité sur les cimetières

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.