Conservation des e-memoriaux : la solution d’Adangelis

0
451

Nous avions précédemment soulevé le problèmes des mémoriaux et QR codes sur internet, et de leur pérennité. Adangelis nous avait confié travailler sur une solution, ils la livrent aujourd’hui en exclusivité aux lecteurs de Funéraire Info.

logo-adangelis-final-RVB-300x165 Conservation des e-memoriaux : la solution d'AdangelisLa problématique de l’entreprise mémorielle

D’aucune se rappelleront du débat que nous avions eu avec Antoine Monnier, fondateur d’Adangelis : pour ce dernier, la théorie que nous défendions selon laquelle la pérennité des mémoriaux, dépendante des entreprises qui les créaient, ne tenait pas, du fait du faible coût des hébergements : il était possible de les assurer longtemps. Toutefois, Monsieur Monnier nous avait confié que ces considérations techniques ne pouvaient pas tout à fait vaincre la barrière psychologique des familles réfractaires aux nouvelles technologie, et que la société Adangelis travaillait à une solution.

Cette solution a, après avoir été examinée sous toutes les coutures par les perfectionnistes d’Adangelis, vu le jour, sous une forme surprenante : une association.

L’association mémorielle

Surprenante, mais pas bête, cette idée. Bien au contraire.

Elle repose sur la création d’une association loi 1901, nommée « Association pour la pérennité des Mémoriaux en ligne Adangelis ». Cette dernière, en tant qu’entité indépendante de la société, se voit ainsi à l’abri de tout problème qui pourrait frapper la société.

Financièrement, l’association se voit dotée d’un fond de lancement équivalent à 30 ans d’hébergement de tous ses mémoriaux existants. Chaque année, la société verse l’équivalent d’un an d’hébergement, et, à la souscription d’un nouveau mémorial, verserait pour celui-ci le prix de trente ans d’hébergement à l’association. Le résultat est simple : tous les mémoriaux existant ou futurs d’Adangelis se voient assurés de trente ans d’existence à partir de la disparition éventuelle de la société, qui n’est, si l’on en croit Antoine Monnier, pas du tout à l’ordre du jour.

Lire aussi :  Cendrine Chapel, Directrice Générale des Services Funéraires - Ville de Paris

La souplesse du modèle associatif, et la marge de trente ans pour trouver une solution constituent ainsi des garanties plus que satisfaisantes.

Quand à l’hébergeur, Antoine Monnier tient à rappeler que « OVH est le 1er hébergeur internet en Europe et 3eme hébergeur dans le monde ». Et si, par extraordinaire, c’était cette société qui était amenée à disparaître, un simple transfert assurerait la préservation des données.

Simple, cette structure suscite quelques questions de pure curiosité sur ses statuts juridiques, mais Adangelis n’a pas communiqué ses secrets de fabrication. Lorsqu’on connaît l’esprit de perfectionnisme de l’entreprise, on ne peut que leur faire confiance : tout a été soigneusement vérifié.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here