Convoi et verglas, quand la glace s’en mêle attention au coup de pelle

1
167
verglas

Si la goutte que vous avez au nez est déjà en train de geler, pas de doute, ceci va vous concerner. Après le convoi en temps de canicule, le convoi lors du grand froid. Si pour le Grand Est, neige et verglas font partis de la panoplie, à certains endroits on est déjà prêt à sacrifier des chèvres pour que le soleil revienne.

Possible que vous vous ennuyiez, possible aussi que vous soyez tentés d’utiliser les cercueils du dépôt comme luge. Mais n’en faites rien, les dangers du verglas vous conduiront à l’intérieur du dit cercueil plus vite que vous ne le pensez.

Libérez, ♪♪ enterrez ! Vous ne chanterez plus jamais ♪♪

Si dans le Nord de la France vous avez le problème du sable quand vous creusez dans le cimetière, bienvenue au pays des glaces où arriver jusqu’au lieu de l’inhumation est déjà un exploit en soi. Avec la neige on peut y arriver, avec le verglas, non.

C’est sur, chausser ses après-ski c’est tout de suite beaucoup moins classe que vos souliers vernis. Mais c’est aussi beaucoup plus confortable en cas de choc entre votre malléole et le sol glacé.

Les températures sont négatives. C’est l’hiver ma bonne dame me direz-vous ! Certes et encore pour l’instant nous n’avons pas trop à nous plaindre. Mais ici, en Laponie dans l’Est de la France, nous pouvons facile obtenir des températures allant jusqu’à -15 C en plein hiver, encore plus efficace que le carbo-glace pour conserver les corps. C’est aussi une vraie plaie pour les travaux de cimetière. Il n’y a que dans la Reine des Neiges où vous verrez des gens creuser dans la glace.

Lire aussi :  Corbillard Daimler DS 420 à saisir sur leboncoin

Petits flocons, grand danger.

Un bout de granit gelé ? Ce sont vos doigts collés à la stelle. Un parvis d’Eglise enneigé ? C’est prévoir tout de suite une seconde place au cimetière pour la veuve du défunt. Les fleurs peuvent devenir des armes de pic à glace à reculer des mains des familles qui bataillent pour l’héritage.

Du gros du sel pour conjurez le sol

Je serai tentée de dire que la mort ferait bien de partir faire du ski deux voire trois semaines, mais votre patron risque de ne pas être très content. On s’habille chaudement, on enlève la neige devant la boutique et sur le trottoir, de toute façon c’est la loi avec l’arrêté que peut prendre le maire, et on déblaye devant l’Eglise, idem devant le créma. C’est le moment d’investir dans une pelle et des sacs de sel ( et des gants accessoirement ).

Si vous venez d’investir dans un magnifique véhicule Pilato et qu’une congère vous barre la route, ne tentez rien, encore une fois face à la neige, ça passe, face au verglas, c’est la cata. Ne courrez pas, ou plutôt ne skiez pas à toute vitesse, sachant que peut-être la famille elle-même ne pourra pas se déplacer, ni l’officiant.

Le grand froid c’est un peu plus d’organisation que d’habitude. Appelez la préfecture pour les dérogations, la famille pour sa disponibilité et tout ceux qui doivent se déplacer.

Et puis courage, ça ne dure jamais longtemps, quelques biscuits de noël au bureau, ou des petits chocolats c’est toujours agréable même pour une famille en deuil, surtout d’ailleurs, car bien souvent elle n’a rien avalé depuis un moment.

Lire aussi :  PF Duluard, Torture animale, Aquamation…au menu du réveil funéraire du mercredi 18 octobre 2017.

 

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here