Danemark, il y avait bien un pilote dans l’avion enterré

0
895
avion allemand seconde guerre mondiale

On fait parfois de drôles de découvertes avec un détecteur de métaux. Comme cet adolescent Danois, qui cherchait des vestiges de la seconde guerre mondiale pour un devoir d’Histoire de son école. Il a trouvé, au-delà de ses espérances : un avion entier. Tellement entier que le pilote était encore dedans…

Le bon vieux temps des vikings

Tout s’achève (pour le pilote) et tout commence dans une paisible ferme de Birkelse, au nord du Danemark. Ladite ferme appartenant à un exploitant du nom de Klaus Kristiansen, dont on sait peu de choses avec certitude, hormis le fait qu’il ne soit pas frileux. Il faut le reconnaître : le Danemark est sans aucun doute un des plus beaux pays au monde, mais si on aime la chaleur, ce n’est pas le meilleur endroit.

Le fils de Klaus, Daniel, dont on sait qu’il a 14 ans et qu’il n’est pas frileux non plus, rentre un jour de l’école avec un devoir à faire sur la seconde guerre mondiale.

Depuis l’unification du pays par Harald, en 980, les choses ont bien changé. Avant, les vikings avaient coutume de poser une épée sur le berceau de leur enfant nouveau-né en prononçant la formule rituelle « Voici tout ce que tu auras de moi, tout ce que tu désireras, tu devras le conquérir avec cette épée ».

Peut être néanmoins Klaus fut-il tenté de tendre un détecteur de métaux à son fils, en disant « Voici tout ce que tu auras de moi, tout ce que tu désireras, tu devras le trouver avec ce détecteur de métaux », au lieu de quoi, il l’accompagna jusqu’à un champ de la ferme ou il avait déjà trouvé des petites choses.

Lire aussi :  Lancement de laboutique.funeraire-info.fr avec Funemarket

Un trésor de guerre

Karl avait une idée en tête : depuis tout petit, on lui disait qu’un avion s’était écrasé dans le champ où il amenait son fils. Plus précisément un avion Allemand, et le grand-père de Klaus avait assisté à la chute. Les Allemands, avait expliqué le grand-père, étaient venus enlever l’avion, ne laissant derrière eux qu’une bonne histoire à raconter lors des soirées d’hiver (fraîches, très fraîches, au Danemark). Klaus espérait en retrouver quelques morceaux que l’adolescent aurait pu amener à l’école.

La stridulante sonnerie du détecteur de métaux ne leur laissa bientôt plus de doute : ils avaient trouvé, au milieu du champ, des débris métalliques qui ressemblaient à des pièces d’avion. Sauf que, bien que les deux hommes aient trouvé de nombreuses pièces et les aient emmenées loin, le détecteur continuait de sonner et de dévoiler des fragments toujours plus nombreux.

Au final, Klaus décida d’en avoir le coeur net, et appela un voisin pour lui emprunter son excavateur. Ils creusèrent jusqu’à sept ou huit mètres de profondeur, continuant de trouver des pièces, avant de tomber sur le plus gros morceau et de réécrire les légendes familiales : effectivement, un avion s’était écrasé à cet endroit, effectivement, c’était un Allemand, mais ce dernier n’avait pas évacué l’appareil.

decouverte-avion-allemand-pilote-danemark Danemark, il y avait bien un pilote dans l'avion enterréL’oublié

Les Kristiansen commencèrent l’exploration de l’épave, en dégageant les pièces avec les plus infinies précautions, jusqu’au moment ou ils firent la découverte la plus stupéfiante : dans le cockpit de l’appareil, le corps du pilote était toujours là.

Karsten Kristensen, chef de la police du Jutland, après que ses services aient été prévenus par des Kristiansen sous le choc, a confirmé que l’avion était un Messerschmitt, un chasseur Allemand. Une équipe de démineurs vint sur place, pour s’occuper des munitions de l’aéronef, toujours présentes.

Lire aussi :  Vols dans les cimetières : L'irrespect aux portes de la mémoire

La dépouille a été recueillie par les équipes du musée d’archéologie, et son directeur, Torben Sarauw, pense avoir établi l’identité du pilote. Dans le reste des vêtements de ce dernier, ils ont retrouvé des papiers d’identité, trois préservatifs non usagés, un peu d’argent Danois et des restes de rations de survie de la base Allemande de Aalborg, installée pendant l’occupation.

Les débris de l’avion ont eux, été exposés au musée du Juntland du Nord, l’ambassade Allemande a été informée officiellement de la découverte, et souhaite organiser des obsèques en Allemagne pour le pilote dès que son identité aura été confirmée.

Daniel Kristiansen aurait obtenu, aux dernières nouvelles, une très bonne note pour son devoir d’histoire.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here