Dans un trou dans le sol vivait un Hobbit…

0
386

Devinette : quel livre a été élu « roman le plus important du XXéme siècle » dans la rubrique « littérature pour enfants » par une revue littéraire anglaise, a été traduit dans cinquante langues, et s’est vendu à 100 millions d’exemplaires ? Si vous pensez à un petit sorcier qui va à l’école, c’est perdu.

tolkien Dans un trou dans le sol vivait un Hobbit...
J.R.R Tolkien

Il n’y a pas que le « Seigneur des Anneaux » dans la vie, il y a aussi « le Silmarillion » et surtout « Bilbo le Hobbit ». On a souvent écrit que « Bilbo le Hobbit », que nous appellerons le Hobbit, par commodité, était le prologue du « Seigneur des Anneaux », que nous appellerons de S des A, alors que le S des A est en réalité une suite à Bilbo, commandée par l’éditeur, même si, bien sûr, le perfectionnisme de Tolkien a donné naissance au plus grand roman de tous les temps.

Bilbo aux origines

L’année est incertaine. John Ronald Reuel Tolkien est alors jeune enseignant de vieil anglais à la prestigieuse université d’Oxford. Il a publié deux poèmes dans des revues minuscules, écrit chaque année à ses enfants des lettres du père Noël pleine de comptes, et rédige, pour son amusement personnel, une série de contes mythologiques inspirés des sagas scandinaves. Quelques dizaines d’années plus tard, après la mort de Tolkien, son fils les compilera et les sortira sous le nom que leur avait donné son père : « Le Silmarillion ».

Mais on en est encore loin, et Tolkien s’ennuie ferme. Il corrige depuis des heures des copies, tâche fastidieuse, lorsqu’il tombe sur une laissée vierge. Il s’accorde une petite pose, rêvasse, et écrit sur la feuille blanche « In a hole in the ground, there lived a Hobbit ».

Tolkien dira quelques années plus tard qu’il n’avait aucune idée d’où la phrase lui était venue, ni de ce qui viendrait ensuite. Il se contenta de raconter au fur et à mesure que les idées lui venaient l’histoire du Hobbit Bilbo Baggins, parti courir l’aventure avec le magicien Gandalf et treize nains barbus.

Bilbo multiples

1074799_6728908 Dans un trou dans le sol vivait un Hobbit...C’est à partir du moment ou Tolkien dessine des cartes pour situer son action que le roman prend forme et ou sa rédaction, de sporadique, devient fluide et régulière. Le premier jet s’arrête à la mort du dragon, appelé Pryftan. Le chef des nains porte alors le nom de Gandalf, qui signifie en islandais « Elfe au Bâton ». Le récit comporte beaucoup de références au futur Silmarillion, notamment l’histoire de Beren et Luthien qu’un nain raconte à Bilbo le soir de leur rencontre.
Le passage avec la créature visqueuse à laquelle Tolkien faisait déjà allusion dans un de ses poèmes n’apparaît pas encore. C’est plus tard qu’il trouvera la solution de l’anneau d’invisibilité pour fluidifier des passages qu’il jugeait trop peu crédibles. Il donnera un nom à sa créature, Gollum.

Lire aussi :  Relire les classiques : Tolkien, "Dans un trou dans le sol vivait un Hobbit"

Le manuscrit tombe par hasard entre les mains d’un éditeur, Tolkien l’ayant prêté à une ancienne étudiante qui travaillait dans la maison Allen et Uwin, qui deviendra l’éditeur historique de Tolkien. A ce moment, le chef des nains a été rebaptisé Thorin Oakenshield, et le magicien a hérité du patronyme de Gandalf.

Métamorphoses de Bilbo et naissance d’un roman culte

51KPVKZ2YCL._SL500_AA300_ Dans un trou dans le sol vivait un Hobbit...
Couverture de l'édition intégrale de Bilbo le Hobbit en bande dessinée, adapatation, il faut le signaler, excellente

Après maint péripéties éditoriales, le roman est édité dans une forme qui ne ressemble plus du tout à l’actuelle. Il obtient un joli succès, dû principalement au bouche à oreille, et se voit traduit dans une dizaines de langues, principalement occidentales. A l’époque, on est loin du succès colossal que le livre connaît aujourd’hui : 3000 exemplaires écoulés aux Etats-Unis font bondir l’éditeur de joie.

Mais Allen et Uwin est plus que content : ils demandent une suite à Tolkien. Celui-ci leur soumet une version du Silmarillion, qui est rejetée. L’éditeur répond à l’auteur que « le public veut en savoir plus sur les Hobbits. ».

Tolkien jette alors les bases du S des A, décidant de creuser un peu cette histoire d’anneau d’invisibilité, et doit pour cela réécrire certains passage du Hobbit. Le chapitre concernant Gollum est alors entièrement réécrit, la créature devenant plus sournoise, afin de symboliser le pouvoir de corruption de l’anneau unique. C’est ce chapitre que nous connaissons aujourd’hui.

Tolkien a, à ce moment là, rédigé une grande partie de la présentation du S des A. Il lui reste à raconter son histoire, que l’éditeur attend. Il prend sa plus belle plume, s’installe dans son garage que sa haine de l’automobile l’a fait transformer en bureau, et commence à écrire un livre dont il ignore encore qu’il en vendra cinquante millions de son vivant, ni qu’il ne le publiera pas au Noël prochain, comme prévu, mais au bout de quatorze ans de travail acharné.

Lire aussi :  "Un tueur sur la route", le meilleur roman sur les tueurs en série

« Lorsque Monsieur Bilbo Sacquet, de Cul-de-Sac, annonca qu’il donnerait, à l’occasion de son undécante-uniéme anniversaire une réception d’une magnificence particulière, une grande excitation régna dans Hobbitebourg, et toute la vile en parla. »

La suite du Seigneur des Anneaux, les pages perdues…

L’éditeur a demandé une suite au Seigneur des Anneau, bien entendu. Tolkien a commencé à l’écrire, puis s’est arrêté. Dans une interview, il a évoqué le sujet. « Ca se passait à la cour du roi Aragorn, c’était l’histoire d’un complot, comment il a été mis en place, et comment il a été déjoué. Ca ressemblait à un thriller. Et ça n’aurait été que ça : un thriller. Ca n’en valait pas la peine… » Personne en sait ce que sont devenues les pages que Tolkien avait commencé à écrire.

Le 12 décembre sortira au cinéma le premier volet de l’adaptation par Peter Jackson de Bilbo le Hobbit. Cela peut être tout bon ou tout mauvais, attendons de voir pour juger. En attendant, c’est l’occasion de se replonger un peu dans l’univers de Tolkien.

Bilbo le Hobbit, dans diverses éditions, dont deux de luxe, parfait pour Noël :

Le Seigneur des Anneaux, et la vision du film ne vous dispense certainement pas de la lecture du livre :

Et si vous voulez mieux connaître l’œuvre de Tolkien (liste non exhaustive) :

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here