De L’Exorciste à Dimiter, lire William Peter Blatty

0
597

Il y a, en littérature, des heureux et des malheureux. Des bénis et des maudits. Des génies méconnus, et des fumistes adorés des foules, parfois des génies adorés des foules et des fumistes inconnus. Et, parfois, l’homme d’un seul livre… Croit on.

William-Peter-Blatty-247x300 De L'Exorciste à Dimiter, lire William Peter Blatty
William Peter Blatty

J.D Salinger est sans doute le cas le plus célèbre : écrivain connu, l’auteur publie un jour L’attrape-coeur, qui devint un succès d’édition. Un véritable phénomène, vendu à plusieurs millions d’exemplaires, qui poussa son auteur à se calfeutrer chez lui sans plus jamais publier. D’écrire, il ne cessa pas. Simplement, comment dire la détresse d’un écrivain qui voit tous ses livres, ses œuvres qu’il a couvées, cachées par le succès d’une seule ? J.D Salinger préféra ne pas voir cela. William Peter Blatty, lui, décida au contraire de surfer sur son nom pour faire exister une œuvre qui, peut être, n’aurait pas vu le jour sans cela.

William qui ?

William Peter Blatty, nous apprend sa biographie, fut enseignant et journaliste, avant de se consacrer à l’écriture, avec un succès honnête, qui lui permettait de nourrir sa famille. Ses romans humoristiques ont un certain succès, mais Blatty reste un amuseur confidentiel, qui rêve d’autre chose : un roman sérieux, qui parlerait de religion, sa grande passion.

Il entame alors l’écriture d’un roman, inspiré de faits réels qui le marquèrent alors qu’il était étudiant : l’exorcisme d’un garçon de 14 ans dans le Maryland. Vendu à son éditeur comme un roman d’épouvante, le livre remporta un succès extraordinaire, au point de se vendre à 13 millions d’exemplaires aux Etats-Unis, et pas loin de 18 millions dans le monde. Deux ans plus tard, le livre est adapté très fidèlement au cinéma, sous le même titre, et devient instantanément un classique du genre.

Alors, quoi, vous n’avez jamais vu L’Exorciste ? Vous loupez vraiment quelque chose. C’était le film le plus vu en 1973, vous savez ? Un succès, vous dis-je.

Lexorciste-198x300 De L'Exorciste à Dimiter, lire William Peter BlattyL’exorciste, sa vie, son œuvre

William Peter Blatty donna des suites, à l’exorciste. Un roman, L’exorciste, la suite, qui n’a rien à voir avec l’Exorciste II sorti au cinéma, et un film, l’Exorciste, la suite, oui, il est plus faible sur les titres. Il écrivit réalisa également quelques films, ayant tous pour thématique la religion et la métaphysique.

Parce que ce qui distingue l’oeuvre de Blatty, c’est, au delà même de ses réels talents littéraires, sa profondeur. L’Exorciste est plus que l’histoire d’un vieux prêtre qui a un compte à régler et un jeune jésuite qui doute qui vont asperger d’eau bénite une petite fille, sous prétexte que cette dernière fait des horreurs sous l’influence du démon Pazuzu.

Non, pas seulement. L’Exorciste a plusieurs niveaux de lecture. C’est un roman qui interroge la foi et la science, avec un sentiment mitigé d’espoir inassouvi. C’est aussi, relisez-le comme cela, un livre sur le deuil, et comment l’on réagit face à la maladie et la déchéance d’un être aimé. C’est enfin un pur bonheur de littérature, à la fois abstrait et très imagé. La scène ou le père Merrin reçoit la lettre, dans le parc, et continue sa promenade sans l’ouvrir, est à ce titre édifiante : revoyez cette scène du film après avoir relu le passage correspondant du livre, vous verrez ce que je veux dire.

De surcroît, L’Exorciste est un vrai casse tête de théologien. La fin, par exemple : le Père Karras, qui succombe à la colère, appelle le démon sur lui et se suicide, peut il être absous, même si il a retrouvé la foi et sauvé Megan ? Bon courage pour trouver la réponse.

Demeter-179x300 De L'Exorciste à Dimiter, lire William Peter BlattyDerrière le chef d’œuvre

Derrière le chef d’œuvre, il y a d’autres livres. Le dernier en date, par exemple, Dimiter.

Perdu au fin fond de l’État totalitaire le plus oppressif et le plus isolé de la planète, l’Albanie de 1973, un homme est détenu prisonnier. Arrêté par hasard, à la faveur d’une enquête de routine, il est soupçonné d’être un espion d’envergure : les autorités déploient toutes les formes de cruauté et de torture pour réussir à lui soutirer des informations. Mais le prisonnier résiste de manière très inhabituelle aux traitements barbares et aux manipulations psychiques : insensible à la douleur, mystérieux sur son identité, il parvient, jusqu’à son évasion finale, à confondre ses ravisseurs. Un an plus tard, à Jérusalem, des événements étranges attirent l’attention des autorités locales et des responsables du renseignement : un enfant de l’hôpital d’Hadassah a guéri comme par miracle, tandis qu’un corps était découvert dans le très sacré tombeau du Christ… Le Dr Moses Mayo, neurologue, son ami Peter Meral, sombre détective arabo-chrétien, Samia, jolie infirmière à la langue acerbe, et un assortiment de fonctionnaires américains et israéliens, vont se trouver pris dans une série de rebondissements et de décès inexplicables. S’agit-il là d’un complot ? Tous les indices semblent converger vers une seule et même personne : Dimiter, surnommé « l’agent de l’enfer »

Comme d’habitude, chez Blatty, c’est passionnant, bien écrit, et, comme d’habitude, chez Blatty, ça parle du mystère de la foi, du bien et du mal, et, comme d’habitude chez Blatty, c’est à lire. Le livre est complexe, touffu, développe plusieurs histoires parallèles, mais ce style exigeant récompensera le lecteur assidu. L’oeuvre de Blatty se mérite.

Elle se mérite d’autant plus que l’oeuvre de Blatty, à l’exception de L’Exorciste, est très peu traduite en Français. C’est dommage. Souhaitons que cela soit corrigé un jour.

critique-l-exorciste-friedkin8 De L'Exorciste à Dimiter, lire William Peter Blatty

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.