De la beauté et de la mort par Gérard Zilberman

0
413

De la beauté et de la mort. Texte écrit et lu au « Temps de Mémoire » de 2014 au crématorium de Valence

 

Mais tout d’abord pourquoi parler de cette question, de La Beauté et de la Mort » ? La mort serait elle belle ? Parfois, oui ! Des artistes ont su dans leurs œuvres la transcender. Et j’ai vu dans ma carrière médicale de beaux spectacles autour de la mort, oui de la beauté !

Pourquoi parler de cette question  de la Beauté et de la Mort ? Parce que cette question me paraît inhérente à nos vies, et dans le cadre de ce « Temps de la Mémoire » au monde funéraire et tout particulièrement au temps des obsèques.

En effet, ce temps doit être organisé, préparé pour qu’il n’y ait pas « un vide de sens ». C’est toute la question du rituel qui est posé et qui est à créer. Le rituel est fondamental au moment des obsèques à plus d’un titre et je pense que nous sommes tous d’accord sur ce point.

Or, en matière de crémation s’il y a des rituels qui existent, ils méritent d’être enrichis, étoffés. En cas d’inhumation, les rituels sont chargés d’une longue histoire, bien bâtis, alors que pour la crémation il y a très peu de recul en comparaison. Le rituel lors d’obsèques par crémation doit s’inventer davantage, apparaissant aujourd’hui « jeune » et pourquoi ne pas dire embryonnaire ! Pour formuler autrement il faut donner plus de sens au moment des obsèques par crémation, et je pense que « La beauté » dans une cérémonie funéraire contribue à fournir du sens, et quel sens ! C’est ainsi que je vois la raison d’apporter de la beauté quand la mort s’est manifestée.

Apporter de la beauté au temps des obsèques parce que le final d’une vie doit être beau. La vie est belle malgré des laideurs et des horreurs. Et si la vie est belle, la mort doit être belle pour cristalliser la sacralité de la vie.

Apporter de la Beauté permet d’apporter un moment d’élévation. La Beauté élève les sentiments et réaliser de La Beauté aux moments des obsèques nous amène à montrer notre capacité au dépassement.

Plus prosaïquement, offrir de la beauté aux temps des obsèques, c’est permettre, aussi, une possibilité de soulager des douleurs affectives, permettre une libération affective, réaliser ainsi une catharsis face à des peurs profondes liées à la mort.

Lire aussi :  Le Groupe OGF va gérer le crématorium de Saint-Georges-de-Didonne

Si la Beauté donne un sens au moment des obsèques, élargissons notre horizon et demandons nous quel est le sens de la beauté dans notre propre existence, car je ne vois que du lien quand nous parlons de vie et de mort, de beauté et de mort, des notions qui ne peuvent se dissocier ?

Un des sens de la beauté « est de tenter de rendre l’homme au meilleur de lui-même ». La beauté existe dans la Nature, dans notre Vie. Elle est un principe, c’est-à-dire un élément constitutif originel, au même titre que le bon, le vrai. Elle est partie intégrante de la vie. Elle existe, aussi, en même temps que le Mal, la barbarie, il ne faut pas l’oublier. Mais le poète philosophe, académicien français, François Cheng, écrit : « Chaque être, en tant que présence, est virtuellement habité par la capacité à la beauté, et surtout par le désir de beauté ». Peut-être est ce la même signification qu’a voulu donner Dostoïevski quand il déclarait : « La beauté sauvera le monde ». Utopie ou pas, il faut, à mon avis, travailler pour et dans la beauté si nous voulons un monde avec plus d’humanité, un monde meilleur où le bonheur de vivre sera plus présent. Par ailleurs, comment vivre sans beauté ?

Vous parlez du sens de la Beauté, mais qu’est ce que la Beauté, qu’est ce qui est beau, demanderez vous ? Question de haute envolée, question écrasante pour moi, mais pour faire très simple, pour ma part, je retiens deux critères : la beauté élève nos sentiments, je l’ai déjà dit, et apporte du plaisir. Élévation et plaisir. Mais plus que de tenter de donner des critères pour définir la Beauté, je suis tenté de vous renvoyer à vos vécus et qui n’a pas vu le spectacle d’un lever ou d’un coucher de soleil, celui d’un ciel étoilé tout en récitant du Victor Hugo : «…Quel moissonneur de l’éternel été, avait, en s’en allant, négligemment jeté cette faucille d’or dans le champ des étoiles… ». Que de magnificence dans la nature et dans la vie, que de sublimité connue par tous, rendant inutile la multiplication des exemples sur la splendeur de notre univers. La beauté existe, personne ne peut la méconnaître !

Lire aussi :  Le Groupe OGF va gérer le crématorium de Saint-Georges-de-Didonne

Je vous invite cependant à lire « Les cinq méditations sur la beauté » de François Cheng que j’ai déjà cité, et quand il prend la « Rose » comme exemple de beauté, nous ne pouvons être que subjugués et près de la pamoison !

Nous avons dit au départ, Beauté et Mort. Si j’ai pu apporter quelques éléments sur le sens de la beauté, quel sens faire entrevoir de la mort par rapport à la beauté ?

La mort est, également, principe, partie intégrante de la vie, rappelons le..

La conscience de la mort nous fait prendre conscience de notre éphémère. Elle nous pousse à une ardente urgence de vivre. La mort nous renvoie à la vie, si nous osons ce slogan. S’il y avait immortalité « il n’y aurait pas écoulement du temps, pas de renouvellement pas de transformation, pas d’élan, pas de désir irrépressible et la vie continuerait, jamais comme un don inespéré », écrit encore François Cheng. L’immortalité est absurde. C’est par la mort que nous pouvons juger de la beauté de la vie. Les obsèques sont un temps pour nous le rappeler.

Pour terminer, je désire partager cette pensée de Victor Hugo :

« La mort et la beauté sont deux choses profondes, qui contiennent tant d’ombre et d’azur qu’on dirait deux sœurs, également terribles et fécondes ».

Chers amis, si la mort triomphe toujours dans nos existences, nous pouvons lui opposer « la beauté d’être » qui apporte un souffle que la mort ne peut nous enlever.

Mais comment apporter de la beauté au temps des obsèques ? Ce n’est pas le moment de développer cette question sinon pour dire que l’art, et je dis bien l’art, ce domaine où l’homme se dépasse doit entrer dans les crématoriums.

Gérard Zilberman, président de l’association crématiste Drôme Ardèche, le 31 octobre 2014

Fédération Française de Crémation
Contacts :  Fédération Française de Crémation
50 rue Rodier
B.P 411-09
75423 PARIS CEDEX 09
FRANCE

Tél : 01 45 26 33 07 – Fax : 01 48 74 07 40

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.