Décès de l’ancien premier ministre Michel Rocard

0
2686

L’ancien premier Ministre Michel Rocard, homme politique majeur du socialisme français, est mort, vient-on d’apprendre. Il est décédé ce samedi à 18 H. La nouvelle a été annoncée par son fils.

Militant socialiste à partir de 1949, il est le candidat du Parti socialiste unifié (PSU) à l’élection présidentielle de 1969, après quoi il rejoint le Parti socialiste (PS) en 1974. Premier ministre de juin 1988 à mai 1991 sous la présidence de François Mitterrand, il est ensuite premier secrétaire du Parti socialiste de 1993 à 1994, député européen de 1994 à 2009 et sénateur de 1995 à 1997. Il est ambassadeur de France chargé de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique à partir de 2009.

La fin des années 1970 marque l’avènement du rocardisme, du courant rocardien au sein du Parti socialiste qui affiche une tendance décentralisatrice (congrès de Nantes, 1977), puis ouvertement hostile aux nationalisations intégrales préparées par les mitterrandistes (congrès de Metz, 1979). Il profite du procès contre des membres du FLB, durant lequel il témoigne en faveur des accusés, en novembre 1979, pour justifier ses appels à la décentralisation : « Je sens profondément que ce mouvement centralisateur, commencé par Philippe le Bel, doit s’arrêter ». La popularité de Michel Rocard dans les sondages a toujours été élevée, ce qui le place à partir de 1978 parmi les probables présidentiables et fait de lui une figure incontournable du paysage politique français. En s’opposant aux « nationalisations à outrance » et en acceptant l’économie de marché, le rocardisme se retrouve à l’opposé des positions défendues par le Parti communiste dans les négociations du Programme commun. Les rocardiens se réclament souvent de la pensée de Pierre Mendès France lorsqu’ils prônent une politique économique « réaliste » et une culture de gouvernement.

Il est nommé Premier ministre, le 10 mai 1988, au début du second septennat de François Mitterrand. Peu avant sa nomination à Matignon, ce dernier avait déclaré à Ambroise Roux : « Je vais le nommer puisque les Français semblent en vouloir […] Mais vous verrez, au bout de dix-huit mois, on verra au travers ». Les résultats des élections législatives de juin 1988 entraînent la formation d’un second gouvernement Michel Rocard.

Dans un article du Monde, en 1996, puis au 70e anniversaire de la Cimade, en 2009, Michel Rocard se plaignit de ce que les médias et les politiques tronquaient, en la citant sous la forme « La France ne peut accueillir toute la misère du monde », une phrase de lui dont la teneur exacte était, selon lui : « La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit en prendre fidèlement sa part »

Nous communiquerons la date de la cérémonie et le lieux de l’enterrement et des obsèques aussitôt que nous en auront connaissance.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.