Décès du plus lettré des rêveurs, Umberto Eco

0
157
Umberto Eco

La famille d’Umberto Eco, le philosophe, essayiste et écrivain, a confirmé son décès des suites d’un cancer à l’âge de 84 ans, au quotidien italien La Repubblica. C’est vendredi 19 février 2016 soir à Milan que l’auteur du « Nom de la Rose » a rendu l’âme.

L’hebdomadaire l’Espresso, comme l’ensemble de la presse italienne a rendu hommage à ce grand écrivain, en republiant la lettre dans laquelle Umberto Eco donne avec philosophie et humour, une explication sur la façon d’aborder la mort sereinement.

L’un de plus beaux succès d’Umberto Eco en Italie a été son court roman « Numéro zéro », parlant dans ces deux cents pages, la vie momentanée d’un journal créé par un mystérieux commanditaire, et qui fait dire à l’un des personnages que « les journaux ne sont fait que pour couvrir les informations, mais non pas pour les divulguer ». Cette satire féroce a permis au sémiologue d’évoquer le réseau Gladio, la mort de Mussolini, les Brigades rouges et la loge P2, le décès de Jean-Paul Ier, et forcement, le complot fait partie du métier de journaliste. Ce roman ne ressemblait à rien à ses autres œuvres dont « Le Nom de la Rose » ou « Le Pendule de Foucault ».

Ce grand philosophe a lutté jusqu’au bout pour l’indépendance et la liberté de penser, en ponctuant par ses éclats de rire ses propos, le cigare au bout de ses lèvres.

Umberto Eco est né au sein de la première famille qui est passée du monde des prolétaires à celui des employés, à Alessandria, dans le Piémont, dans le nord de l’Italie, le 5 janvier 1932. Il a grandi sur fond de maquis et de guerre, et a confié qu’il a appris à éviter les balles entre 11 et 13 ans.

Lire aussi :  Lyon, OGF et la FRAPNA signent une convention biodiversité sur les cimetières

Après l’annonce de la mort du francophile Umberto Eco, les hommages affluent ce samedi en France.

Le réalisateur Jean-Jacques Annaud s’est confié à l’AFP qu’Eco est un personnage inoubliable, un humain préféré de sa vie, un modèle qui est à la fois un très bon vivant et un immense érudit.

Le président de la République François Hollande a souligné qu’Umberto Eco qui pensait que tout est signé dans une société, s’intéressait à tout. Ce grand savant qui était nourri des sagesses du monde entier et des mythes n’est jamais fatigué d’apprendre et de transmettre son immense connaissance avec humour et inspiration, a-t-il continué.

Quant à Manuel Valls, le Premier ministre, il a publié sur son compte twitter qu’il voit en Umberto Eco un immense conteur. Une conscience européenne nous a quittés, a-t-il poursuivi.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.