Décès un 2 mars, éphéméride

0
350
Aujourd’hui

Pas de journée mondiale.

Défunts du jour

Gérard-Rinaldi Décès un 2 mars, éphéméride2012. Gérard Rinaldi. Il a succombé à un lymphome à l’âge de 69 ans. Acteur et chanteur français,, il a été l’un des fondateur des Charlots, il a fait partie du groupe de 1966 à 1986. Saxophoniste de formation, il joue dans les années 60 dans des groupes, accompagne Dick Rivers, et connaît ses premiers succès avec les Charlots : « Paulette, la reine des paupiettes» ou encore l’inusable « Merci patron». Repéré par le cinéma, il joue dans les années 70 dans « La grande java », « Les Bidasses en folie », « Les Charlots font l’Espagne », « Les fous du stade ». On le voit aussi jouer dans la série télé « Marc et Sophie ». Gérard Rinaldi va encore jouer dans de nombreuses pièces au théâtre, et sera l’une des voix de doublages à la télévision des « Simpson », de « NCIS » ou encore de « Balylon 5 ». Il faisait partie en 2009 de la tournée « Age tendre et tête de bois ».

Henri-Troyat Décès un 2 mars, éphéméride2007. Henri Troyat meurt à 95 ans. Né à Moscou, l’écrivain publie son premier roman zn 1935. Coup de maître : « Faux jour» obtient le Prix du roman populiste. Il récidive en 1938, recevant le prix Goncourt pour son livre « L’Araigne». Mais l’œuvre du futur Académicien français (1959) est marqué par ses grandes sagas, à commencer par l’épopée russe « Tant que la Terre durera » (sept tomes de 1947 à 1950). Suivront notamment les cinq tomes de « Les semailles et les moissons » (1953-1958) et les cinq tomes de « La lumière des Justes » (1959-1967). Henri Troyat, auteur très prolifique, a aussi publié de nombreuses biographies (Tolstoï, Ivan le Terrible, Flaubert, Balzac, Raspoutine, Alexandre Dumas, Zola, Tchekhov, Maupassant…). A sa mort, il était le doyen de l’Académie française.

Serge-Gainsbourg Décès un 2 mars, éphéméride1991. Serge Gainsbourg, homme orchestre, tait tout à la fois un auteur-compositeur-interprète, pianiste, artiste peintre, scénariste, metteur en scène, écrivain, acteur et cinéaste. Il voulait être artiste peintre. Mais il a accède à la notoriété en tant qu’auteur-compositeur-interprète, abordant de nombreux styles musicaux. Il s’essaiera également au cinéma et à la littérature, a réalisé plusieurs films et vidéo-clips et composé plus de quarante musiques de films. Ses débuts sur scène sont difficiles en raison de son physique. Toute sa vie, Serge Gainsbourg souffre d’un sentiment de rejet et de l’image que lui renvoie le miroir : celle d’un homme que l’on qualifie de laid. Au fil des années, il se crée une image de poète maudit et provocateur, mais pas pour autant en marge du système (« J’ai retourné ma veste quand je me suis aperçu qu’elle était doublée de vison», déclare-t-il). Les textes de ses chansons jouent souvent sur le double sens, et illustrent son goût pour la provocation, en particulier celle de nature polémique (Nazi Rock, Aux armes et cætera, Lemon Incest) ou érotique (Les Sucettes, Je t’aime… moi non plus, Love on the Beat). Serge Gainsbourg aime également jouer avec les références littéraires, comme Verlaine (Je suis venu te dire que je m’en vais). Cependant, il considère la chanson, et en particulier les paroles de chanson, comme un « art mineur[1]» du fait que, contrairement à la peinture, par exemple, il ne nécessite aucune initiation pour être apprécié. Malgré cela, il travaille parfois beaucoup la forme poétique de ses textes.

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.