Décès un 25 juin, éphéméride

0
808
Aujourd’hui :

C’est la Journée internationale des gens de mer instaurée par l’Organisation maritime internationale

Défunts du jour :

Michael_Jackson_in_1988-196x300 Décès un 25 juin, éphéméride2009 : Michael Jackson, chanteur, danseur-chorégraphe, auteur-compositeur-interprète acteur et réalisateur américain. Il est reconnu par le Livre Guinness des records comme étant l’artiste le plus couronné de succès de tous les temps. Selon le Rock and Roll Hall of Fame, il a été identifié comme étant l’artiste le plus populaire dans toute l’histoire de l’industrie du spectacle. Septième d’une famille de neuf enfants, il chante avec ses frères dès l’âge de six ans et débute une carrière professionnelle à l’âge de onze ans au sein des Jackson Five, groupe formé avec ses frères aînés. Tout en restant membre du groupe, il entame en 1971 une carrière solo. Sept de ses albums solo parus de son vivant figurent parmi les albums les plus vendus au monde : Off the Wall (1979), Thriller(1982), Bad(1987), Dangerous (1991), HIStory (1995) Blood on the Dance Floor(1997) et Invincible (2001).

Farrah_Fawcett_1977-150x150 Décès un 25 juin, éphéméride2009 : Farrah Fawcet, actrice américaine, d’origine libanaise, irlandaise, française, choctaw et anglaise, née le 2 février 1947 à Corpus Christi, Texas, et morte le 25 juin 2009 à Santa Monica, Californie. L’actrice a été popularisée par son personnage de Jill Munroe dans la série télévisée Drôles de dames (1976). En dehors de certains films comme Extremities (1986), Le Prédicateur (1997) ou Docteur T et les femmes (2000) où ses prestations sont saluées par les critiques, la carrière cinématographique de l’actrice s’avèrera décevante.

foucault2-150x150 Décès un 25 juin, éphéméride1984 : Michel Foucault, philosophe français. L’adjectif s’y rapportant est foucaldien. Il fut, entre 1970 et 1984, titulaire d’une chaire au Collège de France, à laquelle il donna pour titre Histoire des systèmes de pensée. Puisant dans Nietzsche et Heidegger, son œuvre est une critique des normes et des mécanismes aveugles de pouvoir qui s’exercent au travers d’institutions en apparence neutres (la médecine, le marché, la psychiatrie, l’art…) et problématise, à partir de l’étude d’identités individuelles et collectives en mouvement, les processus toujours reconduits de libération et de « subjectivation ». L’ensemble de l’œuvre foucaldienne s’élabore dans une archéologie philosophique du savoir, sans rechercher une signification ultime. En 2007, Foucault est considéré par The Times Higher Education Guide comme l’auteur en sciences humaines le plus cité au monde.

Georges_Courteline_1921-150x150 Décès un 25 juin, éphéméride1929 : Georges Courteline, romancier et dramaturge français. Georges Courteline se définit lui-même comme un observateur avisé de la vie quotidienne. S’inspirant de ses expériences de militaire, d’employé au ministère des Cultes, d’habitué des cafés parisiens, ou de promeneur solitaire, il s’efforce de retranscrire les petites comédies humaines qui l’entourent en pièces d’un acte, contes ou romans. Il met ainsi en scène des personnages comiques par le contraste qui existe entre leur modeste condition et leur ego très développé. Des fonctionnaires grisés par leur statut, des employés revendicatifs, des maris pleutres ou des dandys fêlés se retrouvent pêle-mêle dans une œuvre magistrale. Tout le génie de Courteline est de faire rire le public tout en attirant la sympathie et l’indulgence pour ces personnages si vrais et si humains. Il touche ainsi aux sources vives de la comédie en suivant sa définition dépeindre les mœurs en riant.

Marie_Francois_Sadi_Carnot-150x150 Décès un 25 juin, éphéméride1894 : Sadi Carnot, homme d’État français. Il fut président de la République du 3 décembre 1887 au 25 juin 1894, date de son assassinat. Il a précédemment occupé les fonctions de haut fonctionnaire, de député de la Côte-d’Or, de préfet de la Seine-Inférieure, de sous-secrétaire d’État aux Travaux, de ministre des Travaux publics et de ministre des Finances.

Georges_Cadoudal_Coutan-200x300 Décès un 25 juin, éphéméride1804 : Georges Cadoudal, général chouan, maréchal de France à titre posthume, commandant de l’Armée catholique et royale de Bretagne. Fils de paysans aisés, charismatique et doué d’une force herculéenne, Cadoudal est d’abord partisan de la Révolution française. Il s’en détache en 1791, après la constitution civile du clergé, puis prend les armes contre elle en 1793 pour s’opposer à la conscription lors de la levée en masse. Suite à l’échec des rébellions paysannes en Bretagne, Cadoudal gagne la Vendée en juin. Capitaine dans les compagnies bretonnes sous les ordres de Bonchamps, il prend part aux batailles de la guerre de Vendée. Après la défaite des Vendéens à Cholet et la mort de Bonchamps, il sert sous les ordres de Stofflet et participe à la Virée de Galerne. Il combat avec les Vendéens jusqu’à l’ultime bataille de Savenay. De retour dans le Morbihan, Cadoudal prend le commandement des troupes de Chouans qui se forment dans le pays d’Auray. Il refuse de signer le traité de la Mabilais et de reconnaître la République. Colonel en 1795, il se distingue lors de l’expédition de Quiberon, après la débacle de l’armée des émigrés, il parvient à sauver ses troupes des colonnes républicaines et est proclamé général par ses hommes. Commandant en chef de l’armée catholique et royale du Morbihan, Cadoudal prend le contrôle de presque toutes les campagnes du département tandis que les Républicains ne conservent plus que le villes. Défenseur d’une chouannerie populaire, il s’oppose à son chef, Joseph de Puisaye et à une domination des officiers émigrés. Il signe la paix en 1796, puis reprend la guerre en 1798. Il renonce à prendre Vannes mais il s’empare de plusieurs petites villes en automne 1799, avant d’être tenu en échec à la bataille du pont du Loc’h. Après avoir signé un traité, il refuse le grade de général dans l’armée républicaine et s’oppose au premier consul Napoléon Bonaparte. Fait Lieutenant-général et commandant des troupes royales de Bretagne, il trouve refuge en Angleterre suite à l’attentat de la rue Saint-Nicaise commis par deux de ses officiers. Cadoudal regagne Paris en 1804, il y organise un complot visant à capturer ou tuer le premier consul avec une troupe d’hommes armés tandis que le général Pichegru est chargé prendre la tête du gouvernement et de proclamer Louis XVIII. La conspiration est déjouée par la police de Fouché et les conspirateurs sont arrêtés. Jugé avec le général Moreau, Cadoudal est condamné à mort et guillotiné à Paris le 11 juin 1804 avec onze autres royalistes. Sa famille est anoblie par Louis XVIII et il est fait Maréchal de France à titre posthume.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here