Démographie : moins de morts en 2014

0
205

Globalement, le nombre de décès en France augmente depuis 2006. L’effet du vieillissement de la population. L’Insee a relevé toutefois pour 2014 un recul de la mortalité. Epiphénomène ou retournement de tendance ? 559.293 personnes ont cassé leur pipe l’an dernier.

Ce recul se chiffre à 11.000 morts en moins, par rapport à 2013. 2012 et 2013 : deux années de fortes hausses, deux bons crus pour la profession. En moyenne sur l’année 2014, 1.530 personnes ont trépassé chaque jour. La France (qui enregistre un solde positif de sa population pour cause de fortes naissances) craint toujours les ravages de l’hiver, saison funèbre à en croire la statistique. C’est là, entre neige et verglas, que tout s’est joué par rapport aux deux années précédentes, bien plus terribles (150 morts quotidiens supplémentaires) qu’en 2014.

Progrès des soins et de la médecine obligent, notamment en matière de maladies cardiovasculaires, les décès ont lieu désormais à un âge plus avancé aujourd’hui qu’il y a cinquante ans. En 1950, les décès des hommes étaient les plus nombreux à 74 ans (8.100 décès) et à 78 ans pour les femmes (8.900 décès). L’an passé, ce maximum a été atteint à 87 ans pour les hommes (9.800 décès) et à 92 ans pour les femmes (14.200 décès). Globalement, on décède moins avant 60 ans qu’auparavant. Même tendance pour la mortalité infantile, qui continue de baisser. 2014 a vu mourir 2.500 nourrissons dans leur première année de vie. Treize fois moins qu’en 1950.

Enfin, le sort s’acharne sur les hommes, du moins jusqu’à leurs 80 ans. Une fatalité masculine qui voit ces dames bien mieux portantes jusqu’à cet âge. Mais au fil des ans, l’écart de survie entre les deux sexes se réduit, jusqu’à une quasi-égalité des décès entre femmes et hommes de 80 à 85 ans. Les courbes s’inversent par la suite. Les messieurs survivent davantage que ces dames au grand âge. A 90 ans, il meurt un homme pour deux femmes.  A 100 ans, le rapport est d’un mort pour cinq mortes.

Lire aussi :  Contrats obsèques, pompes funèbres : comment rivaliser face aux banques et assurances ?

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here