Dijon – Service catholique des funérailles – SCF – Pompes funèbres

0
848

Un nouvel acteur à Dijon, le Service catholique des funérailles – SCF, réactions:

L’arrivée sur le marché de la mort à Dijon du Service catholique des funérailles (SCF), avec des tarifs probablement légèrement inférieurs aux autres, suscite des réactions plutôt mesurées.

« C’est un nouveau confrère, c’est tout », déclare le responsable d’une grande agence dijonnaise de pompes funèbres, qui ajoute que « chacun est libre de s’installer ». Le son de cloche est le même chez Roc-Eclerc, où Vincent Clerc, le responsable de l’agence de Dijon, constate l’implantation sur la ville, en quelques années de « beaucoup d’enseignes ». Il dit « ne pas être dérangé par la concurrence ». En revanche, il se demande si, dans la pratique, le SCF traitera tous les types de demandes, comme par exemple celles de musulmans ou de personnes athées qui se tourneraient vers le SCF pour des questions tarifaires. « Au final, ce qui va jouer, ce sera la qualité de service, le sérieux, la réputation, etc. », juge Vincent Clerc.

Yves Laupretre, gérant d’une entreprise de pompes funèbres estime que les tarifs que le SCF pratique à Paris, « ne sont pas vraiment low cost ». Lui semble plus inquiet par l’arrivée prochaine sur Dijon de l’enseigne Pascal Leclerc, qui elle sera vraiment spécialisée dans le low cost.

plus-de-cinq-enseignes-sont-deja-presentes-sur-dijon-photo-archives-philippe-bruchot Dijon - Service catholique des funérailles - SCF - Pompes funèbres

De son côté, Jean-Patrice Meurdra, gérant des pompes funèbres Meurdra, aussi interrogé sur le sujet, déclare « attendre des réponses précises du vicaire général du diocèse de Dijon sur un certain nombre de points techniques concernant les attributions qu’auront les personnels du SCF ».

Lire aussi :  Nicolas Hulot, la transition énergétique dans les crématoriums

viaDijon | Des concurrents entre indifférence et questionnements – Le Bien Public.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here