« Dropped » : le temps des inhumations

0
379
(Capture d'écran Youtube)

La nageuse Camille Muffat et le boxeur Alexis Vastine seront inhumés mercredi prochain, la première à Nice, le second à Pont-Audemer (Eure). Les deux sportifs figurent parmi les dix victimes du crash d’hélicoptères du 9 mars, sur le tournage de l’émission de téléréalité de TF1 « Dropped », au pied de la Cordillère des Andes.

Huit des morts étaient français : cinq membres de l’équipe de production, la navigatrice Florence Arthaud et les deux autres sportifs. Leurs cercueils sont arrivés d’Argentine hier dimanche à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, transportés à bord d’un vol d’Air France. Outre des officiels des deux pays, les familles des victimes étaient présentes pour une cérémonie privée et très sécurisée dans une chapelle ardente improvisée. Les dépouilles doivent rejoindre les villes d’origine de chacun.

Les obsèques de Camille Muffat, 25 ans, se feront dans l’intimité de sa famille et du monde sportif, très ébranlé par la tragédie. De grands champions sont ainsi attendus le matin à l’église niçoise de Saint Jean-Baptiste-Le-Vœu. Le public pourra rendre un hommage sur un registre de condoléances.

Tout autre scénario pour Alexis Vastine, 28 ans. Son père espère voir à Pont-Audemer (église Saint-Ouen à 15h) « tous les gens qui l’ont soutenu ». Le ministre de la Défense est attendu (le boxeur olympique était militaire), ainsi que de nombreux membres des équipes de France. Très soutenue notamment en Normandie, la famille Vastine a déjà été frappée par la mort accidentelle de la jeune sœur d’Alexis en janvier dernier.

Pour l’emblématique Florence Arthaud, 57 ans, une cérémonie religieuse est prévue lundi 30 mars à Paris en l’église Saint-Séverin. Le 28 avril suivant, une deuxième commémoration est prévue en mer, avant l’inhumation sur une île de Méditerranée, au large de Cannes.

Au-delà du deuil, les familles ont vivement interpellé ces derniers jours la société de production ALP, aux manettes du jeu d’aventures « Dropped ». Manque d’informations, sentiment d’abandon, difficultés à se rendre en Argentine pour s’incliner sur les corps, les critiques ont été vives. Le frère de Florence Arthaud, lui-même pilote d’hélicoptère, a dénoncé une « chasse à l’image », qui faisait prendre tous les risques aux pilotes des appareils. »On a zappé les règles de sécurité. » Un responsable d’ALP a assuré avoir pourtant vu les deux pilotes aguerris « répéter ensemble » avant le vol. L’enquête officielle sur les causes de ce crash en vol n’a toujours pas abouti, mais s’orienterait vers une « mauvaise coordination » entre eux.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.