E-stel, sépulture en acier et volonté de fer : interview

4
1452
Modèle Osmose 3

Quel est l’avenir des monuments funéraires ? L’on prend conscience que poser une pierre sur une sépulture ne suffit plus. Mais est il possible d’innover ? E-stel croit que oui, et en fait une démonstration convaincante. Interview de Grégory Marchal, co-gérant.

osmose-3-300x300 E-stel, sépulture en acier et volonté de fer : interview
Modèle Osmose 3
Une idée au cimetière

Tout est parti d’un cabinet d’études, MDPE, créée il y a sept ans par Grégory Marchal, que son frère Josua rejoint en 2009. Et une idée venue au cimetière. « Nous avons eu un décès dans la famille, et, au cimetière, nous avons été frappé par des tombes simplement recouvertes de terre, ou de plaques de béton. Nous avons creusé la question, et nous nous sommes rendus comptes que, pour diverses raisons, les gens préféraient laisser une tombe sans aménagement, ou avec un aménagement sommaire, plutôt que d’acheter un monument en granit. Nous avons alors commencé à réfléchir à une alternative que nous pourrions proposer ».

Laisser le temps au temps

C’est en 2010 que les deux frères concrétisent l’idée sous la forme d’un premier prototype. Suivi d’une étude de marché en 2011. Puis ils passent en phase de réalisation « Nous avons acheté un atelier, dans le but de maîtriser les coûts ». Atelier situé en France « Tout est fait en France, et la pour les fournitures, nous privilégions les partenaires locaux, puis nationaux ».

Le résultat ? Un monument métallique complet, et personnalisable. Similaire à celui de Funeral Concept, qui réalise également des monuments en acier ? « Pas du tout. Je connais le dirigeant de Funeral Concept, que j’ai rencontré plusieurs fois, et nous proposons deux produits différents ». En effet ; seule la matière première est la même.

Lire aussi :  Alerte sécurité et réglementation sur le matériel de levage
pirombe-6-300x300 E-stel, sépulture en acier et volonté de fer : interview
Modèle Pirombe 6
Cimetière métallique

Le concept produit est simple : un monument en métal. Nous ne reviendrons pas ici sur les considérations techniques sur la durabilité du matériaux, Grégory Marchal se fera un plaisir de l’expliquer. Ce qu’il faut retenir, c’est que ce métal là n’a plus rien à voir avec le matériau qui rouillait si on l’oubliait à l’extérieur : celui-ci est conçu pour. Et offre des possibilités de personnalisations très importantes, à tel point que la société a dû les brider « Nous proposons 110 modèles différents sur notre site » explique Grégory Marchal « avec différentes combinaisons, des personnalisations. Nous proposons déjà un très vaste choix, et nous aurions pu continuer à l’infini ».

La dalle du monument est remplie d’une mousse spéciale « Pour des raisons acoustiques, notamment. La dalle ne résonne pas, ne sonne pas creux ». Aucun détail n’a été laissé au hasard.

Un coût avantageux

Grégory Marchal a un argument massue pour son monument, le coût « Il faut savoir que sur le papier le monument est un peu plus cher à l’achat qu’un modèle en granit. Mais il suffit de deux personnes et d’une demi-heure pour le poser. Pas besoin de camion, pas besoin de grue, du fait de son faible poids, il suffit d’un utilitaire » et si les dirigeants de E-stel sont si sûr de leur coup, c’est qu’ils ont mis la main à la pâte eux-même. L’avantage se fait aussi ressentir pour les familles, sur la pose, donc, mais aussi lors des inhumations suivantes : une demi-heure de démontage-remontage, maximum, avec deux personnes, sans matériel lourd, voilà qui va faire baisser les coûts de revient.

Lire aussi :  Vivante à la morgue, cimetière, Pompes funèbres… L’actualité du 3 juillet 2018

Le suivi et l’entretien du monument ne posent ensuite aucun problème. Ainsi, l’ajout des noms « C’est un système de lettres fixées sur le monument. Nous les réalisons rapidement, dans un lettrage identique à l’existant, et le tout à un coût très faible, inférieur à celui d’une lettre gravée ».

prestige-2-300x300 E-stel, sépulture en acier et volonté de fer : interview
Modèle Prestige 2
Demain Paris, et ensuite le monde ?

La société, qui commence début septembre la commercialisation à grande échelle de son monument, en a déjà vendu quelques exemplaires « Au risque de surprendre, nos premiers clients ont plus de 70 ans, et sont en quête de nouveauté. Ce qui leur plaît, c’est d’avoir enfin sous les yeux, non pas un monument en granit austère, mais quelque chose de personnel, un lieu ou il est agréable de se rendre pour évoquer le souvenir d’un proche. Quand on y pense, un cimetière n’est pas obligé d’être triste ».

E-stel sera présent au salon de Paris. Lorsqu’on demande à Grégory Marchal ce qu’il attend du salon, sa réponse est claire « Rien de spécial, dans le sens ou nous ne nous sommes pas donnés d’objectifs. Nous y allons pour montrer notre produit, rencontrer les professionnels, et répondre aux questions qu’ils pourraient se poser. »

Alors, vous ne risquez rien à succomber à la curiosité. Les frères Marchal ont pris le temps pour soigner leur produit, présenter une solution aboutie à tous points de vue, la demande existe, et ils ont toutes les réponses aux questions que vous pourriez vous poser. Et puis, depuis quand n’avez-vous pas vu quelque chose de réellement nouveau en marbrerie ?

(Toutes les photos sont Copyright E-stel)

Le site internet de E-stel se trouve ICI

4 COMMENTAIRES

  1. Dans le processus de commande, le site calcule les frais de livraison avec la pose qui est en fonction de votre adresse de livraison pour les zones couvertes par un installateur du réseau E-stel. Dans le cas contraire, il est toujours possible de contacter le revendeur le plus proche depuis le site. D’ailleurs, l’adresse de livraison peut être directement le lieu de pose (cimetière). La date de livraison et le lieu de pose sont validées par un membre de E-stel avant la validation de la commande.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.