Edito : lieux de décès hors des sentiers battus

0
323
Lieu de décès, 47° 9' S, 123° 43' W ? (Certains, peut être tous, passagers décédés lors du naufrage du Titanic, voient apparaître sur leur certificat de décès : 41° 46′ N et 50° 14′ O, HMS Titanic)

Les lieux de décès : casse-tête statistique, information pratique ou futilité sans intérêt ? En tout cas, occasion de s’interroger et, parfois, de s’amuser.

hopital1-300x248 Edito : lieux de décès hors des sentiers battusOn me dira que les lieux de décès sont quand même un peu un marronnier de la presse funéraire, mais justement : à deux jours d’octobre, alors que marrons et châtaignes se forment sur les arbres et que nous, les chanceux qui vivent à la campagne, contemplent paisiblement ce bucolique spectacle dans l’anticipation du passage au four, sans oublier d’inciser légèrement la coque, sinon ça explose, cela semble à propos. Certes, comme le dit régulièrement un ami porteur, « le lieu du décès, on s’en fout, tant qu’on a l’adresse » mais il est certains cas ou ladite adresse est quelque peu difficile à trouver.

Statistiques

Les statistiques évoluent doucement : en 2011, les décès survenaient à l’hôpital pour 57,7 % d’entre eux, en maison de retraite à 11,6 % contre 10 % en 2010, alors que celle des décès à domicile diminue pour s’établir à 25,1% (contre 26,7%). La part des décès sur la route ou dans un lieu public a très légèrement diminué entre 2001 et 2011 (de 2,0% à 1,5%) soit 8091 personnes. Par contre, 23541 décès sont survenus on ne sait pas ou.

C’est ce dernier point qui est à la fois amusant et surprenant. 4 % des lieux de décès sont inconnus. Bien entendu, c’est une aberration statistique : il s’agit la plupart du temps de formulaires insuffisamment remplis. Ajoutez à cela les déclarations de décès suite à disparition prononcées par un tribunal, les corps retrouvés après un long séjour en mer, ou les décès survenus dans des sites naturels au nom trop vaste et trop général pour être trop précis, et l’on obtiendra un chiffre conséquent.

La plupart du temps, néanmoins, l’absence de lieu de décès est revendiqué soit par le groupe activiste des Illisibles, en sérieuse concurrence avec la secte des Non renseigné. Inutile de convoquer les services secrets, aucun mystère là dessous.

Ballast-de-double-fond-225x300 Edito : lieux de décès hors des sentiers battus
Ballast de double fond sur un bateau

Questions gênantes

Un certain nombre de questions gênantes peuvent parfois se poser. Prenons par exemple le cas, abondamment commenté ce week-end, de ce monsieur qui a été retrouvé mort dans les toilettes d’un hôpital, dix jours après sa disparition. L’homme n’était plus considéré comme hospitalisé, mais comme disparu. Alors, sera-t-il considéré comme décédé à l’hôpital, ou dans un lieu public ? Il peut sembler facile et de mauvais goût d’ironiser à ce propos, mais la question se pare d’un fond sérieux : selon l’un ou l’autre choix, administrativement, apparaîtra en filigrane la volonté de mener des investigations rigoureuses sur cette triste affaire, ou au contraire de l’étouffer. Déchiffrage biaisé et subtil des suites de l’affaire, donc.

Et qu’en est il des lieux surprenants ? Une équipe de pompes funèbres fut appelée à Brest, il y a quelques années, pour procéder à l’enlèvement d’un corps. Celui-ci reposait dans le ballast, aménagé entre la coque et la cuve de marchandises. Le lieu du décès mentionné sur le certificat fut « Inconnu ». Quelles possibilités s’offraient aux agents de l’Etat-civil ? Estimer la date du décès et indiquer les coordonnées longitudinales du bateau ce jour là ? Ou bien indiquer que le décès était constaté « Forme de radoubs X, port de commerce de Brest » ?

Mer__3_4adcbad66ec11-300x199 Edito : lieux de décès hors des sentiers battus
Lieu de décès, 47° 9' S, 123° 43' W ? (Certains, peut être tous, passagers décédés lors du naufrage du Titanic, voient apparaître sur leur certificat de décès : 41° 46′ N et 50° 14′ O, HMS Titanic)

Au final

Au final, la famille s’en fiche : dans le cas qui précède, le décès est survenu en mer, et le reste importe peu. Pour le reste, tant que les cas exotiques surviennent peu fréquemment, l’INSEE peut bien se contenter de 28 000 lieux de décès inconnu par an.

A titre personnel, je me suis toujours demandé, pour ne l’avoir jamais vu, ce qui figurait sur le certificat de décès d’un homme que deux collègues avaient été chercher un soir, après que ce brave homme ait succombé à un infarctus au beau milieu d’un club libertin. Sa veuve, présente, et s’adonnant aux mêmes activités débridées que son époux peu jaloux, avait elle sollicité que l’adresse ne figurât pas sur l’acte authentique ?

L’on peut souligner au passage, et sans rapport ni transition avec le paragraphe précédent, le statut particulier des maisons de retraite : elles sont indiquées comme lieu spécifique, alors que, fiscalement et administrativement parlant, sont considérées comme le domicile habituel de leurs résidents. On peut prédire que ce chiffre particulier va augmenter : le nombre de demandes étant toujours nettement plus important que celui de l’offre, le nombre de décès en maison de retraite augmentera exactement du même nombre de places qu’on construira.

Mais d’une manière générale, une vie casanière et paisible menée paisiblement dans des endroits connus et bien déterminés sera l’assurance d’une mort administrativement sereine.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.