Elève à l’ENAMEF, votre future collègue aux pompes funèbres

0
640

Jennifer est une assistante funéraire de demain, toute nouvellement sortie de l’ENAMEF au terme d’un parcours mûrement réfléchi. Portrait de votre future collègue.

moi-a-paris-2-300x300 Elève à l'ENAMEF, votre future collègue aux pompes funèbresParcours

Jennifer est représentante de cette génération arrivée dans les pompes funèbres non plus par hasard, comme beaucoup d’entre nous, mais par vocation. Au terme de quel parcours ? « Je viens de la comptabilité » explique-t-elle, « J’ai fait un BTS assistante de gestion, mais, même si la comptabilité, la gestion et le droit ne me dérangent pas en soi, je n’arrivai pas à me projeter faisant cela toute ma vie. » Elle s’intéresse au Funéraire « J’ai vécu des pertes, dans ma famille, et j’ai observé le travail des pompes funèbres. Tout de suite, ce métier m’a intéressée, mais je n’arrivai pas à trouver d’informations précises dessus ».

Le déclic se produit lors de l’enterrement d’un proche « J’en ai vécu quelques uns, et lors de celui-là, je me suis rendue compte que je regardais inconsciemment le travail des pompes funèbres. » dans sa quête d’informations, elle demande des renseignements… à Funéraire Info. « Le directeur de la publication m’a tout simplement proposé de venir au salon du Bourget, pour rencontrer les écoles. J’ai échangé avec beaucoup d’intervenants, et ça m’a conforté dans ma décision de franchir le pas. Mon choix s’est porté sur l’ENAMEF. »

En formation

Ou en est elle de sa formation ? « Nous avons fini les quatre semaines théoriques, et il me reste à trouver un stage. Ensuite, je pourrai passer l’écrit et l’oral » et ensuite, on pourra lui souhaiter la bienvenue dans la profession « Oui, en attendant, vous pouvez m’encourager. Ou mieux, me proposer un stage. » Sous ses dehors calme, Jennifer ne perd pas le nord.

Lire aussi :  Une nouvelle méthode de dispersion des cendres avec WAY

Qu’est-ce qui l’a le plus intéressée dans la formation « Plein de choses, la législation, le cours sur les religions, le cours sur les cérémonies, la psychologie, la marbrerie… » houla ! Si elle devait ne choisir qu’un module « un seul ? Tout était intéressant ». Elle ressort de ces quatre semaines plus déterminée que jamais « Oui, le métier est différent de l’image qu’on peut en avoir de l’extérieur, mais en mieux, bien plus varié et intéressant qu’on le pense. » Un programme bien assimilé, donc « Oui, j’ai beaucoup appris, y compris sur moi » c’est à dire « Je me suis découverte ambitieuse. Ca peut sembler idiot, dit comme ça, mais jusqu’à présent, lorsque je pensai au travail, je pensai juste à trouver un boulot. Dans le funéraire, au contraire, j’ai envie d’évoluer, de progresser. J’ai même envisagé de passer mon Niveau 5. » Prochainement ? « Pas tout de suite, mais à terme, oui ».

ENAMEF-300x221 Elève à l'ENAMEF, votre future collègue aux pompes funèbresL’ENAMEF

Jennifer ne semble pas regretter son choix de l’ENAMEF « pas du tout ! » s’exclame-t-elle « Les formateurs étaient formidables. Tous très professionnels, ils avaient de l’expérience et l’envie de nous apprendre au mieux. Avec eux, chaque module devenait absolument passionnant, parce qu’ils savaient nous montrer à quoi ça sert sur le terrain ». Reste particulièrement dans son souvenir le discours d’un formateur qui, parlant du métier « Nous a provoqué des frissons tellement il était émouvant et passionné »

L’entente dans le groupe a tout de suite été excellente « Chacun est venu avec son parcours, du jeune sans expérience jusqu’à ceux qui avaient eu une vie avant, comme une ancienne postière, ou un ancien prêtre » un ancien prêtre ? « Oui. Pour lui, les cérémonies, ça allait tout seul » s’amuse Jennifer. « D’autres arrivaient de Corse, de Saint Pierre et Miquelon… » et tout était conçu pour que les stagiaires se sentent bien, concentrés sur leur travail « Y compris le petit jardin derrière, que l’on voyait par la fenêtre comme arrière plan des cours, en plein Paris, ou le petit salon ou l’on buvait le café. Ils étaient prévu pour prendre des pauses, et on continuait de parler de ce qu’on avait entendu ».

Au terme du parcours, la remise des diplômes, au salon Funexpo à Lyon en novembre, les élèves ont prévu de rester en contact. Mais d’ici là, Jennifer espère décrocher un stage, pas forcément près de chez elle, dans le Nord, près de Lille « Je suis motivée pour aller chercher le travail ou il se trouve ». N’hésitez pas à envoyer un mail à Funéraire Info, qui transmettra.

ENAMEF

100 rue de Ménilmontant
75020 paris

Tél : 01 46 60 24 24
ou 01 56 54 25 90
Fax : 01 56 54 25 95

Lien vers le site de la FFPF et l’ENAMEF

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here