Pour enterrer Kurt Cobain et oublier Nirvana

0
615

Il y a vingt ans mourait Kurt Cobain, et le chanteur guitariste compositeur auteur entrait dans la légende du rock. Par effraction et l’arme au poing…

Nirvana_around_1992-300x282 Pour enterrer Kurt Cobain et oublier NirvanaAu tout début…

deux jeunes hommes désœuvrés, Kurt Cobain et Krist Novoselic , fondent un groupe, appelé Nirvana. L’on passera sur les différents changement le batteurs qui verront l’arrivée à la batterie de Dave Grohl. Loin encore de cette image, le groupe sort Bleach, son premier album, sur le label Sub Pop.

Lorsqu’on écoute Bleach aujourd’hui, on est frappé par une évidence : ce qu’on appelle le grunge est en réalité un sous-métal. La musique Métal, comme son cousin le Hard Rock, est, malgré son aspect bruyant, voire bruitiste, en réalité très technique et complexe à jouer. Ce qui n’est, manifestement, pas le cas de Nirvana, comme d’autres groupes de la scène émergente grunge de Seattle : une musique simple, voire basique, et malgré son dépouillement extrême, mal jouée, ce manque de rigueur étant compensé par une énergie folle, principalement due aux drogues dont ces groupes font grand usage.

Le grunge est au final un bandage sur une jambe de bois pour tous ces petits jeunes qui veulent faire du métal mais qui préfèrent boire des bières que d’apprendre à jouer correctement de leur instrument.

Pour preuve : le métal existait avant le grunge et la scène est toujours aussi vivante, tandis que son ersatz aujourd’hui a presque complètement disparu, remplacé constamment par de nouveaux genres (noisy pop, j’en passe…) généralement lancés par de petits jeunes qui savent mieux manier le marketing que la guitare.

… et ensuite…

Le groupe est repéré pour son énergie et son look par une maison de disques qui cherche de nouveaux produits. Ce sera l’album Nevermind, suivi quelques années plus tard de l’album In utero.

Parce que Curt Cobain, promu nouveau pape du grunge, adopte volontiers une attitude en total décalage avec son mode de vie. Il critique violemment la société de consommation et la jeunesse abrutie par le marketing ? Oui, mais il le fait dans des disques qu’il faut acheter et des concerts dont l’entrée est tout, sauf gratuite. Il se veut le chantre de la liberté, s’imagine en vagabond céleste ? Oui, mais bien à l’abri de l’immense maison que lui et son épouse, Courtney Love, on acquis à grand renfort de millions.

Kurt Cobain n’est pas un messie : certes, il dénonce les dérives et les abus d’une société mercantile, mais plutôt que de se faire le chantre d’une alternative crédible, porteur de solutions, il se réfugie dans la drogue.

Kurt Cobain n’est pas non plus un grand compositeur, comme on a pu le lire ici ou là : ses morceaux sont une succession d’accords basiques en nombre très limité. Sans parler des innombrables affaires de plagiat qui jalonnent l’histoire du groupe, de la part d’un autre combo issu des 70’s appelé… Nirvana.

… Et enfin

Cobain finalement a eu une attitude égotiste et éogïste. Adepte du « faites ce que je dis, pas ce que je fais », c’était juste un gars malheureux perclus dans une attitude misérabiliste, et s’il servait de modèle à de jeunes esprits influençables, ce n’était pas son problème.

Peu de temps après sa mort, deux jeunes fans se sont suicidés pour imiter son exemple. Cas heureusement isolé, la plupart des ados de l’époque s’étaient contentés de s’habiller dans des friperies et d’arrêter de se laver. Beaucoup écoutent aujourd’hui Lady gaga et portent un costume.

Certains nostalgiques toutefois essaient de maintenir actif le culte de Kurt Cobain, la plupart, lorsqu’on creuse un peu, ayant un intérêt financier à l’affaire. Kurt est mort, mais ses royalties courent toujours.

Mais s’il avait vécu ? S’il avait vécu, les choses auraient été plus simples, les albums se seraient suivis et ressemblé, le public, lassé, se serait peu à peu détourné, et aujourd’hui, Nirvana existerait toujours, mais personne ne se souviendrait d’eux. Kurt porterait peut être même un costume. Une carrière à la Placebo, finalement.

Kurt Cobain était un jeune homme malheureux, qui a gâché sa vie en se plongeant dans la drogue, et s’est suicidé à 27 ans. De cela, on peut se souvenir, l’histoire somme toute touchante d’un gamin ordinaire qui n’a pas su trouver d’aide ou de réconfort. Mais c’est, somme toute, une histoire comme beaucoup d’autres. Tout le reste, le musicien, Nirvana, le grunge, il faut l’oublier pour enfin passer à quelque chose de plus intéressant.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.