Ephéméride du 27 décembre

0
514

Aujourd’hui

Pas de journée internationale répertoriée

Défunts du jour

Bernard-Pierre-Donnadieu-300x208 Ephéméride du 27 décembre
Bernard Pierre Donnadieu

En 2010 disparaissait Bernard-Pierre Donnadieu, acteur Français. Il commence timidement sa carrière au cinéma à l’âge de 25 ans en faisant de nombreuses apparitions chez des réalisateurs pour la plupart renommés. Il apparaît dans Le Locataire (1976) de Roman Polanski, puis tourne sous la direction de Claude Lelouch dans Si c’était à refaire (1976), Jean-Jacques Annaud dans Coup de tête (1978) et Patrice Chéreau dans Judith Therpauve (1978). Ces petits rôles lui permettent de se faire un nom respectable dans le milieu du cinéma, mais c’est surtout en 1981 qu’il connaît la consécration avec Le Professionnel (1981) où il se retrouve sous la peau de L’inspecteur auxiliaire Farges aux côtés de Jean-Paul Belmondo.

Gustave-Eiffel Ephéméride du 27 décembre
Gustave Eiffel

En 1923 s’éteignait Gustave Eiffel, ingénieur et un industriel français, ayant notamment participé à la construction de la statue de la Liberté à New York et de la tour Eiffel à Paris. Le premier grand chantier de Gustave Eiffel est en 1858 le pont ferroviaire de 500 mètres de long de Bordeaux dont il assure à 26 ans seulement la direction des travaux – une prouesse technique sur une rivière aussi large, qui lui permet de tester toute une série d’innovations qui feront sa force par la suite.

Pierre-de-Ronsard-261x300 Ephéméride du 27 décembre
Pierre de Ronsard

En 1585 mourait Pierre de Ronsard, un des poètes français les plus importants du XVIe siècle. « Prince des poètes et poète des princes », Pierre de Ronsard, adepte de l’épicurisme, est une figure majeure de la littérature poétique de la Renaissance. Auteur d’une œuvre vaste qui, en plus de trente ans, a touché aussi bien la poésie engagée et « officielle » dans le contexte des guerres de religions avec les Hymnes et les Discours (1555-1564), que l’épopée avec La Franciade (1572) ou la poésie lyrique avec les recueils Les Odes (1550-1552) et des Amours. Imitant les auteurs antiques, Ronsard emploie d’abord les formes de l’ode (Mignonne, allons voir si la rose) et de l’hymne, considérées comme des formes majeures, mais il utilisera de plus en plus le sonnet transplanté en France par Marot en 1536 en employant le décasyllabe comme le mètre « moderne » de l’alexandrin.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.