Érotique du cimetière d’André Chabot

0
1785

Érotique du cimetière d’André Chabot.Si je vous disais que ce livre ne laisse pas de marbre, vous me direz que c’était facile, je le sais, et surtout je n’ai jamais dit que je ne me laisserai pas aller à la facilité.

Mais surtout je trouve que cette boutade colle bien au livre d’André Chabot, car certains monuments de ce livre sont tellement empreints de sentiments, qu’ils ne peuvent nous laisser insensible…

Jamais jusque la mort nous sépare n’aura jamais été aussi richement illustré.

Des amants qui continuent de s’embrasser par delà de la mort, d’autres qui se tiennent la main, et certains même faisant l’amour pour l’éternité. Comme pétrifiés à jamais dans l’amour et le plaisir

Des gisants qui peuvent être obscènes, émouvants, sensuels… Jamais Éros et Thanatos n’ont jamais été aussi proche que dans toutes ces sépultures.

La plupart des photos de ce livre, prises aux quatre coins du monde, reflètent plus l’amour, la sensualité, la vie que la mort et le deuil.

André Chabot, le promeneur nécropolitain, comme il aime lui-même se faire appeler, retrace l’histoire des cimetières à travers les siècles. Il nous explique comment la nécropole peut refléter les mœurs, les tabous d’une époque.

Au travers de ses textes, nous effectuons une ballade romantique dans les vieux cimetières, au milieu d’époques révolues de l’hommage monumentale de la pierre offert aux défunts.

On peut aussi voir ce livre comme une étude sociologique sur la vision de la mort et de la vie. Au fil du temps, les ciselets et autres burins des sculpteurs ont donné des expressions différentes aux visages, la douleur, l’extase, la peur, etc. Selon l’époque ; période de paix, de guerre, de crise, la politique et la religion faisaient évoluer les œuvres des artistes : Les corps se dénudent, se voilent, se cachent ou s’exhibent carrément en des poses obscènes.

Lire aussi :  Les 510 morts de la rue…l’actualité du jeudi 5 avril 2018

Les chapitres portent tous des noms à consonance poétique : Et mourir de plaisir, Les secrets frissons du marbre, La femme pour l’homme, La femme pour Dieu, Péché d’amour, péché mortel… je ne vais pas énumérer ici les 18 chapitres.

De la poésie il y en a dans ce livre, André Chabot a émaillé ses propres textes de références littéraires, d’extraits de poésies.

A mes yeux ce livre est un livre sur le romantisme et l’amour, il est envoutant, come si l’homme réfutait la mort de par l’érotisme, érotisme qui engendre l’acte de chair qui engendre lui-même la vie…

« Ainsi je voudrais, une nuit,

Quand l’heure des voluptés sonne,

Vers les trésors de ta personne,

Comme un lâche, ramper sans bruit,

 

Pour châtier ta chair joyeuse,

Pour meurtrir ton sein pardonné,

Et faire à ton flanc étonné

Une blessure large et creuse, »

                        Charles Baudelaire, À celle qui est trop gaie, Pièces condamnées V

Érotique-du-cimetière-2-225x300 Érotique du cimetière d’André Chabot

A noter que ce livre est une (très belle) réédition d’un opus sorti en 1989, (à noter qu’à l’époque qu’il avait reçu le grand prix de l’humour noir, si l’un de vous est capable de me dire pourquoi, je lui offre un livre).

Une nouvelle mise en page, plus aérée, plus agréable, 100 photographies inédites,   300 photographies en noir et blanc, et de belle facture…

Érotique du cimetière d’André Chabot, 253 pages, Édition la Musardine, 32€

Érotique-du-cimetière-3-241x300 Érotique du cimetière d’André ChabotPar Sébastien Mousse

Atelier-Mosésu Érotique du cimetière d’André Chabot

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here