Et si l’on passait à côté d’homicides faute d’autopsie ?

0
311
a côté d'homicides faute d'autopsie

Je vous parlais il y a peu des médecins légistes. Je vous expliquais, entre autre, qu’il n’y avait aucune harmonisation entre les différents parquets de France quant aux critères sur lesquels se basent les procureurs de le République pour ordonner ou non une autopsie. Et si l’on passait à côté d’homicides faute d’autopsie ?

Encore une fois, si l’on suit les recommandations du Conseil de l’Europe, les autopsies devraient être réalisées en cas de mort non naturelle évidente. Ce qui sous-entend :

–        les homicides,

–       les morts subites,

–       les suicides,

–       les suspicions d’erreurs médicales,

–       les accidents de transport,

–       les cas de maladies professionnelles,

–       les catastrophes naturelles,

–       les décès en détention

–       les corps non identifiés.

Ça c’est la théorie, en réalité, au jour d’aujourd’hui selon la région dans laquelle vous vivez, et à posteriori où vous mourrez, ce sera du cas par cas. C’est le procureur de la République qui doit décider. Tant mieux parfois. Tant pis souvent.

Selon les derniers chiffres de l’INSEE, il y a eu 600.000 décès en 2015 dont 9.000 autopsies médico-légales au maximum pratiquées en France. Cela fait 1,5%.

La réforme de la médecine légale de 2010 a permis aux médecins légistes de se regrouper dans des hôpitaux régionaux, ce qui a aidé à centraliser les moyens. Et encore une fois comme je l’expliquais précédemment le rôle des médecins légistes est de davantage s’occuper des vivants que des morts, y compris pour les personnes placées en garde à vue.

Professionnels du funéraire, vous savez tous ce qu’est une levée de corps. Et lors de cette levée de corps, il faut effectuer un examen du défunt sur le lieu même de la mort, or rien dans la loi n’établit que seuls les médecins légistes fassent cet examen, et c’est là que des erreurs peuvent survenir. La médecine légale permet de comprendre les marques sur un corps, et de déceler un indice suspect qu’un médecin généraliste ne sera pas habitué à voir.

Malgré la réforme de 2010, des services et des régions de France sont totalement sous évalués. Les corps ne sont pas assez vite pris en charge, et pas non plus assez vite pris en charge pour les obsèques et je ne vous parle même pas de la lenteur pour le certificat de décès.

Augmenter le nombre d’autopsies ? Pas forcément, mais si tout le monde appliquait à la lettre les protocoles, plus rien ne passerait entre les mailles du filet.


À lire aussi : https://www.funeraire-info.fr/medecin-legiste-la-mort-la-justice-et-le-vivant-103072/

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.