Europe Metal Concept, les fondeurs du funéraire

0
108
Louis Piazza de europe Metal Concept à côté du prototype du broyeur de calcius

Europe Metal Concept (EMC) est fondeur, et s’est spécialisée dans le retraitement des métaux issus de la crémation humaine et du médical. Mais comment une fonderie tout ce qu’il y a de plus traditionnel s’est elle dirigée vers ce métier à la pointe ?

Le recyclage des métaux

EMC est un acteur discret, mais actif. Il est vrai que l’activité de la société est pointue et ne prête pas à des expositions spectaculaires. A l’origine, EMC était spécialisée dans le recyclage des métaux issus de la dentisterie. Un choix assumé, parce que le modèle EMC était B to B, sans expérience du contact avec les particuliers.

C’est lorsqu’un dentiste expliqua à Louis Piazza, directeur d’EMC, que la plupart des prothèses dentaires arrivaient au crématorium, que ce dernier se pencha sur la question. D’abord sur l’aspect juridique du sujet « j’ai appelé notre juriste, et ai pris connaissances de la directive européenne de 1977, qui a depuis été remplacée par la directive de 2008. » nous explique Louis Piazza.

Une croissance régulière

Louis Piazza a vite compris qu’il ne pourrait proposer une solution simple en restant spécialisé dans le traitement des métaux dentaires, et a rapidement fait le choix d’étendre son champ d’expertise à l’ensemble des métaux issus de la crémation humaine. Le savoir-faire était déjà présent, le matériel s’est adapté. Ainsi, EMC a créé une machine capable de trier les métaux selon leur composition.

EMC s’est implanté régulièrement sur le marché des crématoriums. Débutant avec deux clients, les crématoriums qui font aujourd’hui appel à lui représentent un tiers du parc français.

Lire aussi :  Les convois en pleine chaleur, comment gérer au mieux vos décès ?

Une procédure stricte

EMC est fondeur : cela veut dire que les métaux, une fois triés, sont fondus et ressortent sous forme de lingots « On les appelle des masses » souligne Louis Piazza. Les masses sont donc ensuite à envoyées un laboratoire indépendant, qui teste leur pureté. C’est en fonction de cet indice de pureté et du poids des métaux que EMC règle les crématoriums.

« C’est une transaction soumise à la TVA » précise Louis Piazza, dont l’usine est située en France. L’activité est de surcroît extrêmement réglementée : chaque opération donne lieu à une déclaration de transport, une déclaration de recyclage, et la société doit tenir un registre de police stipulant la nature, la provenance et la quantité de métaux, entre autres.

Comment est-ce que cela doit se passer ? « Pour chaque enlèvement, un bordereau est établi, les métaux triés sont notifiés sur un registre, avec leur nature et leur provenance, nous envoyons une photo au client de chaque pesée, avec la nature du métal, et tout est soumis à analyse de laboratoires indépendants français. Nous avons également une unité en Italie, entre autre, et là encore, nous respectons la législation italienne, nous recyclons sur place, en acquittant les taxes italiennes et sous le contrôle de laboratoires italiens. »

Louis Piazza le souligne : les crématoriums sont responsables des métaux issus des crémations. Le meilleur moyen pour eux de ne prendre aucun risque est de faire appel à une société appliquant une procédure stricte et ayant pignon sur rue.

Le site internet de EMC : europemetalconcept.fr

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here