Facture des pompes funèbres : le ratio qui tue

0
6079

Si l’on avait donné un euro à un entrepreneur de pompes funèbres à chaque fois qu’on lui disait que « les obsèques sont chères », il est certain que le petit veinard n’aurait plus à se lever le matin en se souciant de l’argent. Mais ce n’est pas le cas, bien au contraire.

 

MinistereFinancesBercyParis-300x194 Facture des pompes funèbres : le ratio qui tue« C’est cher » s’exclame parfois la famille devant un devis de pompes funèbres. Pas à chaque fois, bien entendu. De temps à autre, ils ne disent rien, mais par timidité ou politesse : ils se contentent de le penser.

Mais cher par rapport à quoi ? Un décès coûte, en moyenne en France, 3500 euros, d’après certains chiffres (fourchette haute de l’estimation, la basse se situant un peu au dessus de 2800 euros) alors qu’une naissance revient à 7000 euros.

Mais d’un côté, celui du début de la vie, nous avons une double bonne nouvelle : l’arrivée d’un enfant, combiné à un remboursement intégral de la sécurité sociale. De l’autre, au contraire, le départ de l’ancien enfant, au terme d’une vie, on l’espère, accomplie, mais accompagné d’une facture à la charge de ceux qui restent, facture alourdie par tout un salmigondis de taxes et charges diverses et variées.

Parce que ce n’est pas dans la poche de l’entrepreneur que partent les sommes investies. Loin de là. Pour le présent article, nous avons souhaité rester généralistes, afin de mettre surtout en lumière le principe de la fiscalité des obsèques. La Toussaint arrive, et le sujet sera remis sur le tapis, les pompes funèbres clouées au pilori. Autant désigner les responsables, non ?

La TVA

A l’exception du transport de corps avant mise en bière, taxé à 7%, et 10 % au premier janvier prochain, la TVA sur le Funéraire est de 19.6 %, en bientôt 20 %. Sur un montant de 2000 euros, sur des prestations de pompes funèbres, cela représentera 400 euros, à peine moins aujourd’hui.

Les taxes de crémation

Les taxes de crémation sont un grand mystère, en même temps qu’elles sont une charge importante. Prenons l’exemple de deux crématoriums, Brest et Nancy. Tous les deux sont des équipements municipaux, tous les deux sont gérés, sur appel d’offres, par des sociétés. A Nancy, ce sont les PFG qui ont la délégation de service public, à Brest les PFCA, ancienne régie municipale devenue SEM.

Lire aussi :  FÉDÉRATION FRANÇAISE DE CRÉMATION, communiqué Toussaint 2018

A Nancy, la crémation d’un cercueil adulte vous coûtera 384 euros. A Brest, il vous sera facturé 647 euros. Ceci incluant la crémation en elle-même, les taxes et frais de dossier.

Question : entre ces deux villes, pour un service identique, ou passent les 263 euros de différence ?

Dans tous les cas, la famille, soit les acquitte directement au crématorium, et les impute au prix des obsèques, soit les acquitte en tiers sur la facture des pompes funèbres.

Les taxes d’inhumation

Variables selon les villes, il s’agit ici de taxe destinée à inhumer un corps, ou des cendres, dans une concession dont la famille est déjà propriétaire. Un droit, donc, en méchage d’une autorisation administrative. Une taxe de plus. Nous avons appelé cinq pompes funèbres au hasard, et la moyenne, entre taxe d’inhumation et frais de dossier administratifs, pour cet exemple, s’élève à 70 euros.

Scellé Facture des pompes funèbres : le ratio qui tueLes vacations

Dans certains cas, crémation, changement de commune, la police vient poser les scellés sur le cercueil. La vacation a été supprimée pour les transferts de corps avant mise en bière et les soins de conservation, mais reste d’actualité pour les fermetures de cercueils. Décidée en conseil municipal, elle s’échelonne entre 20 et 25 euros.

Les concessions

Inhumation ou crémation, a moins d’opter pour une dispersion des cendres, ou de disposer d’une concession perpétuelle, les familles doivent acquérir une concession, ou s’acquitter, si elle arrive à échéance moins de cinq ans après la date d’inhumation, d’un renouvellement. Dans le cas d’une cellule familiale qui acquerrait une case de columbarium, par exemple, dans un cimetière de province, pour une durée de quinze ans, nous sommes arrivés, sur le même principe, à une somme moyenne de 370 euros. La taxe d’inhumation n’est, bien entendu, pas offerte…

Les tiers

il y a, bien entendu, les tiers, notamment les frais de culte, lorsque le cas se présente. Un évêché nous assure que ces derniers, en moyenne, tournent aux alentours des 160 euros, qui sont régulièrement revus à la baisse, voire annulés, pour les croyants qui disposent de peu de ressources.

Lire aussi :  Bernier Probis vient d’acquérir F.A.M.A. en région parisienne

Mais ce sont sur les parutions presse que les frais grimpent : à 220 euros un avis dans la PQR, en moyenne, le budget augmente, augmente… Une astuce, n’hésitez pas à joindre une copie de la facture du journal à celle que vous adressez à la famille, qu’elle voie bien que vous ne prenez pas de marge sur cette prestation (c’est une croyance assez fréquente) et que tout va bien à leur journal préféré. Ils ne le liront plus jamais du même œil le matin au petit déjeuner.

1a04f965818a8533f5613003c7db243d-2 Facture des pompes funèbres : le ratio qui tueTotal

Nous sommes partis sur le cas d’un convoi passant à l’église, avec avis de presse, suivi d’une crémation, inhumation de l’urne en columbarium, dans un cercueil en pin milieu de gamme (550 euros), avec soins de conservation (thanatopracteur salarié de l’entreprise) et séjour forfaitaire en salon. Nous arrivons à un total de 1990 euros de prestations pour l’entreprise.

Là dessus, nous retirons la TVA, que nous ajoutons à l’avis de presse, à une crémation (à Brest), une case de columbarium pour 15 ans, et la taxe d’inhumation. Plus, bien entendu, la vacation de police et l’église.

Dans ce cas précis, la famille acquittera au total (arrondi à la virgule) : 3420 euros, dont 1600 iront aux pompes funèbres, et 1820 à des tiers, dont 1450, d’une manière ou d’une autre, au Trésor Public. C’est un ratio de 1,13 pour 1, soit pour un euro gagné par les pompes funèbres, un euro treize qui part à l’extérieur.

C’est le genre d’argumentation frappante que vous pourrez développer lors qu’à la Toussaint, la presse locale vous appellera pour faire un article sur les prix excessifs des pompes funèbres. Autre chiffre qui donne le vertige, amusez-vous à calculer, la prochaine fois que vous ouvrez votre journal à la rubrique nécrologique, ce qu’une page d’avis de décès rapporte à votre quotidien.

Vos tarifs sont certainement différents de ceux retenus pour cet article : comme nos vous l’avons expliqué, l’uniformité est impossible. N’hésitez surtout pas à calculer suivant le même raisonnement sur vos deux ou trois derniers convois et nous faire part du ratio que vous avez obtenu.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.