Fédération Française de Crémation : Les nouveaux enjeux pour les crématoriums

1
460
Jo Le Lamer, président de la Fédération française de crémation

À moins d’un an de la mise en application des nouvelles normes de filtration, j’ai interrogé pour vous Jo LE LAMEUR, président de la Fédération Française de Crémation qui nous explique les points de détails des combats qu’il mène au sein de la fédération. Il nous parle aussi des nano pacemakers et du devenir des cendres.

Monsieur LE LAMEUR, la mise en application des nouveaux systèmes de filtration arrive bientôt et doit être effective en Janvier 2018. Qu’en est-il concrètement sur le terrain ?

Dans le principe c’est très bien, cela est la résultante de la mise en place d’une loi qui date de 1995. Le seul problème reste les coûts élevés mais cela paraît inévitable.

Certains crématoriums préfèrent reconstruire complétement plutôt que de changer juste ce système de filtration. Vous le comprenez ?

Tout à fait, il ne s’agit pas que d’une pièce à changer, les crématoriums au fil des années se détériore, changer tout peut paraître plus judicieux. On assiste quand même depuis quelques années à belle progression de ces équipements.

Est-ce-que vous pensez que ces nouvelles dispositions freinent les nouveaux projets de crématorium ?

Pas du tout, il y a des inaugurations régulièrement et depuis 2014 maintenant tous les nouveaux projets présentés sont refusés s’ils ne comportent pas dans leur plan ces nouvelles normes. Tous les grands acteurs le savent.

Est-ce-que vous voyez des obstacles à cette mise en place ?

Le temps. Une réunion à eu lieu au CNOF – Conseil National des Opérations Funéraires- il n’y a pas longtemps et une autre aura lieu en mars. Les retardataires qui aujourd’hui n’auraient pas entrepris les travaux de mise aux normes ne pourront pas être à jour en Janvier 2018.

Que va-t-il se passer pour eux ?

On l’ignore encore, il est peu probable que l’on puisse envisager une fermeture administrative, cela correspond à près de 20% des crématoriums soit entre 30 et 40 crématoriums en France ! Il est plus probable qu’ils disposent d’un délai un comme, pour faire le parallèle, comme la mise aux normes handicapées.

On assiste depuis quelques années à une hausse des taux de crémation en France. Au sein de la fédération vous bataillez vous la liberté de choix des funérailles. Est-ce dû selon vous à un changement des mentalités ou à une meilleure communication autour de la crémation ?

Ce phénomène n’est pas nouveau, il date de plus de 30 ans maintenant. Il est la conjoncture de plusieurs facteurs :

  • L’Évolution de la société : Les conditions d’existence avec l’éclatement des familles qui vivent parfois loin de leur défunt et qui n’ont plus le temps ni l’envie d’aller au cimetière s’occuper de la tombe.
  • Le recul de la religion : Depuis qu’en 1963, le Consul du Vatican II a toléré la crémation même s’il revienne un peu ces derniers temps sur leurs réticences. Le net recul des pratiques religieuses en France a participé à favoriser la hausse des crématoriums sans oublier les disparités régionales en terme de pratiques religieuses tel que le protestantisme par exemple.

Au delà de la crémation est-ce que cela veut dire qu’il faut inventer de nouveaux rites ?

Tout à fait ça n’est pas parce qu’il y a crémation qu’il ne doit pas y avoir de cérémonie personnalisée. Elles sont de mieux en mieux organisées un peu partout.

Cela passe aussi par l’aménagement urbain du territoire, et de l’art funéraire en cela je pense aux jardins du souvenir, lieu de recueillement et d’hommage.

Oui il y a un besoin d’évolution. Avant les endroits étaient ternes aujourd’hui ils sont mieux pensés et conçus pour permettre ces moments d’hommage même s’il y a encore du travail à faire. On va par exemple arriver de plus en plus les cavurnes, ces mini tombes qui sont finalement un prolongement des tombes en inhumation classique.

Cela fait quelques années maintenant que la loi sur le devenir des cendres a été promulguée quels retours en faites-vous sur le terrain ?

Elle n’est pas toujours bien comprise des familles il y a encore du travail à faire autour de cette loi. Voilà pourquoi la FFC se rendra le 27 octobre à l’Université de Lorraine à Nancy afin de participer à un colloque codirigé par l’Union Crématiste Européenne dont la FFC fait partie. Au programme de cette journée le devenir des cendres avec la participation de Jean Pierre Sueur qui viendra expliquer pourquoi il a promulgué cette loi et la cohérence par rapport aux autres pays Européens – En Belgique par exemple où les urnes peuvent rester à la maison-.

Y-a-t-il de nouveaux problèmes qui apparaissent sur le terrain ?

Le flou autour des nouveaux nano pacemakers posent un réel souci. Aujourd’hui tous les crématoriums de France le refusent. La question a été posée aux différents ministères mais pour l’instant aucune solution n’a été trouvée. Le fait est que tout le monde se tourne vers les thanatopracteurs mais c’est une erreur ils ne seront pas la solution. Les nano pacemakers se glissent via l’artère fémorale pour atteindre le cœur. Il s’agit d’une opération chirurgicale que ne peut pas pratiquer un thanatopracteur. Et ça ne s’arrête pas là d’autres sont implantés dans les reins, le pancréas, etc.

Le fait est que les piles sont au lithium ça pose donc le même problème pour les inhumations. On appelle cela de la curiethérapie donc « curie » radioactif, vous voyez où est le problème. Aujourd’hui les tests ont été réalisés par le fabricant Medtronic aux Etats-Unis qui ont révélés que cela ne présentait pas de danger, des tests sont en cours en France pour tester du danger potentiel de ces nouveaux pacemakers.

Il y a quelques temps vous aviez lancé un grand appel au brainstorming afin de trouver le nouveau nom de votre revue. Qu’avez-vous choisi finalement ?

Le choix s’est porté sur « Crémation magazine » avec en sous-titre : « La terre aux vivants » et tout en bas du magazine « Une liberté. Un choix. Une volonté. » Le premier numéro sous ce nom paraitra dans quelques jours.

Merci Monsieur LE LAMEUR et on vous donne rendez-vous le 27 mars à l’Université de Lorraine.

Contact : Jo LE LAMEUR, président de la Fédération Française de Crémation

50 rue Rodier
B.P 411-09

Fédération-française-crémation Fédération Française de Crémation : Les nouveaux enjeux pour les crématoriums75423 PARIS CEDEX 09
FRANCE

Tél : 01 45 26 33 07

 

 

1 commentaire

  1. Bonjour. Concernant l’evolution des nouveaux appareils de crémation, sur notre secteur le crématorium s’équipe de deux nouveaux fours, Le premier vient d’être installé et mis en service. Avec l’ancien four, la crémation durait en moyenne 1h30, pour des corps de taille moyenne (hors programme « lourd », maintenant c’est 2 heures, 3 pour le programme lourd à partir de 150kg) avec un temps de refroidissement de 25 minutes. Pour nous opérateurs funéraires, l’allongement du temps est un réel problème, mais il faudra biensur s’y habituer, et les nouvelles filtrations ne sont pas encore en place.
    Les problèmes que nous rencontrons maintenant: difficultés à faire suivre cérémonie religieuse , crémation et dépôt d’urne sur la même journée. Les créneaux horaires ont été modifiés, pour le dernier créneau de 15 heures, Les cendres ne sont remises que le lendemain. Pour information le crématorium est gèrè par là municipalité.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.