Féminisation des noms des professions funéraires, pour et contre.

0
352
féminisation des professions

Thanatopractrice, porteuse, maitresse de cérémonie. Depuis quelques temps nous observons une féminisation des noms des professions dans les offres d’emplois dans le funéraire notamment. Comment ce changement s’opère-t-il ? La France, est-elle en retard ?

Féminisation des noms des professions, la question des hautes sphères

Le masculin l’emporte sur le féminin. Cette règle de grammaire est l’une des premières que l’on nous apprend à l’école. Une règle qui existe depuis trois siècles. Et cette question de la féminisation professions chatouille les plus hautes sphères de l’État : « Madame la secrétaire, ou le secrétaire ? » Le l’emporte grammaticalement. Je ne sais pas si vous vous souvenez de cette polémique en 2014 d’un acte de misogynie dans l’hémicycle où le député Julien Aubert s’adressait à la présidente de séance Sandrine Mazetier en l’apostrophant d’un « Madame le président » alors que depuis 1998, l’usage du féminin est obligatoire pour désigner les fonctions par les parlementaires femmes.

L’Académie française au pas

Les immortels rappellent que la féminisation des professions découle de son usage. Ainsi postière ou aviatrice, avocate, éditrice, etc, ne tombaient pas sous le sens au début du siècle dernier. Ce n’est pas vraiment leur combat, considérant la féminisation des professions comme une forme de langage et non comme quelque chose d’important socialement. La grammaire d’un côté et la courtoisie de l’autre. Si une femme veut être appelée Madame la…l’Académie respecte ce choix.

La féminisation des noms des professions, la langue vs le politique ?

Une pétition avait été signée l’an passé, pour rétablir une règle qui date du XVIII s ( soit après la création de l’Académie française ) cette règle qu’elle est-elle ? Accorder un adjectif avec le nom le plus proche de lui, y compris s’il est féminin. Règle logique et grammaticale qui servait à promouvoir l’égalité homme-femme. Et si cette règle du masculin voulait surtout dire que le masculin domine sur le féminin ? Après tout cette règle de proximité est utilisée dans d’autres pays comme l’Espagne. En Suisse au Canada ou encore en Belgique cette féminisation des professions est courante, pourquoi pas en France ? Pour faire simple, dès le plus jeune âge nous apprenons à nos enfants que le masculin domine, et ce en toutes circonstances. Tout cela date d’une époque ou boulangère ne posait pas de problème, mais que professeuse était totalement exclue. Une question de fonction donc, et quand bien même une femme réussit à obtenir un poste gradé quelque part, on lui fait bien comprendre que non, sa fonction restera masculine.

La féminisation des noms des professions funéraires, une histoire de grade ?

Pas seulement, certes il y a plus de femmes qui s’intéressent aux professions funéraires et pour cause, certaines étaient jusqu’il y a encore peu de temps très masculinisées. C’est le cas par exemple de la thanatopraxie. Si la majorité des nouveaux aspirants sont des aspirantes, il y a 30 ans c’était loin d’être le cas. Mais comme la profession est jeune, voir arriver le terme de thanatopractrice ne choque personne car ça fait partie de l’émancipation de la profession en elle-même. En revanche, porteuse, maitresse de cérémonie des termes peu établis. Si la loi régule le poids que les femmes peuvent porter sur leur lieu de travail, cela à induit le fait qu’une porteuse n’existe pas. Idem pour les maitresses de cérémonie. Gérer la cérémonie en public est davantage une profession d’homme, question de statut, d’éloquence, pendant que la conseillère était au bureau. Très objectivement c’est aussi parce qu’un maitre de cérémonie est souvent un porteur. Avec l’émancipation de la profession de maitre de cérémonie en lui-même, l’on voit arriver bien plus de femmes à ce poste.

Si la mort est un nom féminin, elle ne fait aucune distinction de sexe lorsqu’elle doit apparaître. La féminisation des professions funéraires dans les offres d’emploi marque une émancipation des professions internes qui y sont liées. Un grand pas, une véritable avancée, qui, je l’espère, sera calquée dans tous les domaines.

Un faux combat pour certains, pourtant la langue est la base de la communication, c’est par elle que l’on fait passer un certain nombre de choses, il n’y a rien de plus démocratique qu’un mot, et donc aussi le message qu’il porte en lui.

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.