Une femme au Panthéon, en direct du Sénat

0
651

Le 31 octobre 2013, le Sénateur de Loire-Atlantique, M. Joël Guerriau (UDI-UC), posait une question à Aurélie Filippetti, concernant le projet de transférer au Panthéon une femme illustre et lui demande, sur quels critères objectifs, le Gouvernement va faire son choix.. La réponse du Ministère de la culture et de la communication du 9 janvier 2014 est sans équivoque, c’est le Président…

La question écrite n° 08924 de M. Joël Guerriau (Loire-Atlantique – UDI-UC), publiée dans le JO Sénat du 31/10/2013 – page 3127.

M. Joël Guerriau attire l’attention de Mme la ministre de la culture et de la communication sur le choix d’une femme illustre pour être transférée au Panthéon. La prochaine « panthéonisation » pourrait être accordée à une femme, selon le rapport rédigé par le président du Centre des monuments nationaux remis au président de République.

Panthéon-273x300 Une femme au Panthéon, en direct du Sénat
Le Panthéon

Quelque 30 000 internautes ont participé à un vaste sondage sur ce sujet et si Colette, Chanel, Mistinguett, Édith Piaf, Marguerite Duras, Françoise Dolto ou Françoise Sagan ne s’y placent pas en tête, quoique éminentes célébrités du XXème siècle, ce sont de grandes figures, moins connues, qui s’y retrouvent. Ainsi, Simone de Beauvoir, romancière et philosophe, et Germaine Tillon, résistante, représentent-elles les femmes du XXème siècle. Elles sont devancées par des figures du XIXème siècle, telle Louise Michel, figure de la Commune de Paris, ou du XVIIIème siècle, comme la pionnière du féminisme, Olympe de Gouges (1748-1793), à la première place, ce qui paraît surprenant. Ces choix répondent à un profil d’internautes très concernés, plutôt instruits et majoritairement parisiens, au détriment de l’avis de jeunes de province, minoritaires dans l’expression de ce choix. Seules deux femmes reposent actuellement au Panthéon : Marie Curie et Sophie Berthelot (cette dernière, en tant qu’épouse du célèbre chimiste). Afin de rapprocher les Français de l’institution et de l’histoire et pour que le souvenir soit encore proche, il faut que le public comprenne les enjeux, ainsi que le préconise, judicieusement, le rapport. Il lui demande, en conséquence, sur quels critères objectifs, le Gouvernement va préparer son choix.

Lire aussi :  A faire avant de mourir...au menu du réveil funéraire du vendredi 2 mars 2018

La réponse du Ministère de la culture et de la communication, publiée dans le JO Sénat du 09/01/2014 – page 82

Le transfert des cendres d’une femme illustre au Panthéon fait effectivement partie des préconisations du rapport « Bélaval » adressé au président de la République au mois d’octobre 2013. Il y est d’ailleurs suggéré d’ainsi honorer une femme du XXème siècle. Néanmoins, il y est également rappelé que la décision de transférer un personnage marquant de notre République au Panthéon appartient au seul président de la République. Bien évidemment, le haut-comité des commémorations nationales, dont le service interministériel des Archives de France de la direction générale des patrimoines assure le secrétariat, peut être sollicité pour tout éclairage concernant la politique mémorielle. Il est présidé, depuis 2013, par Madame Danièle Sallenave, de l’Académie française.

Le Panthéon, pour aller plus loin

C’est à la mort de Mirabeau, le 2 avril 1791, qu’on se décida à réunir les tombes des grands hommes. Par un décret du 4 avril 1791, un l’édifice qui vient d’être achevé sur la montagne Sainte-Geneviève et qui n’est pas encore consacré comme église, servira de nécropole aux personnalités exceptionnelles qui contribuent à la grandeur de la France. C’est la naissance du panthéon, un monument laïque consacré à la mémoire des grands hommes de la nation.

Le discours d’Emmanuel Pastoret, procureur syndic du département de Paris, à l’Assemblée :

« Messieurs, Le Directoire du département propose à l’Assemblée nationale de décréter :

Que le nouvel édifice Sainte-Geneviève soit destiné à recevoir les cendres des grands hommes, à dater de l’époque de notre liberté ;
Que l’Assemblée nationale puisse seule juger à quels hommes cet honneur sera décerné ;
Que Honoré-Riquetti Mirabeau en est jugé digne ;
Que les exceptions qui pourront avoir lieu pour quelques grands hommes, morts avant la Révolution, tels que Descartes, Voltaire, Rousseau, ne puissent être faites que par l’Assemblée nationale ;
Que le Directoire du département de Paris soit chargé de mettre promptement l’édifice Sainte-Geneviève en état de remplir sa nouvelle destination, et fasse graver au-dessus du fronton ces mots : Aux grands hommes la patrie reconnaissante »

Aujourd’hui Le Panthéon accueille 71 personnalités ( Mirabeau en a été chassé) par des tombes ou urnes funéraires, situées dans la partie inférieure du monument, dont une seule femme, Marie Curie et trois tombes placées ici pour des raisons particulières, l’architecte Soufflot, inhumé là en 1829, le concepteur du bâtiment, Marc Schoelcher, le père de Victor, qui repose avec son fils pour respecter leur volonté commune et Sophie Berthelot, la femme du chimiste, pour la même raison, Marcellin Berthelot, accablé de douleur, est mort une heure après son épouse.

Lire aussi :  La place des femmes dans le milieu du funéraire à travers les siècles

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here