Femme conseiller funéraire, je vous aime

2
918

Demain, c’est la journée de la femme. Justement, comment se débrouillent les femmes dans le funéraire, un métier masculin par excellence ? Eh bien, suffisamment bien, dirait-on, pour être des croque-morts comme les autres…

Les femmes conseillères funéraires

Le macho aura tendance à penser que conseiller funéraire est un poste trop difficile pour une femme, fragile, douce et sensible, qui se laissera forcément émouvoir par toutes les situations difficiles auxquelles elle sera confronté chaque jour. Grossière erreur.

Les femmes assistantes funéraires sont extrêmement efficaces, parce qu’elles ont ce mélange d’écoute active, de douceur, de compassion, et en même temps d’extrême concentration et de recul.

Mais, m’objecterez vous, un bon assistant funéraire homme sait aussi le faire. Et c’est vrai.

Pour avoir travaillé, en tant qu’homme, avec des femmes en agence, je les ai longtemps observées, analysé leurs réactions, j’ai mûrement réfléchi sur le sujet, avant d’en tirer une conclusion, qui ne prétend pas être une vérité définitive, mais s’est toujours vérifiée en ce qui me concerne : les femmes sont des collègues comme les autres, et on peut compter sur elles pour faire le boulot. Certes, au niveau sociologique, ethnologique, psychologique, c’est un peu court, comme analyse. Mais au niveau professionnel, ça me va bien de savoir que je n’ai pas à me soucier du sexe du collègue en appui.

Il y a néanmoins une différence, parfois. Elle est dans le regard des familles. Certaines se sentent plus à l’aise avec un homme, d’autres avec une femme. A noter que tout ceci tient aussi pour les Maîtresses et Maîtres de Cérémonies.

Lire aussi :  Alerte sécurité et réglementation sur le matériel de levage

De toute façon, je ne dirai jamais rien de travers sur les femmes assistantes funéraires. La raison en est simple : durant mon année de formation, mon maître de stage s’appelait Catherine, que tout le monde appelait Cathy, et c’est elle qui m’a appris les ficelles du métier. Toute remarque sexiste de ma part reviendrait à l’attaquer, donc à attaquer son travail, donc à dire que je suis mauvais dans mon travail. Piégé, vous dis-je.

Les femmes thanatopracteurs

Sans desserrer sa mâchoire carrée, le macho se plaindra des femmes thanatopractrices. C’est vrai, quoi : il faut leur installer le corps sur la table, les aider à le manipuler lors de l’habillage, etc… C’est curieux, parce que la profession de thanatopracteur est très féminisée, et pourtant, les râleurs ont très peu d’exemples concrets à produire.

Tenez, je me rappelle, une des premières fois que je me suis trouvé seul dans une agence, je vois une jeune femme entrer. Elle se présente comme étant la thanatopractrice envoyée pour faire le soin sur le défunt qu’on avait en case. Je la regarde, élégante, assez menue, un look d’esthéticienne plus que de chef boucher, et lui répond gentiment « Oui, bien sûr, je vais vous mettre monsieur XXX sur la table… » et là, elle me répond « Non, c’est bon, j’ai déjà fini, c’est juste pour savoir dans quel salon vous voulez l’installer ? ».

il n’y a pas d’hommes, il n’y a pas de femmes : il n’y a que des thanatos.

Femmes, femmes, femmes

Conseillères funéraires, Maîtresses de Cérémonie, thanatopractrices, porteuses, marbrières, directrices d’agence, chefs d’entreprises, les femmes et le funéraire, c’est une histoire faite pour durer. Peut être parce que, justement, elles font leur travail sans se soucier ni de féminisme, ni de sexisme, juste en étant un membre comme les autres de l’équipe. Peut être aussi, et c’est assez rare pour le signaler, dans la plupart des entreprises funéraires, les grilles de rémunération ne tiennent pas compte du sexe, et que l’égalité salariale y est parfaite.

Lire aussi :  Une nouvelle méthode de dispersion des cendres avec WAY

On pourra toujours plaisanter en se demandant si les femmes n’ont pas pris Serge Lama un peu trop littéralement : « Femmes femmes femmes, faites nous voir le ciel »… Il n’empêche : parti comme c’est, on ne demandera bientôt plus aux hommes si ce n’est pas trop dur de travailler avec des femmes dans le funéraire, mais l’inverse.

2 COMMENTAIRES

  1. Malheureusement, pour une femme c’est très dur d’entrer dans le métiers à cause de ces apriori machistes :/ (expérience personnelle). Je suis toute nouvelle diplômée et je n’arrive absolument pas à commencer dans ce métier à cause de mon sexe visiblement 🙁

    • Bonjour,
      Etudiante en journalisme, je prépare un article sur les difficultés d’être une femme dans le monde des pompes funèbres. Est-ce que tu accepterais de témoigner ?
      Merci d’avance 🙂
      Alexandra

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here