Femme porteur : les législations sur le port de poids

1
1285
culturimes soulever poids femme porteur

Une question posée l’autre jour sur le fil de Funéraire info soulevait un point important : les différences de poids entre les homme et femme porteur. Plus précisément, le poids maximum soulevable fixé par la loi en fonction du sexe de l’individu. Une chose est certaine : à ce sujet, des progrès restent à faire.

Ce que dit la loi

Ce sont les articles R. 4541-1 à R. 4541-9 du code du travail, la norme AFNOR X35-109 et le décret n° 92-958 du 3 septembre 1992, qui définissent la limite acceptable de port de charge en fonction de l’âge, du sexe du salarié, de la distance à parcourir et des caractéristiques de la tâche.

Plus précisément, une femme n’est autorisée à ne soulever que 25 kg, contre 55 pour un homme. Mais le médecin du travail peut délivrer une autorisation de dépassement pouvant aller jusqu’à 105 kilos par individu… Uniquement pour les personnes déjà habilitées à en soulever 55. Ce qui exclut d’emblée les femmes de la liste des exceptions.

Cette loi interdit quasiment de facto à une femme de devenir porteuse, voire à une Maîtresse de Cérémonie de prêter main-forte à son équipe pour porter un cercueil si besoin, même si elle en a les capacités physiques.

Cette règle est superbement ignorée par les entreprises de pompes funèbres. Jusqu’au jour, sans doute, où elles tomberont sur un inspecteur du travail particulièrement zélé qui y verra un moyen facile d’accélérer son déroulement de carrière.

Une règle mal calibrée

Mettons-nous d’accord : le poids de l’objet a porter est divisé par le nombre de porteurs. Ainsi, un cercueil de 200 kilos (en bois d’acajou massif avec un défunt imposant) et quatre porteurs masculins donne : 200 / 4 = 50 kilos par porteur. On est dans la loi.

Le calcul inverse indique qu’une équipe de quatre porteuses est autorisée à soulever un cercueil pesant maximum 100 kilos.

Mais… Mais qu’en est-il pour une équipe mixte composée de trois hommes et de une femme ? Considère-t-on le poids total ou le poids moyen ? Parce que si l’on considère que chacun s’attribue une charge en fonction de ses capacités, alors l’équipe pourra soulever : 25 + (3 x 55) = 190 kilos.

Alors que si l’on fait le calcul en considérant que la charge est également répartie, soit le poids du cercueil divisé par quatre, on obtient 100 kilos, puisque la femme ne pouvant pas soulever plus de 25, les trois hommes ne sont théoriquement pas autorisés à compenser.

Pour aller jusqu’au bout…

Allons-y jusqu’au bout pour le raisonnement par l’absurde : quatre femmes portent un cercueil de 100 kilos. Un obstacle, escalier ou autre, survient sur le terrain, et, gravité aidant, le poids effectif se déplace de l’avant vers l’arrière. Les deux femmes à l’avant se retrouvent à porter 40 kilos, alors que celles à l’arrière en supportent 60, soit chacune 5 de plus que la législation ne l’autorise. On fait quoi ?

On va jusqu’au bout ? Parce que je ne sais pas vous, mais moi, je m’amuse.

Deux porteurs déplacent un cercueil de 110 kilos dans une allée, et l’un des deux porteurs est une femme. L’inspecteur du travail surgit de derrière une tombe et sort son carnet.

La femme explique alors qu’au titre de l’article 8 de la convention européenne sur le respect de la vie privée, de la loi « justice du XXIéme siècle », elle est biologiquement une femme mais se sent homme, et que donc, au titre de l’Article 3 de la convention européenne des droits de l’homme, l’empêcher de porter 55 kilos est constitutif d’un « Traitement inhumain et dégradant ».

La question alors posée est : va-t-on continuer à creuser le déficit de la Sécurité Sociale à cause des arrêts pour dépression nerveuse des inspecteurs du travail, ou va-t-on enfin modifier ce corpus de lois ?

D’autant que, et je pense que c’est votre cas, durant ma carrière, j’ai croisé des femmes qui portaient 55 kilos sans efforts et des hommes qui n’arrivaient pas à en soulever 25.

1 commentaire

  1. Sans compter qu’il y a un distingo entre soulever et porter. De même qu’un port de charge au dessus de l’épaule ne sera pas considéré de la même façon qu’un port à la hanche en terme de pénibilité.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.