Fin de vie : la loi arrive au Sénat ce mardi

0
284
Jean Leonetti

Soumise à un vote solennel le 23 juin prochain, la proposition de loi sur la fin de vie arrive ce mardi au Sénat pour y être débattue, dans le contexte de l’affaire Vincent Lambert. Ce texte, qui précise la loi Leonetti de 2005, instaure un droit à l’endormissement pour les malades en phase terminale d’une maladie incurable.

Déjà largement adopté à l’Assemblée nationale, ce texte proposé par les députés Jean Leonetti et Guy Claeys tente de trouver un équilibre entre la volonté des malades et celle des médecins. Il vise aussi à éviter toute dérive vers l’euthanasie.

Parce que ce n’est pas au corps médical de juger si telle ou telle vie vaut la peine d’être vécue, chacun peut écrire des « directives anticipés », et dire ce qu’on souhaite pour soi. Ces souhaits sont contraignants, et s’imposent aux médecins pour refuser, par exemple, l’acharnement thérapeutique.

Les malades en fin de vie, que la maladie tue, pourront faire l’objet d’une « sédation profonde et continue », qui est une assistance médicalisée dès lors qu’une souffrance physique ou psychologique est établie. Récemment, Jean Leonetti répétait encore qu’une démocratie ne donne pas la mort. Elle accompagne celui qui souffre, dans la solidarité.

Le 5 juin dernier, la Cour européenne des droits de l’Homme a validé la vision française de la fin de vie, au travers du cas de Vincent Lambert, en en faisant une règle pour toute l’Europe. Elle a autorisé l’arrêt de l’alimentation de ce tétraplégique en état végétatif, victime d’un accident de la route en 2008. Son sort déchire les membres de sa famille depuis de nombreuses années.

Lire aussi :  Crématorium sous l'eau, enterrement en Hyundai… L’actualité du 4 juin 2018

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here