Français et Anglais, 1000 ans de mésentente cordiale

0
106

La perfide Albion et les mangeurs de grenouilles, pardon, nos amis les anglais et nous-même, une histoire de « je t’aime, moi non plus » qui dure depuis mille ans. Stephen Clarke, qui est anglais, a essayé de résumer avec humour cette histoire compliquée et succulente.

De quoi ça parle ?

Anglais et Français. Une histoire d’amour contrariée entre deux nations au passé glorieux, deux mondes que tout semble séparer alors qu’ils ne le sont, en réalité, que par un bras de mer de quelques dizaines de kilomètres… Et une rivalité millénaire dont Stephen Clarke démonte un à un, dans La Mésentente cordiale, les ressorts ô combien nombreux et complexes !
Les Français ont-ils réellement remporté la bataille d’Hastings ? Jeanne d’Arc a-t-elle été condamnée à mort par les Anglais ? Pourquoi le Canada n’est-il pas demeuré français ? La guillotine est-elle une invention française… ou anglaise ? De Guillaume Le Conquérant au tunnel sous la Manche, de la guerre de Cent Ans à l’épopée napoléonienne, de Tahiti aux plages du Débarquement, l’auteur de God save la France nous propose une relecture à la fois érudite, drôle et iconoclaste de l’histoire de France. L’heure est au révisionnisme joyeux, et Stephen Clarke est son prophète !

Stephen Clarke, c’est qui, ce rosbif ?

Dès qu’il a entendu parler de la réforme des 35 heures, Stephen Clarke a sauté la Manche pour venir s’installer en France. Il a profité de ses vendredis après-midi, jours fériés et autres congés pour écrire plusieurs best-sellers : God save la France (2005), God Save les Françaises (2007) et Français, je vous haime (2009), tous trois parus chez NiL éditions.

Petit retour en arrière (en anglais, flash-back). En 2004, le journaliste britannique et francophile Stephen Clarke a une idée aussi simple que géniale : plonger un héros de fiction anglo-saxon dans le bouillon de culture le plus exotique qui soit pour un Anglais, à savoir la France. Laisser infuser comme on le ferait d’un thé et observer le résultat. L’improbable alchimie opère au-delà de toutes les espérances : les aventures du désormais célèbre Paul West sont plébiscitées… des deux côtés de la Manche (en Angleterre, sous le titre A Year in the Merde, et en France, sous le titre God save la France) !

Et, c’est bien ?

On peut se dire que l’auteur est un mauvais esprit qui ne nous épargne rien, même les choses les plus futiles. On peut aussi ne pas apprécier son humour très anglais. Evidemment, si on cumule les deux, la lecture de cet ouvrage peut se révéler pénible. Mais si on veut bien admettre le parti pris de l’auteur et reconnaître son érudition, on peut trouver beaucoup de plaisir à la lecture de cet ouvrage original et rafraîchissant.

Sa démarche n’est pas celle d’un historien mais d’un érudit d’histoire qui nous livre sa perception, son interprétation. On ne peut donc pas lui reprocher d’être partial. Et la partie consacrée à l’histoire médiévale est sans soute la meilleure pour expliquer nos relations complexes. On peut en revanche lui reprocher d’avoir une vision historique systématiquement anti-française.

Il est précisé en présentation que l’auteur est « francophile ». Avec de tels francophiles, diront les esprits chagrins, la France n’a plus besoin de francophobes. Néanmoins, un ouvrage plaisant, utile pour comprendre la façon dont les Anglais nous perçoivent, et toujours distrayant, grâce à l’humour Anglais, dont on peut concéder qu’il compte parmi les meilleurs du monde.

1000-ans-de-mesentente-cordiale-183x300 Français et Anglais, 1000 ans de mésentente cordiale« 1000 ans de mésentente cordiale »
de Stephen Clarke,
Pocket, 640 pages – 8,40 euros

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.