FUNECAP, stand incontournable du salon Funéraire Paris

0
864
Philippe Gentil et Xavier Thoumieux, Pascal Leclerc
Philippe Gentil, président du Comex de FUNECAP, s’est prêté bien volontiers à l’exercice de l’interview pré-salon, que nous avons un peu modifiée, du fait de l’actualité chargée de groupe.

FUNECAP a en effet racheté le groupe Roc-Eclerc en juillet dernier, asseyant le groupe à la place de numéro deux incontesté du secteur en France.

Lisibilité au salon

Ce doit être compliqué de s’organiser en prévision du salon, comment les visiteurs vont-ils savoir qui est qui, de Pascal Leclerc et Roc-Eclerc ? Ce n’est pas un problème, explique Philippe Gentil « Pascal Leclerc et Roc-Eclerc, pour citer les deux marques les plus connues de FUNECAP, sont deux enseignes distinctes, avec des identités distinctes, et vont le rester. J’aime bien comparer la stratégie de FUNECAP à celle du groupe ACCOR dans un autre domaine, l’hôtellerie : il y a plusieurs enseignes, connues indépendamment, qui ont chacune leur positionnement. Au sein du même groupe, vous avez des marques aussi différentes que Formule 1, Ibis, Novotel, Pullman, Sofitel… qui couvrent tous les spectres du petit budget au très haut de gamme. »

Philippe Gentil sourit « Bien entendu, je ne nous compare pas vraiment à ACCOR, qui est un groupe qui a plusieurs dizaines d’années d’existence de plus que nous et qui est connu dans le monde entier, mais nos stratégies sont similaires, et leur expérience nous prouve que ces choix sont judicieux. »

« A terme » précise Philippe Gentil « Nos enseignes seront plus identifiées dans les différents segments du marché ».

Rassurer avant tout

Donc, les inquiétudes de certains franchisés Roc-Eclerc sur le fait que FUNECAP pourrait privilégier les enseignes intégrées sont infondées ? « Absolument » explique Philippe Gentil « Agences intégrées et franchisées peuvent coexister harmonieusement au sein d’un groupe ». Philippe Gentil précise « Ce sur quoi nous serons vigilants, en revanche, c’est le respect des obligations contractuelles de chacun et de l’identité de chaque enseigne. Nous tenons à ce que, de Toulon à Brest, de Lille à Strasbourg, une famille qui entre dans un point d’accueil trouve ce qu’elle s’attend à trouver. C’est plus facile, quelque part, pour Pascal Leclerc, il est vrai, parce que nous sommes partis d’une feuille blanche ».

Et comment cela va-t-il se passer en matière d’acquisitions ? « Sur les rachats » précise Philippe Gentil « Si un entrepreneur franchisé souhaite vendre, nous ferons valoir les droits qui sont prévus dans les contrats qui nous lient afin de garantir la cohérence de nos réseaux plutôt que de laisser partir la société franchisée à un groupe ou à une enseigne concurrente. Le reste est affaire de négociation au cas par cas et c’est bien normal. »

« Le développement se fera donc par deux axes, des entrepreneurs indépendants qui souhaiteront prendre une enseigne du groupe, et des rachats de sociétés qui seront intégrées. Sans les nommer, et en toute amitié, il y a un ogre sur le marché qui avait pour habitude d’avaler tout seul les sociétés, il faut qu’il sache qu’il n’est plus seul et que nous sommes dans une logique d’intégration positive pour garder la force de chacun et non de digestion ».

Qu’en sera-t-il des sociétés intégrées de FUNECAP qui sont en concurrence avec des franchisés du groupe, dans certains secteurs ? « Le rachat de Roc-Eclerc n’induit aucun changement pour ces franchisés, y compris pour cela ».

La question de la Rolex

Philippe Gentil, marathonien du funéraire, s’entraîne t-il deux fois plus dur cette année pour courir d’un stand à un autre ? « Non, j’ai fait le choix de ne pas beaucoup m’impliquer dans la gestion de Roc-Eclerc. J’y serai avec l’étiquette FUNECAP, et il y a, entre le développement, la gestion, la communication, beaucoup à faire pour un seul homme ».

Nous avons pour coutume de terminer nos interviews « salon » par la question : Un célèbre publicitaire aurait dit « Si tu n’as pas de Rolex à 50 ans, tu as raté ta vie. ». Pour quelle raison pourriez-vous dire « Un visiteur qui n’est pas passé par mon stand a raté son salon » ?

Lire aussi :  PFG, première marque du funéraire pour les Français

« Je dirai qu’un chef d’entreprise aujourd’hui, qui aurait l’intention d’investir et de se développer aurait tort de ne pas venir parler avec nous de ce que peut lui apporter une collaboration avec notre groupe. Quitte à manquer de modestie, nous sommes la société du secteur qui a connu la plus forte croissance ces dernières années, et nous avons au sein du groupe de nombreuses marques fortes. Se posera alors la question  »discuter de quoi » et la réponse est que nous sommes un groupe très ouvert, nous savons, c’est notre savoir-faire, nous adapter. Qu’il souhaite prendre un panneau et garder son indépendance, ou intégrer sa société à FUNECAP et investir au niveau du groupe, nous avons des solutions à lui proposer qui correspondront à ses aspirations. »

Le site du salon Funéraire Paris : www.salon-funeraire.com
Pascal Leclerc : Stand D090
Roc Eclerc : Stand E016

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.