Funéraire : à Fontenay, un patrimoine numérique

0
190

Valoriser son patrimoine funéraire grâce aux richesses de l’outil numérique. C’est ce qu’a mis en place notamment la commune de Fontenay-sous-Bois (53.000 habitants, Val-de-Marne) depuis 2013, avec pour objectif d’impliquer les habitants dans leur passé. Au menu : visites interactives, QR codes, mémoriaux virtuels.

Loïc-Damiani-150x150 Funéraire : à Fontenay, un patrimoine numérique
Loïc Damiani

Présent la semaine dernière au colloque du Sifurep (syndicat intercommunal du funéraire public d’Ile-de-France), le maire-adjoint Loïc Damiani a raconté ce travail de réappropriation du patrimoine. A l’image de ce que peuvent proposer certaines entreprises aux familles de défunts, des QR codes ont été apposés sur des monuments divers de la ville, ou certaines tombes du cimetière. En téléchargeant sur son smartphone ou sa tablette une application, puis en flashant le code, le visiteur accède à des explications, des photos, des vidéos, du son.

« Trois parcours interactifs ont ainsi été lancés, explique le maire-adjoint : Fontenay pendant les guerres, œuvres d’art et bâtiments remarquables. » Cela a permis par exemple, poursuit l’élu, « de réintégrer le cimetière dans le patrimoine de notre ville et de perpétuer la mémoire de nos disparus ».

C’est ainsi que les monuments aux morts des guerres de 1870 et de 1914, le mémorial des déportés racontent leur histoire. C’est aussi l’occasion dans le cimetière de réhabiliter deux morts méconnus : un soldat allemand et un zouave français tombés en 1870. Mais la star de la nécropole, dotée bien sûr de son QR Code, c’est l’écrivain Hector Malot, mort à Fontenay en 1907. L’auteur de « Sans famille », très populaire au Japon, attire sur le site internet municipal de nombreux internautes nippons.

Mais la ville ne s’en tient pas là. Et a lancé un mémorial virtuel sur le site collaboratif de ses archives municipales. Loïc Damiani : « Nous avons gardé la mémoire des 530 Fontenaysiens morts pendant la guerre de 14-18, en créant ce mémorial avec la participation des habitants. Nous sommes en train de faire de même avec les déportés ». Viendront la douzaine de morts de la guerre d’Algérie. Pour le premier conflit mondial par exemple, une carte de France des combats signale le lieu où est tombé le soldat. En cliquant, une fenêtre s’ouvre. Et le souvenir d’un enfant de la commune, photo et biographie à l’appui. On y trouve ainsi Georges l’instituteur, François et ses 18 ans tombé dans la Somme, Paul Etienne mort à 21 ans dans la Meuse, si fringuant en patineur sur son cliché d’avant-guerre. Autant d’anonymes remis aujourd’hui dans la lumière.

Renseignements : 01.49.74.74.74. Site : http://archives.fontenay-sous-bois.fr/article.php?larub=22&titre=parcours-qr

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.