Funeral Concept au pays des Caribous et de la crémation

1
354
David Edmond, président de la plus grosse coopérative du Québec, et Freddy Pineau
En octobre dernier, Freddy, le patron de Funeral Concept, s’est rendu au canada pour échanger avec nos cousins sur nos pratiques funéraire respectives. Compte-rendu.
Voyage au pays des caribous

Loin de la carte postale, c’est pour travailler que Freddy Pineau a été invité au Québec. Invité ? « Le voyage s’est fait dans le cadre d’un échange, avec Québec international et réseau Initiative France. C’est un système ou des entreprises mentors organisent des rencontres entre des entreprises françaises et des confrères au Québec, et réciproquement ». Dans l’avion, dix entreprises françaises « J’étais le plus vieux » s’amuse Freddy. « Nous étions invités sur des critères d’innovations. Il y a avait avec moi par exemple l’inventeur de crampons pour les chevaux de course, un autre qui fabriquait un laser médical… » et le déroulé du voyage était bien organisé « Nous avions un planning de rendez-vous avec des entreprises de filières respectives. ».

Le premier jour, Freddy a failli décommander « J’avais mon premier rendez-vous, le lundi, avec une entreprise qui fabriquait des urnes funéraires. On était très éloigné de mon marché. Mais j’y suis allé, déjà par curiosité, et puis par correction. Bien m’en a pris, ça a été le rendez-vous le plus fructueux. »

Le marché du funéraire au Québec

Pour comprendre pourquoi, il faut connaître le marché du funéraire au Québec « Là bas, la crémation est très développée. C’est pour des raisons tout à fait pratique. L’hiver, au Québec, est hors de mesure avec ceux qu’on peut connaître en France : durant cette saison, tout est bloqué, et il est impossible de procéder à des inhumations. Les familles ont le choix entre attendre le dégel, ou choisir un plan B. Ce plan, c’est la crémation, et l’inhumation de l’urne dans des nécropoles gigantesques. Pour te donner une idée, on est sur des taux de crémation de 90 % en ville, et 65 % dans les campagnes. » le marché des urnes est donc très développé.

Lire aussi :  Fédération Française de Crémation, motion d’orientation de 2018

« C’est plus compliqué que cela. Il y a quelques années, les entreprises américaines ont tenté de racheter les entreprises funéraires canadiennes à grande échelle. Pour résister à cette opération, ces sociétés se sont regroupées en coopératives. C’est un peu associatif, un peu public… et ces coopératives ont aujourd’hui 50 % du marché. Pour résister, les entreprises indépendantes doivent se battre pied à pied. Elles doivent proposer une offre originale et à un tarif concurrentiel ». et c’est là que Freddy intervient.

« L’idée, c’est d’exporter mon concept pour personnaliser des urnes. Je ne peu pas trop en dire pour le moment, c’est encore juste un projet, mais je vous tiendrai au courant, bien entendu. »

Une cabane au Canada

Au final, Freddy rentre enchanté « Tous mes rendez-vous de la semaine, même si ils n’ont pas débouché sur des relations d’affaires concrètes, m’ont permis de comprendre le marché et les coutumes québécoises. Et de rencontrer des gens très sympathiques. »

Une expérience à refaire, donc ? « Avec plaisir ! »

Propos recueillis par Guillaume Bailly

FUNERAL CONCEPT

33 RUE DENIS PAPIN

BP 104 –

85501 LES HERBIERS CEDEX 1

contact@funeral-concept.fr

+(33)06.52.52.02.23

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here