Hôpital de Chambéry « Nous respectons la législation funéraire »

0
937

Suite aux accusations portées à son encontre par l’enseigne Sublimatorium Florian Leclerc, l’hôpital de Chambéry a souhaité répondre, calmement mais fermement. Interview.

Pour re-situer…

13255997221-300x168 Hôpital de Chambéry « Nous respectons la législation funéraire »Nous vous exposions dans un article précédent les accusations portées à l’encontre de plusieurs hôpitaux par Florian Leclerc, directeur du Sublimatorium. Suite à la parution de cet article, l’hôpital de Chambéry avait fait valoir son droit de réponse, par le biais d’un communiqué, et nous avons souhaité en savoir plus sur cette demande d’autorisation de transport de corps avant mise en bière, signée par les familles, qui semble poser problème.

La réponse de Chambéry

La réponse de l’hôpital de Chambéry est claire : « Bien sûr, nous avons pris connaissance des accusations portées à notre encontre » mais pas de la plainte « nous ne sommes pas informés officiellement d’un dépôt de plainte à notre encontre. Nous sommes donc dans l’attente avant de décider des suites à donner. ».

Concernant la demande de transport de corps avant mise en bière de la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles « Nous nous sommes bien sûr renseignés. Nous avons contacté à cette fin. deux juristes spécialisés sur la réglementation funéraire, indépendants l’un de l’autre, Les deux ont confirmé qu’il n’existe dans la réglementation en vigueur aucune obligation imposant que la demande de transport de corps avant mise en bière soit présentée par l’opérateur funéraire à la famille, puisque précisément ce formulaire de demande comprend une rubrique, à renseigner librement par la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles, se rapportant au choix de l’opérateur funéraire ». L’hôpital précise que « Nous avons saisi également le ministère de la santé et la direction générale de l’offre de soins de cette question ».

Concernant l’utilité de celui-ci, là encore, aucun doute : « Le document de demande de transport de corps avant mise en bière est mis à disposition de la famille du défunt dans un esprit de service aux familles. La personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles le renseigne, si elle le souhaite, en indiquant notamment le nom de l’opérateur qu’elle aura librement choisi. » L’hôpital de Chambéry continuera donc de mettre à disposition ce document pour rendre service aux familles, sauf ordre contraire.

Lire aussi :  Obsèques pour un indigent, la charge financière et émotionnelle des pompes funèbres

Sur l’entente sous-entendue avec la SEM locale « C’est bien entendu totalement faux. Nous avons, comme la loi le préconise, une liste des opérateurs funéraires habilités que nous mettons à la disposition de la famille, et c’est tout. Celle-ci est d’ailleurs affichée à la chambre mortuaire. Nous respectons scrupuleusement la loi sur la liberté des obsèques ».

Sur les suites qui seront données à cette affaire « Comme nous vous l’avons dit, nous sommes en conformité avec la législation, ce qui nous a été confirmés par des juristes. Si d’aventure une plainte était déposée contre nous, nous ne resterions pas sans réagir, étant donné que les allégations actuelles de l’entreprise des Pompes Funèbres Leclerc à notre encontre sont une atteinte à la réputation et l’image de l’hôpital et au rapport de confiance que nous avons établi avec les familles » Cela prendrait la forme d’une plainte pour diffamation « Non, cela ne rentre pas dans le cadre de la diffamation, en revanche nous ne manquerions pas d’intenter une action juridiquement et judiciairement adaptée à la défense de nos intérêts et de notre bon droit».

L’hôpital de Chambéry soutient donc sa position, droit dans ses bottes.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here