IFAssistance, le transporteur funéraire international : interview

0
1069

Se lancer dans le transport funéraire aérien aujourd’hui est une tâche compliquée, tant le marché semble verrouillé par quelques ténors. IFA se lance dans l’aventure, et son directeur, Gilles Debeaumarché, nous explique comment il compte réussir.

ifa_@1 IFAssistance, le transporteur funéraire international : interviewBonjour Monsieur Debeaumarché, merci de nous accorder cette interview.

Avant toute chose, pouvez-vous vous présenter et résumer votre parcours pour nos lecteurs qui ne vous connaissent pas ?

Après un parcours dans l’industrie et le service aux entreprises, je suis rentré dans le domaine du funéraire chez OGF comme responsable d’organisation logistique puis comme Directeur Opérationnel pendant 11 ans. J’ai également effectué diverses missions au sein des groupes Roc-Eclerc et Pascal Leclerc ainsi que des missions de conseils en entreprise.

Quelle est l’histoire de IFA (International Funeral Assistance) ? Ses créateurs, sa genèse ?

L’origine d’IFA prend ses premières racines en 2006 lorsque des chefs d’entreprises œuvrant dans le monde du funéraire ont pris la décision d’intégrer leur propre structure Fret afin d’être plus efficace en terme d’organisation mais aussi en terme de couts.

En 2013, afin de se consacrer pleinement au plan développement National en cours, les dirigeants d’origine ont opté pour une scission définitive les deux activités en se séparant de cette branche Fret.

Comment vous est venue l’idée de vous lancer dans cette entreprise ?

C’est à l’occasion d’une rencontre en tant que consultant externe concernant le Plan de développement National que j’ai rencontré ces chefs d’entreprises.

Lors de nos échanges et mises en place de ce plan nous avons évoqué la structuration actuelle.

C’est tout naturellement que les choses ont germé dans les esprits

Passionné par le service, le monde du funéraire et le domaine de l’aérien, je me suis dit que l’opportunité d’allier ces éléments était un challenge intéressant qu’il me fallait saisir.

De quoi a-t-on besoin pour créer une entreprise comme IFA ? En terme, de logistique, mais aussi de compétences ?

Avant toutes choses et non des moindres, il faut un agrément spécifique auprès de l’organisme international de contrôle du monde de l’Aérien qu’est IATA.

Pour obtenir cet agrément, il vous faut obligatoirement le parrainage d’une compagnie Aérienne.

Enfin, lorsque cette première étape est effective et suivant le type d’agrément que vous avez obtenu, il vous faut déposer une garantie financière.

Ce sésame étant obtenu, cela ne veut toutefois pas dire que vous pouvez travailler avec toutes les compagnies en direct car certaine ne travaille qu’avec les entreprises ayant un certain type d’agrément.

L’entreprise IFA possède, grâce à son ancienneté dans ce milieu et sa reconnaissance de sérieux, l’agrément lui permettant de travailler avec l’ensemble des compagnies.

Sinon, en termes de logistique, peu de choses en sommes, un dépôt pour accueillir nos clients et effectuer les diverses tâches administratives de pesée et de déclarations administratives.

Une attention toute particulière devant être portée sur la double casquette nécessaire au personnel.

Effectivement, nous avons à faire à des entreprises de Pompes Funèbres.

Ne pas connaitre leurs spécificités de fonctionnement ni leurs impératifs me parait incompatible avec un service de proximité comme le nôtre.

Lire aussi :  Certificat de décès et thanatopraxie, l'actualité mortelle du jeudi 8 mars 2018

De même, ne pas connaitre les diverses exigences et formalités administratives nécessaires à ces exportations est difficile.

D’où cette double casquette dont je parlais plus haut.

Quel est l’état du marché du transport funéraire international, aujourd’hui, en France ?

Le marché tourne autour de quelques poids lourds installés de longue date et des entreprises d’envergures diverses qui font du fret Aérien en même temps que du « Général Cargo ».

Peu se cantonnent comme nous à uniquement effectuer du transport funéraire.

Une société comme IFA peut elle s’imposer dans un marché uniquement constitué d’entreprises indépendantes, ou faut il décrocher des marchés plus importants ?

S’imposer sur le marché, je le pense sincèrement, il faut simplement être patient, faire ces preuves, avoir un service et une qualité constante.

C’est la condition sine qua none pour avoir les références nécessaires et une oreille attentive auprès d’assisteurs, de groupes Nationaux et internationaux.

C’est grâce à ces références que nous pourrons, comme ceux qui nous font déjà confiance, développer des marchés plus importants.

Ceci étant, nous ne sommes pas totalement des novices et ne partons pas de rien puisque nos accords actuels avec certain groupes et assisteurs nous permettent d’effectuer actuellement environ 1000 rapatriements par an.

Quelles sont vos relations avec les compagnies aériennes ? Les sélectionnez-vous ? Comment ça se passe ?

Pour effectuer nos expéditions, les compagnies sont bien évidemment des incontournables avec lesquelles les relations sont très bonnes.

Pour les destinations récurrentes, nos choix de partenariat privilégiés avec tel ou tel compagnies tournent autour de deux axes

  1. Les dessertes et les horaires de vols (avec une prédilection pour les vols sur lesquels les familles ont la possibilité d’accompagner leur défunt)

  2. Les diverses tarifications faites

Pour le reste de nos destinations, nous interrogeons au cas par cas ces dernières.

Quel niveau de service offrez-vous aux entreprises qui vous sollicitent ?

Nos prestations tournent toutes autour du rapatriement de dépouilles mortelles tant à l’export qu’à l’import et uniquement cela.

Nous ne faisons pas d’opérations de Pompes Funèbres pour notre compte comme certain de nos confrères. Nous n’avons d’ailleurs pas de N° d’habilitation Funéraire.

Lorsqu’un plateau d’assistance nous fait une demande d’opérations liées à la Pompe Funèbres, nous faisons appel nos clients habituels.

C’est une manière de leurs retourner l’ascenseur et de travailler ainsi en complémentarité.

Ceci étant, nous sommes à même d’aider nos clients dans le rapatriement de leurs corps jusqu’à nos installations et dans la mesure du possible de les aider dans les démarches consulaires.

De par nos relations privilégiées et historique avec de grand opérateurs du funéraire Musulman, nous avons acquis une expérience particulière dans ce domaine et sommes à même de mettre à disposition un Imam/ Toiletteur pour aider nos clients dans l’accompagnement des familles correspondant à ce rite spécifique.

Comment se fait-on connaître sur un marché aussi spécifique ?

Ce faire connaitre et reconnaitre comme nouveau venu est un travail de longue haleine qui passe par le relationnel, la communication (comme nous le faisons aujourd’hui dans vos colonnes).

Lire aussi :  Habiller un défunt, du raffinement, au cérémonial à la porte du deuil

Comme dans tous les domaines commerciaux, casser les habitudes prises au fil du temps, inciter les entreprises à faire une démarche d’ouverture à de nouveaux fournisseurs se fait dans le temps.

Nous nous sommes préparés à cet état de fait et sommes partis sur une perspective de long terme.

Enfin, la meilleure des choses est le bouche à oreille de la part des gens qui ont fait cette démarche d’écoute, d’ouverture et qui au bout du compte sont satisfaits de nos services.

Qu’est-ce qui vous distingue de vos confrères ?

La première qui me semble importante est le fait que nous ne faisons ni de près ni de loin d’opérations de pompes funèbres, nous ne souhaitons pas être à la fois fournisseur et concurrent de nos clients.

Nous sommes une équipe à taille humaine et nous nous voulons proche de ceux qui nous accordent leur confiance.

Lorsqu’ils appellent, ils ont un interlocuteur unique qui va les prendre en charge et suivre leur dossier jusqu’à la fin de l’opération.

Enfin, nous essayons d’avoir les tarifs les plus serré possible et nos tarifs incluent l’ensemble des prestations Fret y compris la housse d’emballage que certain demandent à se voir fournir lors de la remise du corps.

Quels sont les continents que vous desservez aujourd’hui ?

Nous sommes, à ce jour, techniquement capable d’effectuer des rapatriements sur l’ensemble de la planète sous réserve bien entendu des événements internationaux qui restreignent parfois les possibilités.

Le contexte géopolitique est quelque peu délicat aujourd’hui. Est-ce qu’il arrive que cela vous complique la tâche ?

Comme vous le soulevez dans votre question, les événements géopolitiques et sanitaires que notre monde connait actuellement rend parfois les choses difficiles voir momentanément impossibles.

Pour réagir au mieux, dès lors qu’une entreprise nous fait une demande sur une destination à risque, nous entrons en relation étroite avec les services des compagnies pour tenir informer nos clients des faisabilités.

C’est d’ailleurs ce qui nous est arrivé dernièrement pour des rapatriements sur des destinations à risques tel qu’Erbil au Kurdistan, Kabul en Afghanistan et Freetown en Sierra Léone.

Viendrez-vous à Funexpo, à Lyon, en novembre ?

Oui, nous irons à FUNEXPO mais en tant que visiteur !

Pour l’heure, je préfère investir nos disponibilités financières au travers d’une tarification au plus juste pour nos clients, d’un service de qualité et de continuer nos installations sur les grandes plateformes Aéroportuaires hors métropole Parisienne.

Une tradition : le dernier mot est pour vous. Qu’aimeriez-vous dire aux lecteurs de Funéraire Info ?

Il y aurait plein de choses à dire en plus de ce que nous avons abordé lors de cet entretien, le domaine est tellement vaste.

Mais, au-delà de ces points, ce que doivent retenir vos lecteurs c’est qu’ils sont les bienvenus, que nous sommes à leur service et que nous leurs réserverons le meilleur accueil possible pour les épauler dans la réalisation de la mission d’accompagnement des familles en deuil qui est la leur.

Le site internet d’IFAssistance

Propos recueillis par mail par Guillaume Bailly

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here