Informations bidon sur le funéraire, coup de gueule !

0
984
informations bidon sur le funéraire

Vous voyez le genre de situations dans laquelle vous avez dit être conseiller funéraire ou thanato ? Et où votre interlocuteur s’avance à étaler des informations qu’il pense certaines ? Par exemple : on paye une taxe pour chaque département traversé en corbillard, ou bien, les thanatos vident les viscères… tout ça, tout ça … Bref vous voyez. Quand l’interlocuteur est un particulier croisé par hasard, on rectifie l’information, et on passe à autre chose. Par contre, quand c’est un professionnel qui véhicule des informations bidon sur le funéraire, ça irrite !

Internet, le top 1 des informations bidon sur le funéraire

Malheureusement la toile recèle de perles en tout genre, et les informations bidon sur le funéraire ne manquent pas, elles non plus. Nous les dénonçons dès que l’occasion se présente (ici).

Souvent, l’accusé est loin, bien loin, d’être du métier, ce qui en soit pourrait être rassurant. Ce qui ne l’est pas en revanche, c’est celui qui prétend l’être ou tente de l’intégrer, et profite du web pour cela. Notez : chacun est libre de faire ce qu’il veut, et avoir une concurrence saine est une bonne manière de s’améliorer. Mais quand on se veut être sérieux, on vérifie au moins ce qu’on raconte.

A titre d’exemple, un site bien classé dans les recherches Google, publie régulièrement des informations bidon sur le funéraire.

La semaine dernière encore, ledit site gratifiait la toile de conseils vaseux pour faire des économies sur la facture d’obsèques.

On y apprend notamment, en tout cas selon l’auteur, que les soins de conservation sont incompatibles avec la crémation. Par incompatible, on ne sait pas réellement ce qu’il y entend : le corps, bourré de produits chimiques va faire exploser le four ? Mystère ! En tout cas c’est bien la première fois qu’on peut lire cette information, qui bien sûr ne nous fera pas le plaisir de citer ses sources.

LAOBS1 Informations bidon sur le funéraire, coup de gueule !Un peu plus loin, on apprend que les terrains communs, gratuits comme chaque professionnel le sait, est renouvelable tous les 5 ans. Cette fois, « source » à l’appui ! L’article du CGCT cité est le bon, malheureusement, le terrain n’est pas « renouvelable » et le Maire le reprend au bout de 5 années, qu’il ait besoin de places ou non.

On passera sur les termes approximatifs de « combustion » et « incinération », pas tellement grave à côté de ce qu’on peut lire sur le site.

Nous, tout cela nous irrite. Et en vérité ça fait un moment que ça nous irrite.

Non loin de se contenter de raconter des âneries, l’auteur du site ne s’ennuie pas pour pomper les sujets que les auteurs de Funéraire Info mettent en ligne. Et ça dure depuis un moment.

Tenez, le 31 juillet, nous vous proposions un article sur la préparation de l’arrivée d’un convoi au cimetière. Devinez quoi ? Le 13 septembre, le site en question publiait «  Convoi funéraire : un parcours qui se planifie ».

Evidemment, l’auteur a un minimum d’intelligence, à défaut de véritables connaissances, et ne propose pas un copié-collé parfait de ce que l’on édite, sans quoi on pourrait lui renvoyer un une petite plainte

Mais attendez, ce n’est pas fini.

Le 29 mai, nous vous parlions du secret professionnel dans les pompes funèbres. Devinez ce qui paraît chez notre « confrère » ? : « Professions du funéraire : la discrétion est une aptitude majeure ». C’était le 5 juillet suivant. On notera un mois de décalage entre nos articles et les siens, le temps de trouver des sources vaseuses ? Ou de se dire qu’on aura oublié nos articles d’ici là ? Allez savoir… Ce n’était pas le cas il y a plusieurs mois, ou les mauvaises copies arrivaient à peine quelques jours après nos publications.

En tout cas, la liste est longue. Des actualités, aux articles de fond, le site a un train de retard, mais ne se foule vraiment pas pour trouver des sujets d’articles qui viendraient de sa propre réflexion, ou expérience, chose dont il semble dénoué.

Les articles en question, chez nous, chez lui :

Vêtements du défunt, chez Funéraire Info le 7/04/17 – Habiller le défunt, le 19/10/17 (on a regardé ce matin, au cas où ça continuerai…)

Replika paru chez Funéraire Info le 28/07/17 – Replika le 5/09/17

Mise en bière anticipée, chez FI le 3/05/17 – Mise en bière anticipée  le 13/08/17

Site de rencontre Dead Meet, chez FI le 26/05/17 – Dead Meet le 19/06/17

Maire de Laigneville, chez FI le 18/05/17 – copie le 3/06/17

Exhumations, précautions pour les PF, chez FI le 17/05/17 – chez le concurrent « exhumations, quels risques sanitaires pour les pros » le 31/05/17

Marche blanche, FI le 17/05/17 – Marche blanche le 26/05/17

Motocycle funeral, FI le 11/05/17 – Motorcycle funeral le 22/05/17

Orthometals humaniste, chez FI le 4/04/17 – Orthometals solidaire le 15/05/17

Pour un fichier national des concessions funéraire, FI le 20/03/17 – « Gestion des concessions funéraires : de l’utilité d’un fichier national », le 25/04/17

Cercueil hermétique, les pièges à éviter, FI le 22/02/17 – « … » important de savoir sur le cercueil hermétique » le 2/04/17

Urne funéraire au domicile, le 08/02/17 – suivi le 29/03/17

Atelier je fabrique mon cercueil, le 28/02/17 – suivi le 23/03/17

Permis d’inhumer le 9/03/17 – suivi le 17/03/17

Cercueil ardoise le 4/02/17 – suivi le 11/03/17

Cercueil Légo, bataille juridique autour d’une chambre funéraire, selfie mortel, faire construire son monument d’avance

La liste est longue, et les articles originaux (s’il y en a, nous ne sommes probablement pas les seuls copiés) sont sûrement minoritaires. Bien sûr, la course au classement Google est un travail de longue haleine, auquel chaque site dédié au funéraire aspire. Et bien sûr, multitude de sujets se font échos, après tout, on ne prétend pas être les Dieux du funéraire. Mais nous avons le mérite de trouver nos sujets seuls, comme des grands, sans nous inspirer de qui que ce soit (ou très rarement, et auquel cas nous citons nos sources) grâce à nos expériences respectives, études, personnes ou entreprises interrogées.

Et encore mieux, quand on avance des infos, surtout lorsqu’elles concernent les lois et sont susceptibles d’aider tant les professionnels que les particuliers qui passent par là, on les vérifie. Si on est pas sûrs, on cherche, si la source en elle-même n’est pas sûre, on utilise le conditionnel, et sinon, on s’abstient.

A bon entendeur.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.