Jack l’Eventreur, plus grand mystère criminel de l’histoire

0
2395

La légende surpasse parfois l’histoire. Ainsi, Jack l’Eventreur s’érigea au panthéon des plus grands mystères de l’histoire en seulement quatre mois, à la fin de l’année 1888.

ClfLHDGc5DTM7ecuskkJvA-257x300 Jack l'Eventreur, plus grand mystère criminel de l'histoireAoût 1888, fin de l’été

La première victime avérée de Jack l’Eventreur fut Mary Ann Nichols, dite « Polly », prostituée de son état, qui fut retrouvée dans la nuit du 31 août 1888 dans Buck’s Row, portant de nombreuses blessures à la gorge et au ventre. L’affaire fut confiée à Scotland Yard, qui considéra que la femme avait été victime d’un client violent et insatisfait. Whitechapel était le quartier le plus sordide de Londres, et les morts les plus crapoteuses y étaient fréquentes.

Quoique remplis de meurtres brutaux et sordides, les gazettes de l’époque notèrent que ce crime-ci avait quelque chose d’inhabituel. Puis ils passèrent à autre chose, oubliant Polly Nichols à son triste sort. Pas pour longtemps.

Le 8 septembre, dans la cour intérieure du numéro 29 de Hanbury Street, un ouvrier partant au travail découvrit le corps de Annie Chapman, dite « Dark Annie ». Presque décapitée, elle avait été éventrée et ses viscères déposées sur son épaule. Le lien se fit rapidement avec Polly Nichols, et le meurtrier fut considéré comme un fou sadique.

La valse des suspects commença. La police, pendant toute l’affaire, procéda à ces dizaines d’arrestations et d’interrogatoires, sans jamais trouver d’éléments probants chez aucun des suspects.

DearBossletterJacktheRipper-218x300 Jack l'Eventreur, plus grand mystère criminel de l'histoireDear Boss

Le 27 septembre, La Central News Agency reçut une lettre revendiquant les crimes. Intitulée « Dear Boss », le meurtrier y annonçait son intention de récidiver et invitait la police à essayer de l’attraper. Cette lettre est entrée dans l’histoire, puisque ce meurtrier anonyme l’avait signée : « Jack The Ripper ».

Lire aussi :  The Big Bang Theory aux Simpson, l’hommage planétaire à Stephen Hawking

La nuit du double meurtre

Le 30 septembre 1888, le corps de Elizabeth Stride, dite « Long Liz » fut découvert dans la cour d’un immeuble. Elle avait la gorge tranchée, mais pas d’autres mutilations. Selon les témoignages, le sang en coulait encore quand elle avait été trouvée, indiquant une mort récente. C’était nouveau : le meurtrier avait été dérangé, mieux, il avait failli se faire prendre.

Mais la police ne pavoisa pas longtemps : environ une heure plus tard, le corps de Catherine Eddowes fut retrouvé à Mitre Square, en lisière du quartier de La City à Londres. Aucun doute, c’était le meurtrier, et il s’était particulièrement acharné sur la malheureuse : presque décapitée, défigurée, éventrée, plusieurs de ses organes manquaient.

from-hell-209x300 Jack l'Eventreur, plus grand mystère criminel de l'histoireFrom Hell

George Lusk, président du comité de quartier de Whitechapel, qui organisait des patrouilles pour coincer l’éventreur, reçut le 16 octobre une lettre, adressée « Depuis l’enfer » et accompagnée d’un morceau de rein humain provenant presque certainement de Catherine Eddowes, selon le coroner. Quoique toutes les autres lettres aient été discutées, « From Hell » est la seule considérée comme authentique par la majorité des investigateurs.

Mary-Jane Kelly

Le 9 novembre 1888, un coursier venu encaisser le paiement du loyer de Mary Jane Kelly découvre un spectacle d’horreur dans sa chambre. Pour la première fois, Jack l’Eventreur a agi dans une pièce close, sans crainte d’être dérangé. Les mutilations surpassent toutes celles commises jusqu’à présent, l’Eventreur ayant passé plusieurs heures à mutiler sa victime.

Et puis ce fut tout. Du jour au lendemain, les crimes cessèrent, sans que l’on ne comprit jamais pourquoi, ni surtout, qui était Jack l’Eventreur.

Lire aussi :  Terrorisme: Radouane Lakdim, comment procéder à son inhumation ?

[quote_box_center]

Et aussi…

Victimes apocryphes

Si officiellement Jack l’Eventreur a fait cinq victimes, le nombre varie selon les interprétations. Selon certains, il est impossible qu’il ait eu le temps de tuer Elizabeth Stride la nuit du double meurtre. D’autres au contraire pensent qu’il a fait d’autres victimes, parmi lesquelles Martha Tabram, le 7 août 1888, qui fut frappée de 39 coups de couteau : certains y voient les balbutiements de Jack. D’autres, minoritaires parmi les ripperologues, pensent que Elizabeth Jackson dite « Lizzie », prostituée retrouvée en plusieurs morceaux dans la Tamise entre mai et juin 1889, pourrait avoir été victime de l’Eventreur.

Entrée de la presse au XXéme siècle

La presse ne se rend pas très bien compte ce qu’elle doit à Jack l’Eventreur : si les critiques du gouvernement étaient déjà existantes, c’est lors de cette affaire que la presse prit conscience de son pouvoir d’influence sur le peuple, et, par ricochet, de son pouvoir de pression sur les dirigeants. Une pression telle que la Reine Victoria elle-même sortit de sa réserve sur les affaires criminelles, et ordonna que les ruelles de l’East End fussent dotées de becs au gaz. On peut affirmer sans trembler que jack l’Eventreur est le père de l’éclairage public moderne.

 [/quote_box_center]

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here