Jardin du souvenir, définition

Le jardin du souvenir qui se rapproche du terrain commun pour l’inhumation est un espace gratuit, libre de concessions, destiné à la dispersion des cendres des défunts après la crémation, qui est mis à disposition dans l’enceinte du cimetière.

L’utilisation du jardin du souvenir est donc gratuite vu qu’elle s’apparente à un espace commun pour l’inhumation.

Alors que le jardin du souvenir est un espace commun, les cendres des différents individus y sont alors mélangées vu qu’on ne peut prétendre à une parcelle de ce terrain.

Généralement, le jardin du souvenir est conçu pour permettre, dans un réceptacle commun enterré, la conservation des cendres dont l’écoulement se fait soit par versement dans un édifice érigé sur le puits, soit par éparpillement sur un tapis de galets qui recouvrent le puits.

Depuis la loi relative à la légalisation funéraire du 19 décembre 2008 portant le n° 2008-1350, la conservation des cendres du défunt à domicile n’est plus possible pour les familles. Les cendres seront en leur totalité, soit éparpillées dans un espace aménagé dans un cimetière à cet effet, d’où le jardin du souvenir soit conservé dans une urne cinéraire, si elles ne sont pas dispersées en pleine nature. L’urne cinéraire sera par la suite déposée dans une case de columbarium ou inhumé dans une sépulture, ou scellé sur un monument funéraire à l’intérieur d’une nécropole.

Pour pouvoir procéder à la dispersion des cendres dans un jardin du souvenir, il est pourtant nécessaire de demander l’autorisation à la maire du cimetière de la commune. La charge d’aménager, de gérer et de définir un espace pour le jardin du souvenir incombe dans ce cas à la Mairie. Il faut donc avertir la Mairie pour avoir l’autorisation de disperser les cendres dans le jardin du souvenir d’un cimetière, et que c’est la société de pompes funèbres qui se charge en principe d’effectuer la dispersion des cendres et de ces démarches.

Et pour en savoir plus sur le jardin du souvenir, suivre le lien.