Jean d’Ormesson, l’héritage des mots en ses plus belles citations

0
1213

Lorsque l’immortalité a une fin…Jean d’Ormesson n’est plus mais nous laisse un héritage de mots sur lequel nous pouvons danser. Voici quelques phrases qui résonnent en nous et que l’on aimerait partager avec vous.

« Aucune vie n’est assez belle pour qu’elle ne finisse pas » 

« c’est une chose étrange à la fin que le monde, un jour je m’en irai sans en avoir tout dit »

« C’est quand il y a quelque chose au-dessus de la vie que la vie devient belle.”

“C’est ça qui me fait peur dans le bonheur : l’usure, la lassitude, l’effilochage.”

 

“Rien n’est plus proche de l’absolu qu’un amour en train de naître.”

Jean-dOrmesson Jean d'Ormesson, l'héritage des mots en ses plus belles citations

“L’éternité, c’est ce qu’il y a de plus fragile, c’est du papier. Qu’est-ce qui reste de tout le passé ? Non pas les idées, parce qu’elles s’envolent, mais des mots écrits.”

 

“Une certaine légèreté demande plus d’efforts que la pesanteur, les leçons de morale, la gravité, l’ennui qui s’en dégage. Mais elle est liée aussi à une certaine grâce, au charme, au plaisir.”

 

“Ecrire est difficile, parce qu’on est toujours dépassé par son livre.”

 

“Depuis le big bang, tout commence à mourir à l’instant même de naître. L’univers n’est qu’un élan vers l’usure et la mort.”

 

“Toute mort est un mystère parce que toute vie est un mystère.”

 

“Je crois que si je passe pour l’écrivain du bonheur, c’est parce que je pense qu’il faut être heureux en dépit de tout le reste.”

 

“J’ai aimé Dieu, qui n’est rien aux yeux des hommes qui ne sont rien. Je n’ai détesté ni les hommes ni les femmes. Et j’ai aimé la vie qui est beaucoup moins que rien, mais qui est tout pour nous.”

 

Lire aussi :  Le fabricant de cercueils, Canard au Salon Funéraire Paris, le Bourget

Bibliographie :

L’amour est un plaisir, 1956, Du côté de chez Jean, 1959, Un amour pour rien, 1960, Au revoir et merci, 1966, Les Illusions de la mer, 1968, La Gloire de l’Empire, 1971, Grand prix du roman de l’Académie française, premier grand succès d’édition de l’auteur, Au plaisir de Dieu, 1974, Le Vagabond qui passe sous une ombrelle trouée, 1978, Dieu, sa vie, son œuvre, 1981, Mon dernier rêve sera pour vous, 1982, Jean qui grogne et Jean qui rit, 1984, Le Vent du soir, 1985, Tous les hommes en sont fous, 1986, Le Bonheur à San Miniato, 1987, Album de la Pléiade Chateaubriand, 1988, Garçon de quoi écrire, 1989, avec François Sureau, Histoire du Juif errant, 1990, Tant que vous penserez à moi , 1992, Entretiens avec Emmanuel Berl, La fureur de lire la presse, 1992, La Douane de mer, 1994, Presque rien sur presque tout, 1995, Casimir mène la grande vie, 1997, Une autre histoire de la littérature française, 1997 – 1998, Le Rapport Gabriel, 1999, Voyez comme on danse, 2001, Prix Combourg, C’était bien, 2003, Et toi mon cœur pourquoi bats-tu, 2003, Une fête en larmes, 2005, La Création du monde, 2006, La vie ne suffit pas : Œuvres choisies, 2007, Odeur du temps, 2007, Qu’ai-je donc fait, 2008, L’Enfant qui attendait un train, 2009, Saveur du temps, 2009, C’est une chose étrange à la fin que le monde, 2010, La Conversation, 2011, C’est l’amour que nous aimons, 2012, Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit, 2013, Comme un chant d’espérance, 2014, Dieu, les affaires et nous, chronique d’un demi-siècle, 2015, Je dirai malgré tout que cette vie fut belle 40, 2016, Prix Jean-Jacques-Rousseau de l’autobiographie 2016, Guide des égarés , 2016

Lire aussi :  Focus sur la fascination des adolescents pour la mort

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here