Jean-Luc Romero-Michel, vers l’avis de décès des soins à domicile

1
374
Alors que l’Assemblée nationale a refusé l’interdiction des soins au domicile, Jean-Luc Romero-Michel s’inquiète de cette décision sur la levée de l’interdiction des soins sur les patients atteints du HIV.
Une loi préalable

Ce n’est pas la levée de l’interdiction des soins de conservation sur les patients atteints de pathologies telles que le VIH qui a été refusée « C’est l’interdiction des soins au domicile, qui était un préalable à la levée de l’interdiction des soins de conservation. Et c’est une nouvelle catastrophique, pas seulement pour cette raison. »

Jean-Luc Romero-Michel est trop stupéfait pour être déçu : « Tout corps est dangereux. J’ai assisté à un soin de conservation, et j’ai pu me rendre compte que c’était une opération extrêmement invasive, durant laquelle étaient utilisés des produits à base de formol, une substance cancérigène. Il y a aujourd’hui des thanatopracteurs qui souffrent de cancer, et personne n’en parle. Or, et je pense que la profession le reconnaîtra, au niveau des conditions sanitaires et de travail, le domicile est le pire endroit pour procéder à des soins. Il n’y a d’ailleurs pas que le thanatopracteur qui soit mis en danger par ces produits, mais la famille, l’entourage du défunt, qui va évoluer ensuite dans le domicile contaminé par les formaldéhydes ».

Le président d’Elus Locaux Contre le Sida s’étonne « En dehors du sujet du VIH, il faudra un jour que quelqu’un se penche sur les cancers professionnels des thanatopracteurs. Pour l’instant, on dirait que c’est un sujet tabou, mais ça n’en reste pas moins une réalité ».

Manœuvre politique

Mais que s’est il passé ? « C’est un amendement déposé en urgence et voté presque en catimini, juste avant que le projet global n’atteigne un stade ou il ne peut plus être modifié. C’est un plan extrêmement concerté » et qui est derrière ? « L’origine du refus, c’est le lobby de l’Eglise Catholique, au nom de la tradition du repos du corps au domicile. »

Lire aussi :  Service Catholique des Funérailles, nouvelle agence à Fréjus

Jean-Luc Romero-Michel ne comprend pas : « Pourtant, c’étaient les soins qui auraient été interdits au domicile, pas le repos du corps. C’est une tradition qui est observée aujourd’hui par une minorité de personnes, parce que dans des appartements de plus en plus petits, c’est difficile. Et certes, procéder aux soins dans un laboratoire équipé aurait engendré un surcoût, pour le transport du corps, mais quand on scrute la catégorie de population qui observe aujourd’hui cette tradition, ce sont des familles aisées pour qui un surcoût de 200 ou 300 euros n’est pas rédhibitoire ».

Mais pourtant, la majorité socialiste n’est pas réputée être sensible aux lobbys chrétiens ? « Oui, c’est incompréhensible. Mais on parle d’un petit groupe de députés, alors que la plupart était absent. Lorsqu’on discute avec eux, les députés sont réceptif au problème ».

Une bataille, pas la guerre

Jean-Luc Romero-Michel souligne que le projet n’est pas tombé aux oubliettes « Marisol Touraine a promis de lever l’interdiction des soins aux patients atteints du VIH, et elle est sincère. Sa position sur le sujet est claire, déterminée, et va dans le bon sens. »

Les militants sont donc repassés à l’action « Nous sommes en préparation d’une tribune avec les associations. J’ai également relancé la pétition sur Change.org. Il nous faut continuer à expliquer et convaincre. Particulièrement aux catholiques, leur expliquer que l’interdiction des soins au domicile ne les empêche nullement d’observer leurs traditions. Aux thanatopracteurs, leur rappeler qu’ils ont certainement déjà fait, sans le savoir, des soins sur des patients atteints du VIH et dont ils ne connaissaient pas la pathologie, sans précautions particulières. Et surtout, redire que si aucun thanatopracteur n’a été contaminé par le virus du sida en procédant aux soins, en revanche, les cancers professionnels sont une réalité. »

Lire aussi :  OGF: Inauguration du crématorium de Beaucaire

Mais la suite, sur le terrain juridique ? « L’interdiction des soins de conservation est réglementaire, elle peut être levée sans passage à l’assemblée. Ceci dit, si c’est nécessaire, il faudra aviser le moment venu, j’ai confiance dans la législature. Pour l’instant, ce qui est arrivé est une véritable surprise, et il faut attendre de voir quelle sera la réaction de la ministre. »

Confiant mais vigilant, Jean-Luc Romero-Michel ne s’avoue donc pas vaincu. Une affaire à suivre dans Funéraire Info.

1 commentaire

  1. « En dehors du sujet du VIH, il faudra un jour que quelqu’un se penche sur les cancers professionnels des thanatopracteurs. Pour l’instant, on dirait que c’est un sujet tabou, mais ça n’en reste pas moins une réalité ».

    C’est beau dit comme ça. En effet, levons l’interdiction des soins sur le VIH et « un jour » on s’occupera des soucis de santé et des conditions d’exercices des Thanato et pourtant l’expression ne pas mettre la charrue avant les bœufs est tellement usité.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here