Jean Pellencin : métier sculpteur de tombes

1
617

 

D’abord maçon et tailleur de pierres, Jean Pellencin (61 ans) s’est pleinement consacré à la sculpture en 1986. Dans son atelier de Valréas (Vaucluse), il a notamment développé depuis une activité d’art funéraire artisanale, au gré de ceux qui frappent à sa porte.

Ses œuvres, il en parsème les cimetières de la Drôme et du Vaucluse (Le Pègue, Rousset-les-Vignes, Chamaret, Bollène, Orange…). Il y a une Vierge à l’enfant sur une tombe bombée ici. Un portrait en relief là. Ou encore ailleurs une simple stèle présentant une citation biblique. Un village s’est aussi cotisé pour offrir à son boulanger défunt un bas-relief en sa mémoire. « Il s’inspirait d’une gravure qu’un habitant avait fait », explique le sculpteur.

« Je prends ce qu’on me donne », poursuit Jean Pellencin. « C’est à chaque fois différent. Je peux m’inspirer de la vie des défunts, si on m’en parle. Mais ceux qui viennent sont dans la douleur, ils ne le font pas toujours. Une jeune femme m’a récemment sollicité, m’a raconté qui était son père et toute l’épopée familiale avec une grande intensité. On a pu élaborer un projet ensemble, en plusieurs fois. Je ne suis pas là pour imposer. »

Au ciseau, au jet de sable, il essaie de donner une intensité artistique à un monument « porteur de mémoire, d’affection et de souvenirs », destiné avant tout aux vivants. « Avec des petites choses du quotidien. Cela reste assez humble. On est tous humbles devant la mort qui frappe. » L’artiste cite en exemple un monument pour un cultivateur, élaboré avec  des pierres prises chez lui, avec un fossile incrusté qu’il avait trouvé dans un champ. Il y a du plus simple au sophistiqué. La pierre travaillée, Jean Pellencin la trouve dans des carrières près de chez lui, ou en réemploie d’anciennes. On est loin du travail industriel plus courant.

Lire aussi :  Pompes funèbres MANGEL, cimetière, funérailles… L’actualité du 5 juin 2018

Parfois, il suggère des motifs. Il compte ainsi bientôt proposer des mains de musiciens sur leur instrument. La main l’intéresse. Il la sculpte, en terre cuite, en pierre, comme il produit ou restaure également des fontaines, des cadrans solaires, ou des enseignes d’entrées d’usine ou de domaine viticole.

Renseignement sur son site ici

Pellencin-oeuvres Jean Pellencin : métier sculpteur de tombes
(capture d’écran du site sculpteur-pellencin.fr)

 

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here