Josef Paczynski : mort du coiffeur du patron d’Auschwitz

0
493
(capture Facebook)

Pourquoi lui ? Il n’en a jamais rien su. Josef Paczynski n’était alors qu’un apprenti. Mais quand on est déporté à Auschwitz et que le patron du camp demande à être coiffé, on s’exécute.  Le rescapé a souvent raconté son incroyable histoire. Il est mort dimanche à Cracovie, âgé de 95 ans.

Arrivé en juin 40 sur place avec le premier convoi des prisonniers politiques polonais, le jeune homme était le prisonnier 121. En janvier dernier, aux commémorations de la libération du camp de la mort, il racontait pouvoir encore reproduire les yeux fermés la coupe du sinistre et méthodique commandant SS Rudolf Höss. La nuque rasée au rasoir, les côtés tondus. L’officier a œuvré  à Auschwitz du 1er mai 1940 au 1er décembre 1943, puis de nouveau entre mai et septembre 1944.

Jozef Paczynski se souvenait ses mains tremblantes, et ses outils bien aiguisés par des coiffeurs plus aguerris, prisonniers dans son unité. Personne n’avait intérêt à une erreur, à une blessure. Impossible non plus, malgré l’occasion, de supprimer le bourreau : les conséquences auraient été terribles. Alors le jeune apprenti a coiffé ce maître, régulièrement, sauvant ainsi ce qui pouvait l’être.

Fonctionnaire zélé du Reich, Rudolf Höss, après coup, a revendiqué avoir fait « méticuleusement » son travail. Obéissant. Cherchant à être plus « productif ». Plus d’un million de déportés ont té exterminés à Auschwitz. L’officier a été pendu en avril 1947 dans le camp qu’il a dirigé. Il n’a pas dit un mot.

Jozef Paczynski, lui, a survécu. Après la guerre, en Pologne, il a fait des études d’ingénieur, a également enseigné. Il a vécu à Cracovie (deuxième plus grosse ville du pays) de sa retraite à sa mort.

Lire aussi :  La famille Romanov : la fin de la famille impériale le 17 juillet 1918

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here