La fin alternative de Six Feet Under, un carrefour existentiel

0
530

Je suis venue vous parler à de nombreuses reprises de Six Feet Under et de son final déchirant et émouvant. Mais peu connaissent la fin alternative de Six Feet Under plus courte, de la série, qui requiert toute mon attention. Dans la même veine que la première version, accompagnée de la même musique, ces quelques minutes qui vont clore les cinq saisons de la famille Fisher nous ouvrent de nouvelles perspectives que l’on va tenter de décrypter ensemble.

Six Feet under ou le révélateur d’une société multiple et complexe

La série Six Feet Under est véritablement pionnière sur tout un tas de sujets que cela soit dans la forme ou dans le fond.

Six-Feet- La fin alternative de Six Feet Under, un carrefour existentielSi Soprano, Breaking Bad ou encore Game of Thrones aujourd’hui font fureur, Six Feet Under a clairement posé les bases des séries hors normes. La série nous emmène dans divers sujets réflexifs. Aucune série à mon sens ne traite aussi bien de l’homosexualité par exemple, sans tomber dans des schémas caricaturaux. Par la mort nous abordons aussi l’homophobie, la peine capitale, le suicide, le palliatif, le handicap.

Mais si ces thèmes sont abordés autour du prisme de la mort, ils le sont aussi par le prisme de la vie. C’est le cas pour l’adultère ou encore la difficulté d’élever les enfants de son conjoint.

La mort rassurante

Finalement, même si la mort reste toujours LA question à laquelle l’on ne peut apporter de réponse, puisqu’elle est en réponse en soi, elle est abordée, d’une manière assez Six-feet-under-fin-alternative-réflexions- La fin alternative de Six Feet Under, un carrefour existentielréconfortante. Lorsque vous vous lovez devant votre épisode, vous savez que quelqu’un va mourir, la série débute comme cela. Il y a quelque chose de mécanique, qui nous renvoie à notre propre finalité. Lorsque Nate explique à Maggie qu’il va mourir à cause de son problème au cerveau. Elle lui répond qu’elle aussi va mourir. Nate attend sa réponse avec un nom de maladie, comme quelque chose de presque salvateur, or elle lui répondre le plus naturellement du monde « parce que j’ai un corps ».

Une palette d’ineffables émotions et sentiments

C’est comme si vous tiriez un grand fil, la mort, et qu’autour venait s’enrouler tout un tas de choses, l’amour, la tristesse, la mélancolie, les regrets, etc. C’est d’ailleurs l’image qu’offre Brenda, athée, considérant que la vie n’est autre que ce passage sur lequel l’on essaie de combler des choses en les faisant et en les déconstruisant jusqu’à mourir. Si sa vision paraît sombre, elle est pourtant la plus réelle, limpide et finalement saine de la série.

Une fin alternative existentielle

On y retrouve tous les protagonistes de la série, y compris Nate, mort deux épisodes plus tôt. Ils sont sur la route, à des carrefours. On y voit là une quête de sens, la première partie est sombre, les personnages ont le visage fermé, chacun dans ses pensées comme l’on pourrait l’être à regarder l’horizon en se demandant quelles réponses vont nous êtres apportées ? Puis chacun s’arrête, la lumière évoque celle dont certains parlent au bout du tunnel, une allégorie encore entre la vie et la mort. Tous repartent, et reprennent leur chemin, souriant, confiant, pas forcément sûrs d’eux, à l’image dont on les connaît, mais plus serein sur le chemin à prendre. On y voit là ce qu’ils sont, ce qu’ils auraient pu être et ce qu’ils peuvent devenir. Cette fin alternative de Six Feet Under est une quête du sens à leur existence.

Pourquoi est-ce-que ça nous touche tant ?

Cette question est également valable pour tout ceux qui ne sont pas issus du secteur funéraire. En réalité, c’est une manière de voir les liens entres les individus, d’une famille, d’un couple, de soi, d’une société.

Des liens qui nous tiennent, qui nous étranglent et qui nous retiennent.

Tous sont différents; athée, débridé, père de famille, religieux, artiste libre, veuve ou cérébral et pourtant tous se retrouvent dans un questionnement ininterrompu de leur existence. Ils sont en croissance et en devenir perpétuel. L’on retrouve au tout début de la série un Nate, confiant, libre, rock’n’roll et léger, et à la fin des saisons, il n’aura dans sa quête de la vie et de l’amour finalement, que peu trouvé la quiétude. En revanche, son frère David, impliqué dans la vie religieuse, qui n’assume pas son homosexualité, qui se sent le malaimé de son père, finira par dire à sa sœur Claire dans le tout dernier épisode qu’il est « heureux ». Les trois thèmes récurrents de la série outre la mort (qui reste le fil conducteur), sont la psychologie, l’art et la religion.

D’ordinaire, dans une série, le processus d’identification est assez simple, les personnages évoluent mais restent marqués par leurs traits de caractères qui les rends toujours prévisibles, (froid, enfant gâté, etc). Ici, on prend de chacun. Si d’habitude on veut savoir ce que les personnages font, ce qu’ils veulent et avec qui ils vont être, ici on veut savoir qui ils sont et c’est la toute la nuance de cette série, à mon sens, parfaitement exceptionnelle.

PS : Il se peut que la fin alternative de Six Feet Under ne soit visible que sur MAC ou PC , mais pas sur vos smartphones…


Pour aller plus loin :

Six Feet Under : Les photos de la famille Fisher, au cœur de l’objectif de Claire

https://www.funeraire-info.fr/six-feet-under-la-serie-de-croque-mort-par-excellence-71798/

 

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.