La Lumière la Mort : Art et poésie

0
1221

La Lumière la Mort

Dans la rubrique Culture du journal, nous vous proposons cette semaine de partir à la rencontre d’un étonnant recueil de poésie illustrée.

La Lumière La Mort d’Albert Stricker, poète, et de Dan Steffan, plasticienne, se projette à la rencontre de l’Automne par des écrits illustrés en peinture sur un magnifique ouvrage plein de promesses de luminosités et d’horizons. Ou sont-ce plutôt des portraits mis en vie par les écrits du poète ?

 DanAlbert-300x200 La Lumière la Mort : Art et poésieLa rencontre entre ces deux artisans de la poésie et des arts plastiques se définit tout d’abord tel « un fertile compagnonnage » où deux traversées lyriques se croisent, s’accompagnent et parfois se complètent dans des automnes illustrés et rendus vivants dans un incroyable assemblage.

Albert Strickler, né dans le Nord de l’Alsace en 1955, est l’auteur prolifique d’une trentaine d’ouvrages. Avant tout écrivain, traducteur et poète, son quotidien est occupé depuis 2008 par une aventure vivante et humaniste dans la rédaction d’un Journal annuel, dans un univers très spirituel mais surtout en phase avec la Nature, « à la porte du Ciel ». Ses multiples rencontres avec d’autres auteurs et artistes issus de nombreux horizons donnent naissances à de fructueux travaux placés sous le signe de l’Art et de la création poétique.

Dan Steffan vit le jour à Strasbourg en 1947. Inscrite à la Maison des artistes, elle vit et travaille aujourd’hui sur Colmar mais expose ses œuvres en Suisse, Allemagne, Italie, Croatie, Hongrie, Estonie, Belgique et Lituanie. Cette artiste, digne  alchimiste du portrait et de la représentation de l’Autre, nous livre un monde empreint de luminosités et de magie, sillonnant sans emphases la Nature à l’heure de l’Automne, avec une justesse et une réalité surprenantes.

Lire aussi :  Inscrivez-vous gratuitement au 1er Salon du Funéraire Grand Sud

« La Lumière La mort. La poésie de la peinture. La peinture de la poésie. Pour une seule et même musique. (…) » Celle-ci a rassemblé l’auteur et le plasticien, main dans la main, progressant au gré de leur profession de foi l’un dans l’autre et accordant leur travail en une musique chorégraphique dirigée à la fois par la plume et le pinceau.

Le résultat est là ! Cette performance exalte les signes de l’Automne, en une exhortation de La Lumière telle la victoire sur la mort à travers les portraits et les représentations.

Extrait : « Comme si les lointains giboyeux, la buée sur les lacs, les premiers coups de fusil dans la forêt, les rêveuses chutes des feuilles mortes, le brame du cerf ou les idéogrammes du vol des oies sauvages n’étaient que les signes tangibles, aussi fugitifs ou vaporeux qu’ils soient, d’une réalité à la fois plus essentielle et plus mystérieuse où le Temps lui-même s’affirmerait en s’exhaussant sans cesse de son propre abîme. »

Autre extrait : « L’angoisse du trop-plein ici également t’oppresse. Il est vrai que tant d’or fondu, tant de feu pétrifié, l’air lui-même enivrant comme du vino nobile et la vertigineuse houle des collines qui ne fait qu’une avec l’ample marée de l’allégresse dans ta poitrine… »

Dan Steffan raconte : « La Lumière la mort, une seule et même chose dans ce titre. Le passage dans l’au-delà peut évoquer un retour à la Lumière pour les uns et un passage dans le noir, dans l’oubli pour les autres. Les textes ont été écrits en Automne. Il y a dans cette merveilleuse saison une notion de cycle, de renouveau qui se programme et se prépare. Les illustrations dans ce livre, c’est une résonnance entre deux univers. Et c’est l’Automne qui en a inspiré l’écriture, celle d’un cycle naturel et lumineux. Pour moi, l’Automne est ma religion. » (Propos recueillis par nos soins à l’église de Surbourg, Bas-Rhin, lors d’une lecture-exposition du poète Albert Strickler).

Lire aussi :  Le Groupe OGF va gérer le crématorium de Saint-Georges-de-Didonne

Ce sublime alliage entre profondeur et douceur, entre chaleur et noirceur, entre clarté et fécondité transporte le lecteur dans le champ des parcours à travers un Automne revisité et observé de multiples fois.

La Lumière la mort, éditions du Tourneciel, 30 €.

Albert STRICKLER, auteur – Dan STEFFAN, artiste

2013

Pour plus d’informations, contactez la rédaction du journal.

Par Guillaume Prunier.

 

 

 

 

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.