La marbrerie, plus vieux métier du monde ?

1
166

La marbrerie, tout un métier, tout un art ! Aujourd’hui  en France, la marbrerie relate dans l’esprit de beaucoup la pierre tombale ou tout édifice sépulcral. Pourtant cette activité existe depuis bien longtemps, introduction à ce travail pour les morts.

Prémices

Avant notre ère, l’homme, plus précisément l’homme de Néandertal (il y a environ 100 000 ans) enterre déjà ses défunts. Point de signes indicatif de la sépulture à l’époque, puisque les morts étaient généralement placés au fond des grottes.

Un peu plus tard (en fait 55 000 ans plus tard ! ), notre cousin l’Homo Sapiens met en terre les défunts avec un rituel précis : corps replié en position fœtale, parfois démantibulé, inhumé avec des parures ou objets.

C’est pendant la période néolithique que l’on trouve les prémices de la « marbrerie« , où sont clairement identifiées les sépultures. L’emplacement y est matérialisé par une dalle plate en pierre ou par plusieurs pierres plus petites montées les unes sur les autres, c’est ce que l’on appelle un tumulus. Le tumulus est fait de terre et de pierre, de terre (tertre),  ou uniquement de pierre (cairn).

Vous pouvez d’ailleurs admirer un tumulus à Colombiers-sur-Seulles en Basse Normandie et un cairn à Kercado en Bretagne.

C’est donc peu dire que la marbrerie est un métier ancien bien qu’il n’était sûrement pas considéré comme un métier à l’époque, allez savoir !

Marbrerie  » moderne « 

En Europe, le cimetière apparaît au Moyen-âge sous l’impulsion du Christianisme (c’est à dire aussi que seuls les chrétiens étaient inhumés dans les cimetières, les autres avaient les bords de route ). Il était auparavant un champ régulièrement labouré pour extraire les os.  Pour briller dans les soirées, vous pourrez répéter que le mot « cimetière » vient du grec « koimétérion » et signifie « dortoir », « lieu où l’on dort ».

Lire aussi :  Plus de 90 exposants à Funeral Expo à Bruxelles le 5 et 6 mai
cimetière-1024x885 La marbrerie, plus vieux métier du monde ?
Marbrier, un vieux métier !

Bref, comme dirait Pépin. Difficile de retrouver l’origine de la marbrerie « moderne », mais on peut penser qu’elle s’est développée en même temps que le cimetière chrétien et permettait d’identifier le défunt avec d’une pierre taillée où était inscrite son identité. Les premières « pierres tombales » s’apparentaient plus à des stèles posées à la tête de la fosse en terre ou à des croix en fer ou en bois.

Il suffit de faire un tour dans les vieux cimetières des grandes villes pour trouver quelques tombes vieilles de plus d’un siècle que l’on oserait à peine frôler de peur de les voir s’effondrer.

Aujourd’hui la marbrerie est plus complexe, plus développée, plus élaborée et comprend des compétences étendues. Funéraire Info enrichi son contenu en se tournant davantage vers ce métier particulier, et je remercie infiniment la rédaction de m’accueillir dans ses colonnes !

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here