La thanatopraxie recule quand Touraine est En Marche !

1
2495
Marisol Touraine, thanatopraxie

Hier, jeudi 11 mai, Marisol Touraine a cessé d’être ministre de la santé au moment ou le premier ministre présentait la démission du gouvernement. En catimini, sans vraiment de pot d’adieu, mais rassurez vous : la ministre a laissé une ultime bombe, un cadeau d’adieu pour les thanatopracteurs et le funéraire.

Une drôle d’histoire

Vous en avez tous au moins croisé un, un jour. Le sale gosse mal élevé qui, sournoisement, s’approche de sa cible par derrière, lui flanque un coup de pied puis s’enfuit en courant. C’est pénible. Mais ça l’est encore plus quand la sale gosse sournoise est ministre de la santé.

Parce que Marisol Touraine, la ministre de la santé, a lâché une ultime bombe au goût de revanche. Petite bombe qui va compliquer non seulement la vie des thanatopracteurs, mais aussi pourrir la vie des défunts, ce que les thanatopracteurs cherchent précisément à éviter.

Il s’agit, bien entendu, de l’interdiction des soins au domicile. Ah, non, pardon : il s’agit du nouveau cadre pour les soins à domicile. Notez, on n’a pas vraiment vu la différence.

Petite colère

On se rappellera la petite phrase de François Mitterrand à propos d’Edith Cresson « Je lui avais dit que son travail était de se rendre impopulaire. Je ne pensai simplement pas qu’elle y arriverait si bien ».

Cette phrase s’applique parfaitement à Madame Touraine, à la différence près qu’il n’y aura pas, contrairement à Madame Cresson, de relecture positive, dans le futur, de son action.

Après avoir mis dans la rue les médecins libéraux et établissements de santé privés, essoré jusqu’à la dernière goutte l’hôpital public, condamné à mort des millions de français en encourageant la lutte contre la cigarette électronique et en niant son efficacité contre le sevrage tabagique, humilié les infirmières de nuit avec une augmentation de la prime insultante et assortie de conditions ridicules et excluantes, on aurait pu croire Marisol Touraine satisfaite. Au contraire, la ministre retranchée dans son ministère trépignait comme une gamine capricieuse à qui on aurait refusé un bonbon.

Lire aussi :  Exorcisme, ce n'est pas ce que vous croyez. Interview.

Songez, elle avait réussi à faire verdir, de rage, tout le monde, sauf un petit groupe d’irréductibles dont le métier, précisément, consistait à lutter contre le verdissement. L’interdiction des soins de thanatopraxie au domicile avait, après deux navettes parlementaires, échouée. Retoquée, abandonnée, en un mot : enterrée.

Et grosse revanche

Mais alors, comment faire ? La solution, finalement, était simple : un arrêté. Non pas qui interdise les soins de conservation, il aurait été retoqué, mais, au titre de la santé publique, qui impose des normes si draconiennes que ces derniers en deviendraient, tout simplement, impossible.

Parce que, si on écoute l’ex-ministre Touraine, les thanatopracteurs devraient pratiquer plusieurs métiers.

Déménageurs : arrivant chez leurs clients avec une table réfrigérée sous le bras. Frigoristes, pour mesurer les caractéristiques thermiques de chaque pièce où ils auraient à intervenir. Géomètres, pour calculer le volume précis de chaque pièce, doublé d’ingénieur en mécanique des fluides, pour prévoir le renouvellement d’air. Décorateur d’intérieur, parce que la tapisserie, le lambris ou le crépi, c’est tellement has been, place au carrelage blanc du sol au plafond. Nettoyeurs, parce que, quand même, vous n’allez pas me laisser ça dans cet état. Contorsionnistes à l’occasion, parce que faire rentrer le matériel pour les soins et une table réfrigérée dans une pièce généralement déjà encombrée, ça va être drôle. Secrétaire, parce qu’il faut ensuite rédiger un rapport complet.

Et, enfin, mendiant, parce que facturer 200 balles par soin pour tout ça, j’en connais pas beaucoup qui pourront en vivre.

A malin, malin et demi

Et tout cela lancé comme une boule puante la veille de son départ, puisqu’il y a fort à parier que Monsieur Cazeneuve avait prévenu ses ministres un peu en amont de la date de démission du gouvernement. Le seul qualificatif qui s’applique au procédé est : sournois. On balance, on démissionne. Le coup de pied en traître. Le tout dans un texte de loi compliqué à l’envie, dans lequel on cherchera en vain la simplification promise par le candidat Hollande en 2012.

Lire aussi :  Les soins sur les défunts atteints du VIH possibles dès janvier 2018

Et puis, l’égalité promise sera, au passage, également shuntée : clairement, vu l’augmentation des tarifs quelle que soit la solution choisie par la famille, les « sans-dents » seront exclus de la thanatopraxie.

Le temps que la profession s’en rende compte, Madame Touraine serait loin. Alors, contester, protester, auprès de qui ? Manifester, contre qui ?

Sauf que… Madame Touraine a juste oublié un minuscule détail, dont tout le monde s’était rendu compte, sauf, manifestement, elle : sa totale incompétence. Relisez le texte. Prenez de l’aspirine. Relisez-le encore. Vous voyez ? Nulle part, il n’est précisé qui a l’autorité pour contrôler, donc personne, ni quelles sanctions sont prévues, donc aucune.

Il y a fort à parier que, le premier janvier 2018, rien ne changera. Il semblerait que, de son côté, Madame Touraine soit en marche vers un nouvel avenir. Attention à elle, un croche-pieds est si vite arrivé…

Le décret est ici

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here