La tombe d’Oscar Wilde

0
445
Tombe d'Oscar Wilde
Tombe d'Oscar Wilde. Crédit photo : museis.wordpress.com

Célèbre monument du cimetière du Père Lachaise, la tombe de l’écrivain porte, tout comme lui, une histoire.

 

(Vie et ) Mort d’Oscar Wilde

Né à Dublin le 16 octobre 1854 , mort à Paris le  30 novembre 1900. Il fut marié a Constance Lloyd avec qui il eu 2 fils. Face au scandale que provoqua le procès de son mari pour homosexualité, elle changea de nom pour Holland.

Après 2 ans de prison et de travaux forcés, Oscar Wilde sort marqué et quitte la Grande-Bretagne pour la France en 1897. Il écrira une seule œuvre durant son enfermement, De Profundis, et une autre par la suite La ballade de la Geôle de Reading traitant de la prison.

Il meurt à 46 ans, probablement des suites d’une méningite, dans la chambre d’un hôtel miteux au 13 rue des Beaux Arts. La cause de sa mort serait due à sa syphilis chronique, elle-même ayant été probablement provoquée par une opération de la  mastoïdectomie, d’après son petit-fils Merlin Holland.

Père Lachaise

Oscar Wilde est décédé san-le-sou et endetté jusqu’au cou. Il fut d’abord enterré au cimetière de Bagneux, en sixième classe (juste avant la fosse commune ! ).

La concession à perpétuité au cimetière du Père Lachaise fut acquise par Robert Ross, son ancien amant, ami et exécuteur testamentaire. Celui-ci fit des pieds et des mains pour rembourser les dettes d’Oscar Wilde et réunir l’argent nécessaire à l’achat de la concession dans ce cimetière illustre, correspondant au talent de l’écrivain.

Le corps y fut rapatrié en 1909. En  échange de cet achat, Ross demanda à ce que ses cendres reposent aux côtés de son ancien amant, ce qui fut fait, bien que son nom ne soit mentionné nul part sur le monument.

L’emplacement de la tombe se situe dans la  89e division du Père Lachaise (numéro 55 PA).

Lire aussi :  Enquête Capital, le top 3 des meilleures enseignes du funéraire

Tombe d’Oscar Wilde

La tombe d’Oscar Wilde est sculptée entre 1911 et 1914 dans un gros bloc de pierre calcaire par Jacob Epstein. C’est Helen Carew, admiratrice et mécène de l’écrivain qui finança le monument.

Si la sculpture s’inspire des taureaux ailés assyriens du Bristih Museum (et serait un clin d’œil à l’un de ses poèmes Le Sphinx/la Sphinge), symboles de protection, la tombe d’Oscar Wilde ne bénéficiera pas de ces augures.

peccadille.net-taureaux-ailées-british-museum-1024x683 La tombe d'Oscar Wilde
Crédit photo : Peccadille.net – Taureaux ailées British Museum

Le sculpteur américain était connu pour ses œuvres controversées, et celle-ci ne fit pas exception : à l’origine, les parties génitales du « Flying Demon Angel  » (Ange-Démon volant) étaient proéminentes. La légende raconte que 2 anglaises auraient émasculé la sculpture de ses parties à coups de pierre, et qu’elles auraient servies de presse papier au conservateur du cimetière !

Aussi célèbre que le défunt

La tombe d’Oscar Wilde est inscrite monument historique depuis le 10 mars 1995. C’est depuis les années 1990 que de nombreuses admiratrices (et peut-être admirateurs !) marquent le monument de l’écrivain par des graffitis ou des baisers de leurs bouches enduites de rouges à lèvres colorés.

Oscar Wilde considérait que le baiser était associé tant à l’amour, qu’au danger, qu’à la mort. En effet c’est une lettre à son amant qui le mena en prison pour « grave immoralité » (comprendre « homosexualité »).

Malheureusement ces hommages  abîment la pierre, qui doit régulièrement être restaurée. En 2011, elle est totalement nettoyée et close par des parois de verre, empêchant désormais les bisous posthumes, au moins sur le monument.

Lire aussi :  Rivaud au salon du funéraire, interview

Inauguration de la restauration du monument, vidéo AFP.

« La tombe de » est une nouvelle rubrique de Funéraire Info dont l’objectif est le passage en revue des tombes de célébrités ou d’anonymes : la pierre utilisées, leur histoire, et surtout leurs symboles (avérés ou interprétés).

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here