La vie et la mort simultanées du chat de Schrödinger

1
2437
Erwin Schrödinger

A Funéraire Info, nous ne sommes pas arc-boutés sur notre ligne éditoriale : nous parlons des vivants comme des morts. Parce que sinon, nous ne saurions pas quoi faire avec le chat de Schrödinger… Allez, culture générale, c’est notre tournée.

Erwin-Schrödinger La vie et la mort simultanées du chat de Schrödinger
Erwin Schrödinger

Google ne s’y est pas trompé, qui célèbre l’anniversaire de naissance d’Erwin Schrödinger, déjà parce que c’est le bon jour, un 12 août, 1887 pour être précis, mais aussi parce que l’homme s’est rendu célèbre auprès du grand public grâce à un chat qui n’était ni vivant, ni mort, grâce à la physique quantique.

Schrödinger ? A vos souhaits

Erwin Schrödinger est l’un des physiciens qui a le plus compté au XXème siècle, quoique de manière moins médiatique qu’Enstein. Encore étudiant, il publie un article dans les Annales de Physique sur la quantisation du problème des vecteurs propres, ce qui devient l’équation de Schrödinger, avant de quitter l’Allemagne en 1933 pour cause d’antipathie assez vive envers Hitler et le parti National-Socialiste en général.

C’est à Oxford qu’il pose ses valises, dans un premier temps, en profite pour recevoir un Prix Nobel, puis s’installe, après un cycle de conférences à Princeton, en Autriche, ou il imagine ce qui deviendra le Chat de Schrödinger. En 1940, il est invité à devenir directeur de l’école de physique théorique de Dublin, ou il s’installera définitivement, prenant la nationalité Irlandaise.

Il en profite pour écrire « Qu’est-ce que la vie ? » en 1944, livre qui contient plusieurs hypothèses et interrogations. Selon les mémoires de James D. Watson, l’ADN, le secret de la vie, le livre de Schrödinger a donné à Watson l’inspiration pour rechercher le gène, ce qui a conduit à la découverte de la structure en double hélice de l’ADN.
La mécanique Quantique, les bases de la structure de l’ADN, un Prix Nobel, Schrödinger a, comme on peut le voir, eu à s’occuper toute sa vie. Mais ce qui l’a rendu célèbre au point que son nom y est définitivement et quasi exclusivement associé si vous n’êtes pas au minimum doctorant en physique, c’est un félin, le fameux Chat de Schrödinger, ni mort, ni vivant, ou les deux à la fois.

Le-chat-de-Schrödinger-300x194 La vie et la mort simultanées du chat de Schrödinger
Le chat de Schrödinger, vue d'artiste

Pourquoi embêter cette pauvre bête ?

Schrödinger se trouvait face à une difficulté, qui était d’expliquer la mécanique quantique à des cerveaux qui fonctionnaient moins vite et moins bien que le sien. La mécanique quantique est relativement difficile à concevoir car sa description du monde repose sur des amplitudes de probabilité (fonctions d’onde). Ces fonctions d’ondes peuvent se trouver en combinaison linéaire, donnant lieu à des « états superposés ». Cependant, lors d’une opération dite de « mesure » l’objet quantique sera trouvé dans un état déterminé ; la fonction d’onde donne les probabilités de trouver l’objet dans tel ou tel état.

Vous voyez ? Ca commence déjà. Pourtant, tout ceci n’est qu’une explication rapide et superficielle, que les puristes trouveront légère.

Schrödinger se trouvait dans la position ou il devait concevoir un exercice de pensée destiné à faire comprendre aisément son concept, quand on dit « aisément », c’est selon son propre entendement, et permettre aux physiciens « classiques », rétifs à la physique quantique, de se mettre dans un état d’esprit en conformation avec les paradoxes de cette science.

Schrödinger ne devait pas beaucoup aimer les chats, puisqu’il proposa d’en sacrifier un sur l’autel de la science.

10822ad1917e-xl-300x206 La vie et la mort simultanées du chat de Schrödinger
La vérité sur le chat de Schrödinger (selon les zombies)

Bon, il est vivant ou il est mort, ce matou ?

Le principe de l’expérience proposée par Schrödinger était le suivant : un chat serait enfermé dans une boite, avec une fiole de poison, un marteau et un compteur Geiger. Sitôt que le compteur Geiger capterait la désintégration d’un atome radioactif, il laisserait tomber un marteau sur la fiole de poison tuant le chat. L’atome ayant une chance sur deux de se désintégrer, et le félin de vivre.

Schrödinger explique que la mécanique quantique considère que l’atome coexiste dans ses deux états, intact ou désintégré, jusqu’à ce que l’observation ait permis de déterminer son état.

Si l’on applique la base de la mécanique quantique au chat, il est alors à la fois mort et vivant tant qu’on n’a pas ouvert la boîte pour voir

Schrödinger avait pour but, grâce à cette expérience, de démontrer que soit la mécanique quantique était un système erroné (ce qui paraît peu probable, vu qu’il était lui-même adepte de mécanique quantique) soit que le système de pensée de la physique classique était inadapté à l’appréhension des principes quantiques.

Voilà toute l’histoire de Chat de Schrödinger qui est à la fois mort et vivant tant que personne ne l’a vu être soit l’un, soit l’autre. Pour votre culture générale, sachez que l’expérience n’a jamais eu lieu, et ce, pour trois raisons : Erwin Schrödinger était largement satisfait de la démonstration théorique qu’il avait fait, les physiciens qui furent tentés trouvèrent que le principe était trop complexe à mettre en place, l’atome étant rétif à aller se désintégrer en un endroit plutôt qu’à un autre, et surtout, dernière et principales raison, le chat a toujours refusé de participer, trouvant le risque trop grand et le salaire trop bas.

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.